Accéder au contenu principal

Deep State [Mark Strong] série TV


•••• Brève série télévisée comme semblent les affectionner les britanniques, DEEP STATE annonce clairement la couleur dès sont titre. En total contradiction avec tous les protocoles en vigueur.

De fait, l'expression deep state qualifie l'idée d'un « d’un État dans l’État », fabriqué à partir de réseaux et de conspirations, dans le but d'ourdir des assassinats, de nommer des hommes politiques redevables, voire d'entretenir une forme de «guerre éternelle™ », seule capable de nourrir le béhémoth militaro-industriel, déjà dénoncé en son temps, dit-on, par le président Dwight D. Eisenhower.

Et c'est à Mark Strong alias Max Easton qu'on demande d'aller faire le ménage, malgré sa mise à la retraite.

Si DEEP STATE met quelques épisodes à proposer quelque chose d'un peu neuf dans le milieu de la série télévisée d'espionnage ; ses deux propositions sont suffisamment inattendues, et téméraires, pour ajouter un surcroît d’intérêt à un show télévisé qui, avant que la première surprise ne fasse l'effet d'une bombe (artisanale), n'était tenu que par ses interprètes. 
Ce qui n'est déjà pas si mal.

Même si la suite envisagée lors d'une deuxième saison (qui aurait déjà reçu le feu vert de la production), amoindrit l'effet du second retournement de situation. 

En tête d'affiche : Mark Strong, l'acteur qui m'a donné envie de m'intéresser au premier épisode. Toujours élégant en homme tiraillé entre son devoir, sa famille, et son ancien métier, d'autant plus lorsque ces trois pôles se rejoignent. L'acteur est encore une fois impeccable. Je lui conseille néanmoins de se méfier de Karima Adebibe. En effet, l'actrice donne beaucoup de présence à son personnage grâce à un jeu a contrario très understatement. Lequel personnage mériterait amplement d'avoir plus d'exposition, voire de devenir central dans la second saison. Alistair Petrie est presque à lui tout seul l'envers de la sympathie que dégagent ses deux talentueuses co-vedettes. Je dis presque car, Anastasia Griffith alias Amanda Jones, qu'on risque de retrouver dans la seconde saison, ne donne pas sa part au chien de ce côté du spectre des émotions.
Le reste de la distribution joue tout aussi juste, quand bien même le rôle de chacun est-il plus homéopathique, mais non moins indispensable. Si la réalisation est discrète, elle est au moins au service de l'histoire, et ne torpille ni le jeu des acteurs pas plus que la crédibilité géopolitique du scénario.

•••• Or donc si DEEP STATE ne révolutionne pas la série d'espionnage (peu peuvent s'en targer ceci dit), elle offre un divertissement qui n'a pas à rougir au milieu de ses nombreuse consœurs cathodiques.

Et au moins ne fait-elle pas mentir son titre, certainement l'une des rares preuves d’honnêteté dans ce bal de faux-culs, créé par Simon Maxwell & Matthew Parkhill pour la Fox. [-_ô]        

[À suivre .....?]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…