Accéder au contenu principal

Bat-Manga (+ Billy Bat)

... En commençant la lecture de Billy Bat le manga de Nagasaki & Urasawa je n'ai pas pu m'empêcher de penser au livre de Chip Kidd & Geoff Spear Bat-Manga !
Ce livre mettait au jour tout un pan de la culture populaire oublié : au milieu des années 60 le Japon a été saisi du même engouement pour Batman (via la série télévisée) que les étasuniens ; à tel point que des aventures inédites du justicier masqué ont été publiées au pays du soleil levant
L'éditeur Shònen Gahòsha réussit à obtenir, au début de 1966, les droits du super-héros gothamite et approche un jeune mangaka Jiro Kuwata (co-créateur de 8 Man) ; dans un premier temps celui-ci pense dessiner les aventures du Batman à l'occidentale mais, devant le manque de temps il se résout à garder son style. Et c'est tant mieux !
Jiro Kuwata s'inspire pour ses propres scénarios des histoires de Bob Kane qu'il réinterprète complètement .... Et l'imagination de Kuwata est très féconde, insectes géants, ptérodactyle, statue animée, sans compter avec la réinterprétation des ennemis traditionnels.  




Grâce à Chip Kidd les idées de Jiro Kuwata vont percoler l'imaginaire collectif via les comic books, ainsi Grant Morrison s'inspira-t-il des Bat-Manga pour son personnage de Lord Death Man (qui rappel singulièrement Kriminal, le personnage italien apparu au début des années 60), ou encore la série télévisée de dessins animés Batman : L'Alliance des héros n'hésitera-t-elle pas à mettre en scène - dans un excellent épisodes présenté par Bat-Mite lui-même - l'histoire dont je vous ai proposé quelques pages supra.
Et pour vous faire une idée de cet épisode, ou vous rafraîchir la mémoire ...
   
Or, donc si la série d'Urasawa & Nagasaki m'a fait penser à Grant Morrison c'est parce que son personnage de Billy Bat n'est pas sans rappeler Bat-Mite et sa faculté à traverser le Quatrième Mur.
En tout cas cette histoire (je parle de Billy Bat) est très intrigante.

Commentaires

  1. Très intrigante en effet, et à chaque nouveau tome, on attend déjà à le suivant pour avoir le fin mot de cette histoire ! ^___^
    Merci pour cet article (très bien vu comme à chaque fois) sur Billy Bat.


    cette histoire de chauve souris (la blanche ou la noire ? ;-p), ça m'intrigue vraiment comme motif, d'autant plus que les références multiples à l'histoire et aux civilisations humaines, et à Batman, Disney, Tezuka, le début des comics fait par des artisans d'origines juives ou italiennes (ici japonais) fusent.


    Outre Batmite, l'autre trait commun avec le run de Morrison sur Batman est le fait que le motif de la chauve-souris traverse les ages.

    Je me demande si c'est voulu, ou si c'est juste une coincidence et que nous sommes dans une sorte d'ideaspace.

    Ce qui m'interpelle surtout dans Billy Bat, c'est la transmission par le dessin (et son pouvoir sur les masses ou un seul individu).
    Un angle très intéressant (on peut penser qu'un même dessin offre plusieurs interprétations suivant les individus d'où les chauve-souris noire et blanche).

    Quoiqu'il en soit, j'ai hâte de voir ou les auteurs nous emmèneront, outre le fait que ce soit une œuvre au multiple questionnement, c'est avant tout un thriller bigrement bien fichu qui tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre !

    RépondreSupprimer
  2. bravo pour ce Batman manga qui est pour moi une découverte. Je suis intrigué par Billy Bat mais un peu perplexe. L'auteur a apparemment beaucoup lu Ellroy, on y trouve la même théorie du complot mais en beaucoup plus ésotérique. Je suis un peu inquiet de la propension de certains intellectuels japonais, voir aussi Murakami dans 1q84, qui est aussi un formidable raconteur d'histoire, à revisiter la théorie du complot, vision de l'histoire souvent assez simpliste et presque toujours paranoiaque.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…