Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2017

Bison [2000AD]

....Flic hard-boiled sur le fil du rasoir, Jack Bison écope d'une mesure de suspension durant laquelle il teste un procédé révolutionnaire, malgré son aversion pour les nouvelles technologies.

Si la littérature de genre ne s'est jamais montrée très frileuse lorsqu'il s'agit d'imaginer de quoi divertir ses lecteurs, Colin Clayton & Chris Dows ont, avec leur série (publiée dans les numéros* 1301 à 1309 de 2000AD), poussé le bouchon assez loin.
Mais aussi incroyable que cela puisse paraître (même rétrospectivement), l'histoire a parfaitement fonctionné dans mon cas. La curiosité n'étant pas totalement étrangère à mon intérêt (j'aurais été d'ailleurs tout aussi curieux de voir comment un tel concept aurait pu être développé).

Le dénouement, qui ne manque pas d'un certain mauvais esprit, achève de faire de cette lecture un bon moment.

.... Laurence Campbell et Lee Townsend, les deux dessinateurs, livrent une prestation tout a fait honorable et à mon …

Outlier (2000AD)

.... Tom « TC » Eglington fait partie de ces nouveaux scénaristes - comme Michael Carroll, Al Ewing (et bien d'autres) - à qui le magazine 2000AD a donné une chance (sa première histoire parue l'a été dans le numéro 1712 en novembre 2010), et par là même découvert de nouveaux auteurs qui lui fournissent - régulièrement - des histoires de qualité.

Outlier (que l’on peut traduire par « cas aberrant ») est une histoire de S-F en trois parties, publiée en trente épisodes. 

Outlier [2000AD n° 1874 à 1883] : Ça démarre comme un whodunit pour finalement se révéler être une narration à la manière de Dashiell Hammett dans le « Faucon Maltais ». TCEglington y est aussi manipulateur que son éminent prédécesseur. Très réussi. Et aussi très S-F.
Outlier « Dark Symetries » [2000AD n° 1935 à 1944] : L’histoire prend un nouveau tournant et le talent du dessinateur Karl Richardson apporte un plus indéniable à la série. Déjà perceptible sur la première série, « Dark Symetries » lui offre de nouv…

Pax Americana [2000AD]

....Récit mené tambour battant par Andy Diggle & Andy Clarke (avec la collaboration de Chris Blythe aux couleurs et d'Annie Parkhouse au lettrage) pour l'hebdomadaire britannique 2000AD « Pax Americana » a été un bon moment de lecture.

Mélangeant préoccupations contemporaines quant au terrorisme, aux «extrêmes », et par la force des choses à la politique, Diggle & Clarke mettent en scène un duo (Snow & Tiger) qui ne se ménage pas lorsqu'il s'agit de contrecarrer des actions dont la nuisance est avérée. 

Dominée par une action tous azimuts, le rythme hebdomadaire du magazine n'y est pas pour rien, « Pax Americana » n'oublie pas de creuser ses personnages, dans l'espace imparti de 46 planches, et de proposer un épilogue ouvert, astucieux et crédible.
....Proposée au label Vertigo (de DC Comics), qui paraît-il l'aurait refusée (The Losers également écrite par Diggle mais dessinée par Jock aura plus de chance), cette aventure mérite tout à fait (&a…

Spider-Woman, origines & anecdotes

...Une rumeur courrait, fin 1976 début 1977 : un projet de dessin animé était à l'étude (chez Filmation) dont le personnage principal devait s'appeler Spider-Woman.
En effet, cette société de production de dessins animés, qui produisait déjà une série combinant un dessin animé de Tarzan plus un autre de Batman avait dans l'idée d'étendre son écurie de personnages, mais cette fois-ci sans devoir payer de frais de licence comme avec l'Homme-Singe et le Caped Crusader. En créant quelques nouveaux personnages de son cru, dont ladite Spider-Woman.
Lorsque Stan Lee, qui occupait alors le poste de directeur des publications chez Marvel, eut vent de cette rumeur il demanda à Archie Goddwin, l'editor in chief en titre, d'assurer immédiatement la protection du nom, bien trop proche à son goût de Spider-Man, le fleuron de leur propre cheptel, en publiant une histoire avec un personnage ainsi nommé.
Quelques temps plus tard Lee réitérera cette démarche en inventant (avec

Spider-Woman (Ann Nocenti) #47 à #50

…. Alors qu’elle n’avait jamais lu de bandes dessinées encore un an auparavant, et qu’elle n’avait pas plus écrit de scénario, Mark Gruenwald qui vient de devenir editor sur la série Spider-Woman, l’embauche pour écrire ladite série.
C’est en substance ce que racontera Ann Nocenti dans la page du courrier (intitulée Venom Blast) du 48ème numéro (inédit en français), le deuxième qu’elle écrira sur les quatre que comprendra son run

L’un des arguments que développe alors Gruenwald - nous sommes en 1982 - devant une Ann Nocenti qui ne s’y attendait pas, est que jamais un personnage féminin n’a été écrit par une femme sur le long terme. On peut donc supposer que l’editor avait encore en tête de redresser les ventes du titre lorsqu'il s'adressait à sa futur scénariste ; ce que tend également à confirmer la nouvelle titraille, dont le surtitre « The All-New » en dit long, en plus de l’arrivée d’un nouveau dessinateur (Brian Postman). 
L’autre argument , toujours d’après celui qui dev…