Accéder au contenu principal

Le MONOMYTHE (Joseph Campbell)

"Ok ! Le héros a des problèmes, le héros résout ses problèmes"
Kurt Vonnegut

Mara Thalia
... La théorie de Joseph Campbell est la suivante ; tous les mythes et récits épiques sont liés entre eux dans l'imaginaire humain et sont les manifestations culturelles d'un besoin humain universel d'expliquer les réalités sociales, cosmologiques et spirituelles.
Campbell spécialiste en littérature médiévale a été fasciné par les cultures amérindiennes dés son plus jeune âge, ensuite il a été influencé entre par l'art de Picasso, celui de Matisse, les écrits de Freud et de Jung ainsi que par les romans de Thomas Mann et de James Joyce.
C'est à ce dernier qu'il a emprunté le terme "monomythe".

Paradoxalement alors que c'est certainement le film Star Wars qui l' a fait connaitre du grand public, c'est en résistant "férocement" à l'appropriation de la culture savante par la culture populaire dans deux articles qu'il a commencé à synthétiser ce qui allait devenir le monomythe.
Pour le dire vite, l'un des arguments favoris de Campbell contre Thornton Wilder - qui avait mis en scène une pièce de théâtre s'inspirant fortement de Finnegans Wake et qui avait beaucoup de succès, contrairement au roman de Joyce (ce qui ne plaisait pas à Campbell), l'argument principal de Joseph Campbell donc était que "James Joyce est le premier à avoir compris à quel point les histoires modernes sont des mythes réécrits à chaque époque et communs à toute l'humanité". (Cf. Richard Mèmetau). 
C'est à cette occasion que Joseph Campbell emprunte à l'écrivain irlandais le terme de "monomythe" : "les mythes de toutes les civilisations pourraient au fond ne former qu'une seule et même histoire, et fournir une unique vérité à ressasser à l'ensemble de l'humanité." Richard Mèmeteau : Pop Culture Réflexions sur les industries du rêve et l'invention des identités).

Extrait de Finnegans Wake où apparaît le terme "monomythe" :

Chapitre 16 :

581
    N’importe comment (l’affaire est troubleuse et pénile pour un sou) l’avaient-ils pas appelé à beaucoup à leur meeting d’indignation feinte, vective de vengeance de vehmecs à la volley, inwader et uitlander, les notables, écrachant dans leurs barbes montées de souillivan la diffamation sur lui, leur patriarche juste et renomsable ? […..] Au carryfour avec aulus plaucius, leur happyâne claudiuse ! Et ainsi d’aussi les triviales ! Et leur bivouac ! Et son monomythe ! Ah ho ! N’en dis pas plus ! Je suis désolé. J’ai vu ! Je suis désolé ! Je suis désolé de dire que j’ai vu ![……]


Veillée Pinouilles traduction française d’Hervé Michel de Finnegans Wake de James Joyce

Accessoirement c'est aussi à James Joyce (dans le même roman) que l'on a emprunté le mot "quark". [-_ô]


Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …