Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2015

Astérix is so british

La sortie d'un album de bande dessinée suffisamment connu dans le domaine du franco-belge amène depuis quelques temps tout un lot plus ou moins important de publications annexes ; c'est encore le cas avec le dernier album d'Astérix. Je n'ai pas encore lu ce dernier, mais le précédent, réalisé par la même nouvelle équipe, m'avait bien plu.  Donc, le journal Le Monde sort un hors-série consacré à l'irréductible Gaulois, et dans cette revue, un article, fort intéressant de mon point de vue, est consacré à la traduction anglaise des albums. On y apprend que depuis 1969 la traductrice est madame Anthea Bell, 79 ans, d'abord associé à Derek Hockridge, un professeur de français, décédé il y a deux ans. On apprend dans cet article comment les noms, les blagues, etc. sont traduits du français vers l'anglais, et ce n'est pas une mince affaire. Ainsi madame Bell a-t-elle dû rebaptiser quelques 400 noms tout au long des 39 albums traduits. Par exemple pour le druide

Valiant Universe

En lisant les comic books édités par l'éditeur étasunien Valiant je me suis pris d'une sorte de passion pour ce qu'il produit. L'occasion d'être en quelque sorte à la naissance d'un "univers" ; même si j'ai déjà connu la naissance d'un univers d'encre et de papier avec la publication en France des premières bandes dessinées Marvel, grâce notamment et presque essentiellement pour moi à l'éditeur LUG, mais j'étais alors fort jeune et cet aspect m'est passé complètement à côté. Plus tard, beaucoup plus tard j'ai eu l'opportunité de découvrir Image au tout début, mais la qualité faisait à l'époque, de mon point de vue, clairement défaut. Donc le Valiant Universe est le premier qui propose des séries de très très bonne qualité, et dont l'acte de naissance me permet de commencer presque en même temps qu'il se construit.
Bref, tout ça pour dire que j'ai ouvert un "fil de discussion" sur le site Comics San…

Le dieu à la licorne nue (Ova Hamlet)

Ova HAMLET ! Encore un inconnu ? Non. C’est un pseudonyme, celui d’un auteur connu mais facétieux. Qui ? 
Je serai muet comme un perroquet. Si on vous dit : Hamlet, c’est Richard Lupoff, rétorquez donc : quand on n’a pas de preuve formelle, on se tait. 
Pour les lecteurs rétro, voici, à la fois(!) Doc Savage, Tarzan, Sherlock Holmes et le Dr Watson, Flash Gordon, le Fantôme, etc.
Le dieu à la licorne nue ressort de ce que l'on appelle communément le "champ unifié de la fiction", ou de l'univers Wold Newton, une création que l'on doit à Philip José Farmer (Pour en savoir +); une brillante idée reprise depuis par Alan Moore (La Ligue des Gentlemen Extraordinaires (Pour en savoir +)) avec le succès que l'on sait et avec également beaucoup de talent par Serge Lehman (La Brigade Chimérique (Pour en savoir +)), notamment. Pour en savoir plus sur le sujet vous pouvez vous rendre là.
Le dieu à la licorne nue
par 
Ova HAMLET

Par cette froide soirée d’hiver le tintement des gr…