Accéder au contenu principal

Le MONOMYTHE (Joseph Campbell)

"Ok ! Le héros a des problèmes, le héros résout ses problèmes"
Kurt Vonnegut

Mara Thalia
... La théorie de Joseph Campbell est la suivante ; tous les mythes et récits épiques sont liés entre eux dans l'imaginaire humain et sont les manifestations culturelles d'un besoin humain universel d'expliquer les réalités sociales, cosmologiques et spirituelles.
Campbell spécialiste en littérature médiévale a été fasciné par les cultures amérindiennes dés son plus jeune âge, ensuite il a été influencé entre par l'art de Picasso, celui de Matisse, les écrits de Freud et de Jung ainsi que par les romans de Thomas Mann et de James Joyce.
C'est à ce dernier qu'il a emprunté le terme "monomythe".

Paradoxalement alors que c'est certainement le film Star Wars qui l' a fait connaitre du grand public, c'est en résistant "férocement" à l'appropriation de la culture savante par la culture populaire dans deux articles qu'il a commencé à synthétiser ce qui allait devenir le monomythe.
Pour le dire vite, l'un des arguments favoris de Campbell contre Thornton Wilder - qui avait mis en scène une pièce de théâtre s'inspirant fortement de Finnegans Wake et qui avait beaucoup de succès, contrairement au roman de Joyce (ce qui ne plaisait pas à Campbell), l'argument principal de Joseph Campbell donc était que "James Joyce est le premier à avoir compris à quel point les histoires modernes sont des mythes réécrits à chaque époque et communs à toute l'humanité". (Cf. Richard Mèmetau). 
C'est à cette occasion que Joseph Campbell emprunte à l'écrivain irlandais le terme de "monomythe" : "les mythes de toutes les civilisations pourraient au fond ne former qu'une seule et même histoire, et fournir une unique vérité à ressasser à l'ensemble de l'humanité." Richard Mèmeteau : Pop Culture Réflexions sur les industries du rêve et l'invention des identités).

Extrait de Finnegans Wake où apparaît le terme "monomythe" :

Chapitre 16 :

581
    N’importe comment (l’affaire est troubleuse et pénile pour un sou) l’avaient-ils pas appelé à beaucoup à leur meeting d’indignation feinte, vective de vengeance de vehmecs à la volley, inwader et uitlander, les notables, écrachant dans leurs barbes montées de souillivan la diffamation sur lui, leur patriarche juste et renomsable ? […..] Au carryfour avec aulus plaucius, leur happyâne claudiuse ! Et ainsi d’aussi les triviales ! Et leur bivouac ! Et son monomythe ! Ah ho ! N’en dis pas plus ! Je suis désolé. J’ai vu ! Je suis désolé ! Je suis désolé de dire que j’ai vu ![……]


Veillée Pinouilles traduction française d’Hervé Michel de Finnegans Wake de James Joyce

Accessoirement c'est aussi à James Joyce (dans le même roman) que l'on a emprunté le mot "quark". [-_ô]


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®