Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2019

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

La guerre sans fin t1 : Paria [Jamie Sawyer / Florence Bury]

Le pari, sous-jacent, de la première trilogie [Pour en savoir +] est encore une fois remporté par Jamie Sawyer. Nous faire nous intéresser au sort de personnages qui disposent, pour leurs missions militaires, de corps de rechange, n'est en effet pas une mince affaire. 

« Nous ne savons pas ce qui nous arrive, et c’est précisément ce qui nous arrive. » Ortega y Gasset

       Ce premier tome dont il est question ici, participe d'un prolongement dans un futur proche, des mésaventures de l'Alliance commencé avec l'arc précédent, intitulé « Lazare en guerre ».
Quelques années après la fin du troisième tome de ladite trilogie (voir le lien), on retrouve de nouveau Keira Jenkins, promue chef de groupe SimOps™.
Cependant les temps ont changé, et c'est au milieu d'une paix fragile avec les Krells que devront s'aguerrir les « Chacals de Jenkins ».

Toujours écrit les dents serrées et un doigt sur la détente, « Paria », sous-titre que l'on aurait tout aussi bien pu met…

Meurtre à Raqqa [Yannick Laude]

La découverte du corps d'une jeune fille, dans les décombres d'un bombardement, va être l'axe autour duquel gravitera, durant 464 pages, tout un arsenal d'intrigues familiales, idéologiques, militantes, contrebandières et j'en oublie volontairement, aux entrelacs captivants.
« Meurtre à Raqqa » est, par son sujet même, une invitation à la réflexion. Voyez vous-même.

Que vaut en effet la découverte d'un criminel qui a tué une seule personne, dans une ville qui vit au rythme des bombardements, des attentats et des luttes de pouvoir (meurtrières) entre des organisations aussi radicales que Daech ou al-Quaïda
Yannick Laude s'inscrit, avec ce premier roman (à ma connaissance) dans la tradition d'un Joseph Kessel (« La Nuit des généraux ») et d'un Philip Kerr, créateur du commissaire Bernhard Gunther, et n'a visiblement rien à leur envier. 
 Son personnage principal Merwan Milet est de ceux que j'espère voir revenir dans de nouvelles enquêtes.

« Auc…

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Mary Terreur [Robert R. McCammon / Jean-Daniel Brèque / Matthieu Blanchin]

Lorsque est commercialisé aux États-Unis d'Amérique « Mine » , Robert R. McCammon n'est déjà plus un perdreau de l'année. En 1987, il a remporté ex-æquo avec Stephen King le Prix Bram Stoker©, récompense qui lui reviendra également pour « Mine » en 1990. 
Cinq ans auparavant, le réalisateur William Friedkin a adapté une de ses nouvelles pour la célèbre série télévisée « La Quatrième dimension ».
Et il connait déjà le frisson d'apparaître sur la «New York Times Best Seller list».
       C'est en 1992 que l'éditeur J'ai Lu™ commercialise ce roman en France, sous le titre programmatique de « Mary Terreur» ; traduit par Jean-Daniel Brèque, et avec une magnifique illustration de couverture de Matthieu Blanchin.

« Mary Terreur» est d'abord un roman mené à tombeau ouvert, captivant, et dont les 500 pages se lisent comme qui rigole. Si d'aventure vous aviez des doutes sur ses qualités de page-turner, la lecture de son prologue devrait vous donner un aperçu de …