Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2015

Cyberman alias Deathlok

•••• Deathlok (voir la fiche d'identité du personnage) la série produite par Rich Buckler & Doug Moench pour l'éditeur U.SMarvel  dans les années 1970 (  ) a eu l'heur (?) de se voir publier dans l'Hexagone par l'éditeur Artima/Arédit. Comme souvent chez cet éditeur les pages originales sont retouchées, notamment pour être publié dans un format "pocket" plus petit que le format comic book original. Cependant, ce n'était pas le seul éditeur à pratiquer ces remontages de planche. Parfois c'était pour des raisons de "censure" ; par exemple ici LUG retouche une case des Gardiens de la Galaxie pour masquer un rapport sexuel cosmique trop explicite (c'est du moins mon interprétation). Ceci étant dit, voyons quelques pages pour nous faire une idée, en commençant par la couverture qui reste somme toute assez fidèle : On remarquera que l'éditeur français "anoblit" Deathlok en le rapprochant (ce qui n'est pas faux non plus)…

Angela Bowie est la Veuve Noire (Black Widow)

Comme un chant de lumière triste de George R.R. Martin

Si aujourd'hui il semble superflu de présenter Georges R. R. Martin il peut-être intéressant de voir comment on le présentait en 1981 aux lecteurs français :
George R.R. Martin
Auteur nouveau, étrange, impossible à rattacher à quelque grand ancien comme d’autres étoiles de la jeune science-fiction américaine, au talent si particulier et si original que nul n’a osé les regrouper dans une quelconque vague. Il y a ainsi John Varley, il y a Orson Scott Card, il y a George Martin qui collectionne les bonnes places sur les listes de prix de ces dernières années, 
Dans de multiples catégories. Il a été choisi pour inaugurer une nouvelle série de livres reliés, Le Masque de l’Avenir, avec un roman très épais, l’Agonie de la lumière et prévoit d’éditer son recueil Song for Lya, qui contient entre autres textes extraordinaires Comme un chant de lumière triste. L’épopée fantastique "Heroic fantasy" - Le Monde des chimères - 1981 - Collection du Livre d’or de la science-fiction
Et vo…

Le MONOMYTHE (Joseph Campbell)

"Ok ! Le héros a des problèmes, le héros résout ses problèmes" Kurt Vonnegut
... La théorie de Joseph Campbell est la suivante ; tous les mythes et récits épiques sont liés entre eux dans l'imaginaire humain et sont les manifestations culturelles d'un besoin humain universel d'expliquer les réalités sociales, cosmologiques et spirituelles. Campbell spécialiste en littérature médiévale a été fasciné par les cultures amérindiennes dés son plus jeune âge, ensuite il a été influencé entre par l'art de Picasso, celui de Matisse, les écrits de Freud et de Jung ainsi que par les romans de Thomas Mann et de James Joyce. C'est à ce dernier qu'il a emprunté le terme "monomythe".
Paradoxalement alors que c'est certainement le film Star Wars qui l' a fait connaitre du grand public, c'est en résistant "férocement" à l'appropriation de la culture savante par la culture populaire dans deux articles qu'il a commencé à synthétiser ce…

Le saviez-vous ?

Shakespeareet Cervantes sont morts à la même date, le 23 avril 1616, mais pas le même jour !
L'Angleterre vivant encore avec le calendrier julien, et l'Espagne étant déjà passée au calendrier grégorien, l'auteur de Don Quichotte avait en réalité précédé Will dans la tombe de onze jours.
Étonnant non !?

AIRBOY (Robinson & Hinkle)/Image Comics

... Vous le savez peut-être déjà mais James Robinson est un auteur très connu dans le monde de la bande dessinée pour avoir ressuscité un personnage de l'Âge d'Or de la BD américaine, Starman pour ne pas le nommer, et en avoir fait une série au succès - autant critique que public – considérable ; donc sachant cela, voir demander à Robinson de remettre au goût du jour un personnage tel qu’Airboy (tombé depuis peu dans le domaine public) comme le fait l'éditeur d'Image Comics prend une saveur particulière. Celle peut-être, d’être catalogué « réanimateur » (dans le sens lovecraftien du terme) de personnages désuets voire vieillots. Et qui a besoin d'une telle étiquette ? Ensuite, ces derniers temps, James Robinson a eu, semble-t-il, quelques déboires chez DC Comics ; et au travers de la mise scène de son double d’encre et de papier c’est la situation qu’il occupe au sein de l’industrie des comic books qu’il autopsie avec acuité. 
Et beaucoup d’humour. Une industrie qui a …

Le réel n'a pas eu lieu, Michel Onfray

Je considère Michel Onfray comme un véritable accélérateur de connaissances, un véritable pédagogue ("Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement",Boileau). Voici un entretien accordé à la revue LIRE (avril 2014) au moment de la sortie de son ouvrage sur l'oeuvre de Cervantès L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, dans le cadre de son projet de contre-histoire de la littérature, à propos duquel il propose une interprétation originale contenue dans son titre : Le réel n'a pas eu lieu. Le principe de Don Quichotte.
Il m'est odieux de suivre autant que de guider. Nietzsche Bonne lecture.

Le Dinosaure Écarlate alias Devil Dinosaur

... Chez Marvel (comme sur le grand écran) les dinosaures sont de retour ; Planet Hulk associe Captain America et le Devil Dinosaur dans le cadre des Secret Wars, et en novembre un nouveau titre paraîtra Moon Girl & Devil Dinosaur toujours chez Marvel. Ce dernier titre a paru sous l'égide de Jack Kirby à la fin des années 70, il mettait en récit un duo composé d'un "pré-humain et d'un tyrannosaure rouge sang". En ce temps-là c'était un Moon-Boy qui était associé au Dinosaure Écarlate (pour 9 numéros). C'est de cette série que je vous propose une aventure, celle paru aux U.S.A en 1978 sous le titre de Giant, mais dans sa version française paru elle en 1980 dans un format "pocket" dans l'anthologie Étranges aventures (n°66) chez Artima.
Mais avant d'entrer dans le vif de cette histoire je voudrais vous proposer une comparaison entre les pages françaises et les pages américaines.
Pourquoi cela ma direz-vous ?
Eh bien tout simplement parce qu…