Accéder au contenu principal

Deep State [Mark Strong] série TV


•••• Brève série télévisée comme semblent les affectionner les britanniques, DEEP STATE annonce clairement la couleur dès sont titre. En total contradiction avec tous les protocoles en vigueur.

De fait, l'expression deep state qualifie l'idée d'un « d’un État dans l’État », fabriqué à partir de réseaux et de conspirations, dans le but d'ourdir des assassinats, de nommer des hommes politiques redevables, voire d'entretenir une forme de «guerre éternelle™ », seule capable de nourrir le béhémoth militaro-industriel, déjà dénoncé en son temps, dit-on, par le président Dwight D. Eisenhower.

Et c'est à Mark Strong alias Max Easton qu'on demande d'aller faire le ménage, malgré sa mise à la retraite.

Si DEEP STATE met quelques épisodes à proposer quelque chose d'un peu neuf dans le milieu de la série télévisée d'espionnage ; ses deux propositions sont suffisamment inattendues, et téméraires, pour ajouter un surcroît d’intérêt à un show télévisé qui, avant que la première surprise ne fasse l'effet d'une bombe (artisanale), n'était tenu que par ses interprètes. 
Ce qui n'est déjà pas si mal.

Même si la suite envisagée lors d'une deuxième saison (qui aurait déjà reçu le feu vert de la production), amoindrit l'effet du second retournement de situation. 

En tête d'affiche : Mark Strong, l'acteur qui m'a donné envie de m'intéresser au premier épisode. Toujours élégant en homme tiraillé entre son devoir, sa famille, et son ancien métier, d'autant plus lorsque ces trois pôles se rejoignent. L'acteur est encore une fois impeccable. Je lui conseille néanmoins de se méfier de Karima Adebibe. En effet, l'actrice donne beaucoup de présence à son personnage grâce à un jeu a contrario très understatement. Lequel personnage mériterait amplement d'avoir plus d'exposition, voire de devenir central dans la second saison. Alistair Petrie est presque à lui tout seul l'envers de la sympathie que dégagent ses deux talentueuses co-vedettes. Je dis presque car, Anastasia Griffith alias Amanda Jones, qu'on risque de retrouver dans la seconde saison, ne donne pas sa part au chien de ce côté du spectre des émotions.
Le reste de la distribution joue tout aussi juste, quand bien même le rôle de chacun est-il plus homéopathique, mais non moins indispensable. Si la réalisation est discrète, elle est au moins au service de l'histoire, et ne torpille ni le jeu des acteurs pas plus que la crédibilité géopolitique du scénario.

•••• Or donc si DEEP STATE ne révolutionne pas la série d'espionnage (peu peuvent s'en targer ceci dit), elle offre un divertissement qui n'a pas à rougir au milieu de ses nombreuse consœurs cathodiques.

Et au moins ne fait-elle pas mentir son titre, certainement l'une des rares preuves d’honnêteté dans ce bal de faux-culs, créé par Simon Maxwell & Matthew Parkhill pour la Fox. [-_ô]        

[À suivre .....?]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…