Accéder au contenu principal

Bat-Manga (+ Billy Bat)

... En commençant la lecture de Billy Bat le manga de Nagasaki & Urasawa je n'ai pas pu m'empêcher de penser au livre de Chip Kidd & Geoff Spear Bat-Manga !
Ce livre mettait au jour tout un pan de la culture populaire oublié : au milieu des années 60 le Japon a été saisi du même engouement pour Batman (via la série télévisée) que les étasuniens ; à tel point que des aventures inédites du justicier masqué ont été publiées au pays du soleil levant
L'éditeur Shònen Gahòsha réussit à obtenir, au début de 1966, les droits du super-héros gothamite et approche un jeune mangaka Jiro Kuwata (co-créateur de 8 Man) ; dans un premier temps celui-ci pense dessiner les aventures du Batman à l'occidentale mais, devant le manque de temps il se résout à garder son style. Et c'est tant mieux !
Jiro Kuwata s'inspire pour ses propres scénarios des histoires de Bob Kane qu'il réinterprète complètement .... Et l'imagination de Kuwata est très féconde, insectes géants, ptérodactyle, statue animée, sans compter avec la réinterprétation des ennemis traditionnels.  




Grâce à Chip Kidd les idées de Jiro Kuwata vont percoler l'imaginaire collectif via les comic books, ainsi Grant Morrison s'inspira-t-il des Bat-Manga pour son personnage de Lord Death Man (qui rappel singulièrement Kriminal, le personnage italien apparu au début des années 60), ou encore la série télévisée de dessins animés Batman : L'Alliance des héros n'hésitera-t-elle pas à mettre en scène - dans un excellent épisodes présenté par Bat-Mite lui-même - l'histoire dont je vous ai proposé quelques pages supra.
Et pour vous faire une idée de cet épisode, ou vous rafraîchir la mémoire ...
   
Or, donc si la série d'Urasawa & Nagasaki m'a fait penser à Grant Morrison c'est parce que son personnage de Billy Bat n'est pas sans rappeler Bat-Mite et sa faculté à traverser le Quatrième Mur.
En tout cas cette histoire (je parle de Billy Bat) est très intrigante.

Commentaires

  1. Très intrigante en effet, et à chaque nouveau tome, on attend déjà à le suivant pour avoir le fin mot de cette histoire ! ^___^
    Merci pour cet article (très bien vu comme à chaque fois) sur Billy Bat.


    cette histoire de chauve souris (la blanche ou la noire ? ;-p), ça m'intrigue vraiment comme motif, d'autant plus que les références multiples à l'histoire et aux civilisations humaines, et à Batman, Disney, Tezuka, le début des comics fait par des artisans d'origines juives ou italiennes (ici japonais) fusent.


    Outre Batmite, l'autre trait commun avec le run de Morrison sur Batman est le fait que le motif de la chauve-souris traverse les ages.

    Je me demande si c'est voulu, ou si c'est juste une coincidence et que nous sommes dans une sorte d'ideaspace.

    Ce qui m'interpelle surtout dans Billy Bat, c'est la transmission par le dessin (et son pouvoir sur les masses ou un seul individu).
    Un angle très intéressant (on peut penser qu'un même dessin offre plusieurs interprétations suivant les individus d'où les chauve-souris noire et blanche).

    Quoiqu'il en soit, j'ai hâte de voir ou les auteurs nous emmèneront, outre le fait que ce soit une œuvre au multiple questionnement, c'est avant tout un thriller bigrement bien fichu qui tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre !

    RépondreSupprimer
  2. bravo pour ce Batman manga qui est pour moi une découverte. Je suis intrigué par Billy Bat mais un peu perplexe. L'auteur a apparemment beaucoup lu Ellroy, on y trouve la même théorie du complot mais en beaucoup plus ésotérique. Je suis un peu inquiet de la propension de certains intellectuels japonais, voir aussi Murakami dans 1q84, qui est aussi un formidable raconteur d'histoire, à revisiter la théorie du complot, vision de l'histoire souvent assez simpliste et presque toujours paranoiaque.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …