Accéder au contenu principal

Les 4 Fantastiques par J. Hickman

... Le 7 août 1912 le physicien Victor Franz Hess s'envole à bord d'un ballon et fait une découverte inattendue : l'existence d'un rayonnement d'origine extraterrestre, les "rayons cosmiques".

En 1961 quatre amis s'envolent à la conquête de l'espace quand leur fusée traverse une émission de rayons cosmiques.



Cette expérience les changera à jamais, ainsi que la face du monde (des comic-books).

En 2009 Jonathan Hickman arrive sur le titre emblématique de la Maison des idées, d'abord dans une mini-série liée au crossover Dark Reign, puis sur la série régulière ..

Dés le premier numéro (Dark Reign n°6), l'éditeur transalpin (qui publie le matériel Marvel en France) sous la plume de Christian Grasse annonce la couleur ...
Force est de constater que les cinq numéros de cette mini-série, intitulée Le Pont se lisent sans ennui, voire avec plaisir.

Jonathan Hickman nous propose de lire les aventures d'une famille nucléaire [-_ô] éclatée. Eu égard aux capacités intellectuelles de Red Richards, la série s'ancre dans un univers de science(-fiction), et d'exploration. Car n'oublions pas que les Quatre Fantastiques sont avant tout des explorateurs.
Si de son côté Red Richards fait l’amère expérience que de nouveaux savoirs peuvent accroître l'ignorance ; son épouse, son beau-frère et son meilleurs ami de leur côté n'ont guère de répit pour penser.
S'ils en avaient eu le temps peut-être se seraient-ils dit que le progrès c'était mieux avant.
Et pendant ce temps, les deux jeunes enfants du couple Richards sont livrés à eux-mêmes ... 
Jonathan Hickman fait feu de tout bois, et ne ménage ni l'action, ni l'humour sur un fond bienvenu de science-fiction. Ces cinq numéros sont prometteurs.
Et pour ma part, Une Solution pour tout l'arc suivant tient toutes les promesses que j'ai cru déceler dans la mini-série précédente : c'est enlevé, dynamique, belles utilisations du concept de cliffhanger, ainsi que des thèmes de S-F. Hickman laisse la bride sur le cou aux deux enfants Richards qui n'en demandaient pas tant, et la relation Jane/Red est intéressante. 
L'épisode qui suit cet arc a été une douche froide en ce qui me concerne. Johnny et Ben passent quelques jours dans le Nu-Monde (une création de l'équipe précédente m'apprend-on dans la troisième de couverture), alors  qu'aucune explication ne permet au lecteur occasionnel de s'y retrouver. Hickman semble ne pas connaître le conseil donné par Stan Lee : un comic book est toujours le premier pour quelqu'un.
L'épisode suivant (Marvel Icon n°69/Fantastic Four #574) contrairement à ce à quoi je m'attendais laisse de côté l'intrigue débutée dans Une Solution pour tout et en met une nouvelle en place.
Mais contre toute attente Éléments Premiers (Fantastic Four #575) ne s’intéresse pas à ce qui a été esquissé dans le numéro précédent, ni a fortiori dans Une Solution pour tout ......
La multiplication des intrigues ; celle d'Une Solution pour tout, celle du Messager du Futur (FF #574) et maintenant celle-ci (Éléments Premiers) remplace l'impatience que j'avais de découvrir le travail de Jonathan Hickman en un léger sentiment d'ennui, et de frustration.

Et ça ne va pas s'arranger puisque durant quatre épisodes (l'arc Éléments Premiers) je me suis demandé ce que venaient faire les Quatre fantastiques dans ce genre d'aventure, eux aussi certainement puisqu’ils ne font pas grand chose voire dans l'aventure avec l'Homme-Taupe, je me demande encore les raisons de leur implication et le poids de leur présence.

Or, donc un bilan mitigé pour mes premiers pas dans l'univers créé par Hickman au sein de la Maison des Idées.

Vais-je changer d'idée ? 

Vous le saurez en lisant le prochain épisode de mes péripéties en compagnie des Quatre Fantastiques & de Jonathan Hickman.


(À suivre .... ?)

  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.