Accéder au contenu principal

Captain Britain par Dave Thorpe

••• Captain Britain est un personnage créé par le scénariste Chris Claremont et le dessinateur Herb Trimpe pour la branche britannique de l'éditeur étasunien Marvel
Si dans un premier temps, Marvel UK publie uniquement du matériel américain (Hulk, Spider-Man, les Fantastic Four, etc...), en 1976 Captain Britain sera une création uniquement destinée au marché anglais, et qui dans l'esprit de ses créateurs devait être l'équivalent de Captain America. 



Claremont laisse ensuite d'autres scénaristes s'occuper du destin de Captain Britain, dont Garry Friedrich, Len Wein, ou encore Jim Lawrence assisté de Bob Budiansky.

Après avoir partagé le même magazine, Captain Britain fera équipe avec Spider-Man (novembre 1977) sous l'égide conjuguée de Chris Claremont et de John Byrne. Cette aventure introduira le super-héros britannique dans l'univers Marvel.
Et sera reprise dans la revue Marvel Team-Up, en janvier et février 1978, agrémentée d'une mise en couleur. Pour les lecteurs francophones cette aventure a été publiée dans les  Special Strange n°23 & 24). 
Juillet 1977
Novembre 1977
Le personnage prendra ensuite part aux aventures de The Black Knight par Steve Parkhouse et Steve Stroke dans la magnifique saga Otherworld (qui je crois bien ne fait pas partie de la continuité™ Marvel) publiée dans l'anthologie hebdomadaire Hulk Comic (à partir de mars 1979). On retrouve par ailleurs dans cette revue le scénariste Steve Moore, aux manettes de Nick Fury, associé au dessinateur Steve Dillon. Steve Moore s'y occupe également de Hulk avec le dessinateur Dave Gibbons.  
Steve Parkhouse y scénarise les aventures  Black Knight et de Night Raven (dont l'éditeur Zenda publiera un recueil des aventures en France en 1992). Ant-Man quant à lui est une reprise du matériel américain déjà publié aux U.S.A.
Couverture intérieure d'Hulk Comic n°2
Hulk Comic n°14  juin 1979
       En 1981 Marvel Superheroes n°377 accueille une nouvelle version de Captain Britain due à Paul Neary alors editor-in-chief de Marvel UK, et à deux jeunes auteurs (du moins dans le milieu de la bande dessinée pour le premier) : Dave Thorpe aux scénarios et Alan Davis aux dessins.

Je termine avec une petite anecdote concernant les noms de Marvelman/Miracleman et Alan Moore (Pour en savoir +)

Commentaires

  1. Ah, Captain Britain...
    Il me fascinait quand j'étais gamin celui-là, sur la simple base de...sa fiche dans "Marvel de A à Z" !
    Puis j'ai lu les Sp Strange 24 et 25, plus tard.
    Il est vraiment dommage que l'édition française ne se soit pas penché sur le "run" de Thorpe en préambule de celui de Moore, car si on attaque directement par ce dernier, on a quand même sacrément l'impression d'arriver in media res...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que Thorpe pose les bases du run de Moore comme tu pourras le lire dans le second billet sur ce sujet [-_ô].

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …