Accéder au contenu principal

Bat-Manga (+ Billy Bat)

... En commençant la lecture de Billy Bat le manga de Nagasaki & Urasawa je n'ai pas pu m'empêcher de penser au livre de Chip Kidd & Geoff Spear Bat-Manga !
Ce livre mettait au jour tout un pan de la culture populaire oublié : au milieu des années 60 le Japon a été saisi du même engouement pour Batman (via la série télévisée) que les étasuniens ; à tel point que des aventures inédites du justicier masqué ont été publiées au pays du soleil levant
L'éditeur Shònen Gahòsha réussit à obtenir, au début de 1966, les droits du super-héros gothamite et approche un jeune mangaka Jiro Kuwata (co-créateur de 8 Man) ; dans un premier temps celui-ci pense dessiner les aventures du Batman à l'occidentale mais, devant le manque de temps il se résout à garder son style. Et c'est tant mieux !
Jiro Kuwata s'inspire pour ses propres scénarios des histoires de Bob Kane qu'il réinterprète complètement .... Et l'imagination de Kuwata est très féconde, insectes géants, ptérodactyle, statue animée, sans compter avec la réinterprétation des ennemis traditionnels.  




Grâce à Chip Kidd les idées de Jiro Kuwata vont percoler l'imaginaire collectif via les comic books, ainsi Grant Morrison s'inspira-t-il des Bat-Manga pour son personnage de Lord Death Man (qui rappel singulièrement Kriminal, le personnage italien apparu au début des années 60), ou encore la série télévisée de dessins animés Batman : L'Alliance des héros n'hésitera-t-elle pas à mettre en scène - dans un excellent épisodes présenté par Bat-Mite lui-même - l'histoire dont je vous ai proposé quelques pages supra.
Et pour vous faire une idée de cet épisode, ou vous rafraîchir la mémoire ...
   
Or, donc si la série d'Urasawa & Nagasaki m'a fait penser à Grant Morrison c'est parce que son personnage de Billy Bat n'est pas sans rappeler Bat-Mite et sa faculté à traverser le Quatrième Mur.
En tout cas cette histoire (je parle de Billy Bat) est très intrigante.

Commentaires

  1. Très intrigante en effet, et à chaque nouveau tome, on attend déjà à le suivant pour avoir le fin mot de cette histoire ! ^___^
    Merci pour cet article (très bien vu comme à chaque fois) sur Billy Bat.


    cette histoire de chauve souris (la blanche ou la noire ? ;-p), ça m'intrigue vraiment comme motif, d'autant plus que les références multiples à l'histoire et aux civilisations humaines, et à Batman, Disney, Tezuka, le début des comics fait par des artisans d'origines juives ou italiennes (ici japonais) fusent.


    Outre Batmite, l'autre trait commun avec le run de Morrison sur Batman est le fait que le motif de la chauve-souris traverse les ages.

    Je me demande si c'est voulu, ou si c'est juste une coincidence et que nous sommes dans une sorte d'ideaspace.

    Ce qui m'interpelle surtout dans Billy Bat, c'est la transmission par le dessin (et son pouvoir sur les masses ou un seul individu).
    Un angle très intéressant (on peut penser qu'un même dessin offre plusieurs interprétations suivant les individus d'où les chauve-souris noire et blanche).

    Quoiqu'il en soit, j'ai hâte de voir ou les auteurs nous emmèneront, outre le fait que ce soit une œuvre au multiple questionnement, c'est avant tout un thriller bigrement bien fichu qui tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une série très intrigante, à suivre ...

      Supprimer
  2. bravo pour ce Batman manga qui est pour moi une découverte. Je suis intrigué par Billy Bat mais un peu perplexe. L'auteur a apparemment beaucoup lu Ellroy, on y trouve la même théorie du complot mais en beaucoup plus ésotérique. Je suis un peu inquiet de la propension de certains intellectuels japonais, voir aussi Murakami dans 1q84, qui est aussi un formidable raconteur d'histoire, à revisiter la théorie du complot, vision de l'histoire souvent assez simpliste et presque toujours paranoiaque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir, heureux que cela t'ait intéressé.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.