Accéder au contenu principal

Articles

Goliath [Saison 1] David E. Kelley/Jonathan Shapiro

•••• Jamais cela ne m’avait frappé autant, avant de regarder la première saison de Goliath, une série télévisée de 8 épisodes. Mais depuis au moins la création de David E. Kelley & Jonathan Shapiro, je regarde les séries télévisées judiciaires d’un autre œil ; lesquelles ne semblent pas avoir finalement de différence de nature avec la fantasy mais tout au plus, de degré. 

« Expecto Patronum ! » 

        Certes, il s’agit ici d’une fantasy urbaine et contemporaine, mais dans laquelle les articles de loi, les recours, la jurisprudence, etc., que se jettent aux visages les avocats des parties adverses n’ont rien à envier aux formules magiques de tel ou tel magicien. Il faut voir, dans Goliath justement, Billy McBride (alias Billy Bob Thornton) circonvenir le juge Roston Keller (dans le deuxième épisode) à coup de « précédents » et d’articles de loi comme autant d’abracadabras performatifs*. 

La parenté est ici encore renforcée, en ce que le véritable adversaire de McBride, est une sor…
Articles récents

Lazare en guerre [Jamie Sawyer/Florence Bury]

Quinze ans sous l'uniforme, et 15 années supplémentaires à barouder dans les jungles d'asphalte de métropoles inhospitalières, réécrivent forcément nos scripts mentaux exécutables.
Sinon, comment expliquer que je puisse trouver attractive une série romanesque de SF militaire ?

Trois romans et une novella plus tard, « Lazare en guerre » gagne même ses galons de science-fiction militariste. Shocking!

GAME OF DRONES

•••• S'inspirant d'une des facettes les plus médiatiques de la stratégie contre-terroriste étasunienne, Jamie Sawyer invente un nouveau type de personnage. Lequel peut toutefois être rattaché sans forcer, à quelques ascendants glorieux. Tel Edward Anglesey (inJupiter et les Centaures de Poul Anderson), appartenant au même domaine de l'Imaginaire que le sien. Ou même le John Carter d'Edgar Rice Burroughs.
Volontairement ou non, il s'approprie ce faisant, l'un des reproches le plus souvent exprimé à l'encontre des personnages héroïques, et en reto…

The Authority : Humains malgré tout [John Ridley/Ben Oliver] Panini

•••• Lorsque John Ridley écrit un album de BD - entendez un récit conçu et publié directement sous cette forme et non pas sous celle de plusieurs mensuels comme il est courant de le faire aux U.S.A. - pour l’éditeur DC Comics, il est déjà un véritable couteau suisse de l’entertainment, que sa réputation précède. 

L’un de ses romans a été adapté par Oliver Stone (U Turn/1997), il a également déjà écrit le scénario de Les Rois du désert avec George Clooney, et il fait partie de l'équipe des scénaristes de la série télévisée New York 911, pour ne citer que certaines de ses activités les plus en vue. 
Bref un CV tout ce qu’il y a de plus engageant, et qui s'est encore étoffé depuis.
….Humains malgré tout, l’album dont il est question ici, s’insère dans la franchise créée par Warren Ellis & Bryan Hitch en 1999 pour l’éditeur WildStorm, devenu la propriété, depuis 1998, d'une autre maison d'édition DC Comics

Avec cette série, intitulée The Authority, Warren Ellis amena un…

Honor Harrington : Mission Basilic [David Weber/Arnaud Mousnier-Lompré]

•••• Comme l'a justement fort bien écrit Garth Ennis [The Boys, Preacher, etc.], parlant de la bande dessinée de guerre : « voilà la meilleure façon de faire et de vivre la guerre, sans autre danger que de se couper au doigt avec le tranchant d'une feuille de papier ». Façon de voir les choses qui sied très bien à Mission Basilic, la première aventure de ce qui est devenue aujourd'hui une importante saga de science-fiction martiale.
Ce roman, écrit par David Weber, et traduit par Arnaud Mousnier-Lompré, suit les aventures d'Honor Harrington, jeune officier de la Flotte royale manticorienne. 

Dès la dédicace à C.S. Forester, éminent romancier connu pour son roman The African Queen (porté à l'écran par John Huston) et, ce qui nous intéresse surtout ici, le cycle d'aventures maritimes centré sur Horatio Hornblower, officier de la Royal Navy, David Weber prend un cap qu'il ne quittera pas. Lequel se traduit principalement par une transposition des us et coutumes…

Deep State [Mark Strong] série TV

•••• Brève série télévisée comme semblent les affectionner les britanniques, DEEP STATE annonce clairement la couleur dès sont titre. En total contradiction avec tous les protocoles en vigueur.

De fait, l'expression deep state qualifie l'idée d'un « d’un État dans l’État », fabriqué à partir de réseaux et de conspirations, dans le but d'ourdir des assassinats, de nommer des hommes politiques redevables, voire d'entretenir une forme de «guerre éternelle™ », seule capable d'entretenir le béhémoth militaro-industriel, déjà dénoncé en son temps, dit-on, par le président Dwight D. Eisenhower.

Et c'est à Mark Strong alias Max Easton qu'on demande d'aller faire le ménage, malgré sa mise à la retraite.

Si DEEP STATE met quelques épisodes à proposer quelque chose d'un peu neuf dans le milieu de la série télévisée d'espionnage ; ses deux propositions sont suffisamment inattendues, et téméraires, pour ajouter un surcroît d’intérêt à un show télévisé qui,…

Tomb raider [2018]

•••• C'est en regardant cette nouvelle aventure de Lara Croft, que j'ai mis le doigt sur ce qui coinçait avec son prestigieux prédécesseur, inventé au siècle dernier. Bien qu'ayant vu tous les films qui lui ont été consacrés, les aventures toutes aussi trépidantes d'Indiana Jones ne m'ont jamais totalement satisfait. 
Et c'est Tomb Raider qui m'a fait découvrir pourquoi.

Harrison Ford campe un personnage bien trop conscient de ce qu'il est, à la limite de franchir le Quatrième mur™, et Indiana Jones hérite ainsi d'une sorte de désinvolture et d'une confiance en soi dont le résultat et de rendre l'adversité et les obstacles qu'il rencontre, absolument inoffensifs. Rien ne semble vouloir entamer son aura de héros, pour la simple et bonne raison qu'il sait que les scénaristes ne lui veulent pas de mal (contrairement à moi, soit dit en passant, qui lui en veut d'avoir chipé le rôle à Tom Selleck).

Tout le contraire de Lara Croft, person…

Le Vieil homme et la guerre [John Scalzi/Bernadette Emerich]

•••• Le Vieil homme et la guerre, de John Scalzi, relève de ce qu'on appelle communément le space opera, et plus précisément de sa version militaire. Un aspect martial présent, et moteur du récit fondateur du genre. 
Du moins si l'on s'en tient au quadrant étasunien du space opera.
Un récit originel, paradoxalement antérieur à l'invention du terme, et qui précède même l'invention de la science-fiction elle-même, en 1926.
Il peut sembler contre-intuitif de citer une origine datant d'avant l'invention de ce qu'elle désigne, et pourtant.

     Si pour des raisons historiques, éditoriales et pratiques j'identifie la naissance de la science-fiction (SF) à la sortie, en 1926, du premier numéro d'Amazing Stories, un pulp magazine créé par Hugo Gernsback, il est évident que des textes relevant du genre lui ont préexisté. C'est d'ailleurs sur et grâce à ce corpus, que Gernsback a pu édifier son propre projet éditorial.
Antériorité également en ce qui c…