Accéder au contenu principal

Fantastic Four #579 à #582

... Après un départ prometteur (voir ici) la série des Quatre fantastiques, sous l'égide de Jonathan Hickman subit une baisse de régime abrupte.
Non seulement le scénariste multiplie les intrigues, mais il s'ingénie à les proposer de manière non linéaire, en une théorie hétéroclite et hoquetante de telle manière qu'elles semblent plaquées les unes à la suite des autres sans cohérence narrative.
Qui plus est, aucune des intrigues amorcées n'a significativement avancées ou n'a trouvé de résolution depuis l'arrivée du scénariste sur le titre. 
Jusqu'aux numéros 581 et 582 qui continuent Le Messager du Futur (Fantastic Four #574).
Voir enfin l'une des intrigues mises en place avancer ne m'a réjouit qu'un court instant car, je n'ai strictement rien compris aux tenants et aux aboutissants de cette histoire. Et pourtant j'ai relu ces deux numéros trois fois.
Quand je dis que je n'ai pas compris, disons que l'enjeu motivant un tel déploiement d’énergie ; expliqué par l'un des protagonistes à son grand-père me semble tellement dérisoire que je me dis que je suis passé à côté du véritable enjeux (aucun des deux résultats n'étant satisfaisants).

Mais le fond du fond est atteint avec l'épisode #580 où l'on voit le jeune Franklin se rendre à la présentation des jouets "les plus impossibles du monde" avec son oncle Johnny Storm dans un magasin de la ville. Sur place en même tant que Johnny, le lecteur se rend compte que l'Homme Impossible s'est mis en cheville avec Arcade un vilain bien connu. Mais celui-ci jure qu'il est désormais un honnête business man (terrible oxymore), ce qui se révélera faux presque immédiatement. Eh bien, croyez-le ou non cet épisode est aussi plat que mon résumé, je me demande comment ce scénario a pu passer les fourches caudines éditoriales.  
Et la suite n'augure rien de bien affriolant puisque l'un des membres des Quatre Fantastique va mourir, si j'ai bien compris.
Croire au progrès nous dit Etienne Klein, c'est s'imposer de fabriquer du futur collectif en sacrifiant du présent personnel ; je veux croire aux progrès d'Hickman et de son équipe, je vais donc sacrifier un peu de mon présent en continuant de lire son run sur les Fantastic Four .... 
Mais attention Jonathan, je suis patient .... mais ça ne dure jamais longtemps [-_ô].

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un