Accéder au contenu principal

Nebula-9 : The Final Frontier

... Nebula-9 est une série télévisée qui a connu une brève carrière télévisuelle. Annulée il y a dix ans après 12 épisodes loin de faire l'unanimité : un mélodrame bidon et un jeu d'acteurs sans vie entendait-on très souvent alors. Un destin un peu comparable à Firefly la série de Joss Whedon, sauf que cette dernière bénéficiait si mes souvenirs sont bons, de jugements plus louangeurs. Il n'en demeure pas moins que ces deux séries de science-fiction (parmi d'autres telle Farscape) naviguaient dans le sillage ouvert par Star Trek dés les années 60 celui du space opera.

Le space opera est un terme alors légèrement connoté en mauvaise part lorsqu'il est proposé, en 1941 par l'écrivain de science-fiction Wilson Tucker, pour une catégorie de récits de S-F nés sous les couvertures bariolées des pulps des années 30. Les pulps dont l'une des particularités était la périodicité ce qui allait entraîner "une capacité de tradition" (Michel Meurger) et faire de ces artéfacts un vivier particulièrement dynamique de ce qui compose encore aujourd'hui l'art modeste (autrement dit la culture populaire).
  
Le space-opera originel suis-je tenté d'écrire utilise alors les codes du roman de cape et d'épée, du roman d'aventure et du western en y ajoutant l’exotisme des décors et toute une "quincaillerie" technologique ; dixit Jacques Baudou. Ce qui fait dire à André-François Ruaud, qu'au pire le space opera ne sera guère plus qu'un western spatial.

En effet le space opera ressort exactement du "western spatial", c'est-à-dire de récits ayant pour thème l'occident, ce qui se trouve à l'Ouest ; en un mot ce que les Étasuniens appellent la Frontière

En 1960, le 15 juillet pour être précis le futur président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy prononce son désormais célèbre discours où dit-il : 
"[..] je vous dis que nous sommes devant une Nouvelle Frontière, que nous le voulions ou non. Au-delà de cette frontière, s'étendent les domaines inexplorés de la science et de l'espace, [...]"

La Frontière dont il est question ici n'est pas la même que celle que l'on conçoit communément en Europe. Il ne s'agit pas d'une frontière politique, d'une palissade qui sépare, mais plutôt d'une frontière de peuplement. Une limite mouvante qui sépare les régions peuplées de celles qui attendent de l'être (sous entendu par des Américains) autrement dit la wilderness, qui marque l'extrême avancée de la société civilisée. 
Ainsi Frederick J. Turner n'hésite-t-il pas à comparer ce qu'est la Frontière pour les Etats-Unis (dans son exposé de 1893 à Chicago) à ce qu'a été la Méditerranée pour les Grecs : "les poussant à rompre avec les habitudes, leur proposant des expériences, des institutions et des activités nouvelles, [..]". Cet historien et pas le moindre dans le paysage intellectuel américain, propose d'expliquer toute l'histoire américaine grâce à l'Ouest. Rien de moins. 

Ce que Frederick J. Turner se proposait de faire pour l'Histoire américaine me semble tout à fait envisageable pour la fiction étasunienne. Utiliser la Frontière et ses corollaires en tant que grille de lecture de l'imaginaire américain. C'est le message que tente de nous délivrer The Final Frontier ; may fortune guide your journey ! (Puisse la chance guider votre voyage !) comme le répétait le capitaine Max Rennard.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un