Accéder au contenu principal

Twilight of the Superheroes par Alan Moore

... Première partie d'une petite série de billets consacrés au projet Twilight of the Superheroes concocté par Alan Moore vers la fin des années 80 et qui n'a jamais vu le jour.
Du moins dans la version que le magicien de Northampton avait envisagée car, on murmure que le projet d'Alex Ross & de Mark Waid intitulé Kingdome Come s'en inspire largement.
Ce projet écrit bien évidemment à l'origine en anglais vous est proposé dans une traduction ; d'abord par l'ami Jay Wicky qui me demande de préciser qu'il s'agit d'une traduction de jeunesse ; ceci étant dit son talent de traducteur n'a pas attendu le nombre des années pour se révéler donc attendez-vous à du bon boulot.






Commentaires

  1. Génial, merci à toi pour la mise à disposition et pour Jay Wicky pour la trad'.
    La parenté de 'Kingdom Come" avec ce projet me semble assez flagrante, en effet, de l'ambiance pré-apocalyptique à l'organisation clanique, en passant par le témoin "huamain", ici Constantine, là le prêtre...

    RépondreSupprimer
  2. ha ha, toi aussi tu donnes dans le Wicky-leak !

    on finira par l'avoir à l'usure, le père Jay, et il ouvrira un blog pour diffuser autour de lui l'amour du beau, du bon, et des galettes de Pont-Aven.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas je lui ai envoyé un mail pour qu'il me donne son autorisation pour publier ce qu'il avait traduit, et ça m'a fait plaisir d'avoir des nouvelles.

      Supprimer
  3. je crois bien que je l' ai dèjà lu mais ça fait plaisir que tu le propose sur le blog :)

    RépondreSupprimer
  4. est-ce que tu m' autorises à le mettre sur facebook ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Utopia Avenue, un roman progressiste

Imaginez un M alcolm M c L aren d’aujourd’hui, recrutant pour un boy band comme il l’avait fait en 1975.              Mais au lieu d’engager 4 punks vociférant ce M c L aren conceptuel, qui d’ailleurs s’appellera Levon Frankland pendant plus de 700 pages, se préoccuperait plutôt d’inclusivité que de choquer le bourgeois. Enfin pas vraiment lui, mais D avid M itchell l’écrivain qui lui donne vie dans « Utopia Avenue », titre homonyme du groupe musical en question.  Rien ne manque en effet à la liste, il y a même un patriarche blanc de plus de 50 ans, quasi coupable d’un « féminicide ». Sans rire !              Or donc, cet éphémère groupe (imaginaire), Utopia Avenue donc, constitué sur les bases bien-pensantes d’aujourd’hui va remuer la scène musicale du Swinging London © , et croiser tout ce que le gotha Rock & Folk de la fin des sixties compte comme pointures de la scène musicale.  Roman bien-pensant, mais aussi – surtout- roman bien pensé, « Utopia Avenue » emprunte donc la c

COPRA [Michel Fiffe / Virgile Iscan]

Hommage à la Suicide Squad de J ohn O strander & L uke M c D onnell, et au savoir-faire industriel de J ack K irby (voir la page courrier infra ), la série de bande dessinée connue sous le nom de COPRA semble tout droit sorti d'un comic book Image™ des années 1990. Toute le répertoire s'y bouscule : de l'Élasthanne © , des (gros) muscles, des calibres, de la violence, de la Sf Potemkine, et des cliffhangers tellement nombreux qu'on dirait qu'il pleut des S tallone. Mais la vraie valeur ajoutée de cette histoire en bande dessinée, prévue en 50 numéros, c'est son dessin & son storytelling à nuls autre pareils. À tel point que la manière de raconter son histoire prend largement le pas sur ce que M ichel F iffe raconte. Véritable page-turner , COPRA c'est un R ob L iefeld qui a enfin appris à dessiner, en plus de s'être fait greffé le cerveau de S teve G erber. Pas moins ! Mais n'allons pas trop vite.             Né en 1979 à la Havane , sur l&