Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2012

Meilleurs Vœux 2013

... Pour ce dernier jour de l'année 2012, et après avoir survécu à une fin du monde je vous propose de nous retrouver l'année prochaine ; que mes meilleurs vœux pour 2013 vous accompagnent.

Ce billet n'aurait pas la même saveur sans la rencontre de Raquel Welch, d'un fouet, de Bob Marley et d'Iron Maiden (ces derniers sous la houlette deDj Lobsterdust), merci à vous.

L'Énigme du fétiche noir 5ième épisode

... Cinquième rendez-vous avec L'Énigme du fétiche noir, roman-photo de 1997 avec dans les rôles principaux et secondaires une pléiade d'acteurs reconnus du 7ième Art. Ne boudons pas notre plaisir......




Dredd

... Je ne connais pas bien le Judge Dredd, j'ai lu les numéros édités par ARÉDIT, les 3 ou 4 recueils d'ARBORIS, deux ou trois numéros des éditions Tournon-Egmont (sortis au moment du film avec Stallone que je n'ai pas vu), plus quelques numéros en V.O. Je me souviens qu'en 1995 le film avec Stallone avait fait grincer des dents lorsqu'il était devenu évident que l'étalon italien n'allait pas passer le film avec son casque sur la tête. Sachez que cet trahison est évitée avec cette nouvelle adaptation.Karl Urban garde son casque et tire une tronche tout à fait comme son homologue d'encre et de papier, you drokking bastard ! Et contre toute attente ça marche, si le Judge Dredd est plutôt un personnage froid et rigide (euphémisme), Karl Urban arrive grâce à son langage corporel et l'aide de cadrages judicieux à transmettre quelques bribes d'émotion. Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'une bluette.   La ville dans laquelle opère Dredd

Janus Stark

... Si depuis quelques années la bande dessinée japonaise tient le haut du pavé en terme de vente, et si les mangas proposent un nombre impressionnant de titres différents ; il y a eu une période où celle-ci était tout à fait inconnue sous nos latitudes. Mais assez étonnamment il y avait pourtant des bandes dessinées en petit format et en noir & blanc qui, un peu comme les mangas se déclinaient en thème : guerre, western, arts martiaux, sport, récits de jungle ; c'étaient les Petits Formats, dont les éditeurs étaient Lug, Mon Journal, Impéria etc ... Et parmi les nombreux titres mensuels (voir bi-mensuel pour certains, je pense à Blek le Roc) proposés au rayon presse il y avait Janus Stark.  Arrivé en France en 1973 dans sa propre revue ce personnages est apparu quelques années auparavant en Grande-Bretagne dans l'hebdomadaire SMASH (1969) grâce à l'imagination de Jack Legrand qui travaillait chez Fleetway Publications. Les histoires sont d'abord écrites par Tom Tull…

Au commencement était Tezuka

... Un article (qui reste dans le ton de mon billet précédent) sur Osamu Tezuka et la bande dessinée japonaise paru dans Les Cahiers de la Bande Dessinée à la fin de l'année 1986 :


Bat-Manga (+ Billy Bat)

... En commençant la lecture de Billy Bat le manga de Nagasaki & Urasawa je n'ai pas pu m'empêcher de penser au livre de Chip Kidd & Geoff Spear Bat-Manga ! Ce livre mettait au jour tout un pan de la culture populaire oublié : au milieu des années 60 le Japon a été saisi du même engouement pour Batman (via la série télévisée) que les étasuniens ; à tel point que des aventures inédites du justicier masqué ont été publiées au pays du soleil levant.  L'éditeur Shònen Gahòsha réussit à obtenir, au début de 1966, les droits du super-héros gothamite et approche un jeune mangaka Jiro Kuwata (co-créateur de 8 Man) ; dans un premier temps celui-ci pense dessiner les aventures du Batman à l'occidentale mais, devant le manque de temps il se résout à garder son style.Et c'est tant mieux ! Jiro Kuwata s'inspire pour ses propres scénarios des histoires de Bob Kane qu'il réinterprète complètement .... Et l'imagination de Kuwata est très féconde, insectes géants, …