Accéder au contenu principal

Opération Sweet Tooth [Ian McEwan / France Camus-Pichon]

«Tout roman est un roman d'espionnage, tout écrivain est un espion.» 
Ian McEwan
            Apprendre la prochaine parution d'un album de bande dessinée consacré aux liens entre la politique américaine et Jackson Pollock*, m'a ramené dans le giron d'un de mes centres d’intérêt : « la guerre froide culturelle ».

Initié, par hasard, à ce versant de l'Histoire grâce au roman de Joseph Geary - intitulé Miroir - je m'y suis totalement plongé via l'essai de Frances Stonor Saunders, le bien nommé : Qui mène la danse (la CIA et la guerre froide culturelle).
Toutefois, si la chute du Mur de Berlin™ a mis fin à la guerre froide, la CIA n'en a pas fini avec la  « la guerre culturelle ».
Comme le met brillamment en lumière The Report, le récent film de Scott Z. Burns [Pour en savoir +].
            Or donc, Opération Sweet Tooth se déroule pour sa part en Angleterre au début des années 1970. On y découvre une partie de la vie de Serena Frome (prononcer « Frume », comme dans « plume »), dont son recrutement à un poste subalterne du MI5, puis son implication dans l'opération « Sweet Tooth ».

Ce roman, particulièrement astucieux, est à la fois un instantané de ces années-là (que Ian McEwan a très bien connues), une histoire où le romantisme occupe la place d'ordinaire dévolue au machisme dans les romans dits d'espionnage. Et une réflexion sur le processus de l'écriture.
Ainsi l'auteur a-t-il par exemple fait don d'un de ses propres manuscrits - inachevé - écrit en 1974, à l'un de ses personnages. 

Formidablement écrit, Opération Sweet Tooth n'utilise en aucune manière l'espionnage comme un prétexte. Manifestement bien documenté, il est aussi une plongée dans une époque qui pourra apparaître comme une planète étrangère à certains lecteurs. C'est aussi un excellent révélateur sur des activités peu connues et finalement assez ubuesques, des agences de renseignement.

En effet, comme le dit Ian McEwan dans un entretien : « Ce qui m'a intéressé dans cette opération, c'est qu'elle se déroulait en secret, contrairement au plan Marshall. Or il aurait été tout à fait envisageable de financer ouvertement une tournée européenne de l'orchestre symphonique de Boston ou telle exposition d'avant-garde. », ou de jeunes auteurs de littérature.

            Si la réalité dépasse parfois la fiction, rien ne remplacera jamais une histoire qui mélange les deux avec autant de talent qu'Opération Sweet Tooth.
____________
* L'album Pollock Confidential d'Onofiro Catacchio, paraîtra en français aux éditions du Chêne en février 2020              

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er