Accéder au contenu principal

Le Dinosaure Écarlate alias Devil Dinosaur


... Chez Marvel (comme sur le grand écran) les dinosaures sont de retour ; Planet Hulk associe Captain America et le Devil Dinosaur dans le cadre des Secret Wars, et en novembre un nouveau titre paraîtra Moon Girl & Devil Dinosaur toujours chez Marvel.
Ce dernier titre a paru sous l'égide de Jack Kirby à la fin des années 70, il mettait en récit un duo composé d'un "pré-humain et d'un tyrannosaure rouge sang". En ce temps-là c'était un Moon-Boy qui était associé au Dinosaure Écarlate (pour 9 numéros).
C'est de cette série que je vous propose une aventure, celle paru aux U.S.A en 1978 sous le titre de Giant, mais dans sa version française paru elle en 1980 dans un format "pocket" dans l'anthologie Étranges aventures (n°66) chez Artima.
Mais avant d'entrer dans le vif de cette histoire je voudrais vous proposer une comparaison entre les pages françaises et les pages américaines.
Pourquoi cela ma direz-vous ?
Eh bien tout simplement parce que les éditeurs hexagonaux avaient parfois ou disons plus précisément assez souvent, l'habitude de retoucher les planches U.S
Parfois pour mettre l'histoire au format des "pockets" (plus petit que les celui des comic books) par exemple, d'autre fois pour atténuer le dynamisme voire la violence de certaines cases (ou du moins jugées comme telles à l'époque).
Il y avait donc des ateliers de retouches au sein des maisons d'éditions françaises. Le grand (par le talent et la gentillesse) Jean-Yves Mitton (cf. entretien) par exemple, a travaillé dans un de ces ateliers pour LUG
Ici, pour le Dinosaure Écarlate, les premières pages sont fidèles puis, assez bizarrement, quelqu'un chez Artima a fait le choix de changer le format d'une case :
Page 4 de l'E.O U.S
On peut voir ici le travail de retouche de l'éditeur lyonnais LUG sur la série Les Gardiens de la Galaxie.

Pour les amateurs d'Histoire de la BD, vous pouvez vous rendre ici où je parle d'un "projet avorté", celui de la (tentative de) reprise de Devil Dinosaur (l'original si je puis dire) par Roger Petersen & Mark Schultz.

Mais place à la BD, voici Le Dinosaure Écarlate dans :"Un Géant dans la vallée". ......




Commentaires

  1. Je viens de lire une autre série de Kirby, Captain Victory & the Galactic Rangers, la série chez Pacific Comics vers 1982-84. En gros, c'est Icarus l'Eternel mélangé avec Orion (lui aussi est un descendant du dieu du mal) qui lutte avec Triton l'Inhumain et un Ben Boxer noir contre Karnelia la norne et les Deviants.

    La nouvelle série de Joe Casey chez Dynamite est très différente graphiquement mais relativement fidèle dans l'esprit. L'épisode final en revanche accentue trop la fusion avec les Nouveaux Dieux de New Genesis.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que j'avais lu un numéro ou deux en VF chez Artima il y a quelques années. [-_ô]
    Je ne connais pas la série de Casey, à l'occasion je la lirai.

    Merci.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®