Accéder au contenu principal

Jason Bourne : L'Héritage

... Quatrième volet des films adaptés des romans écrits par Robert Ludlum puis par Eric Van Lustbader (dont au passage j'avais beaucoup aimé les romans dont le protagoniste est un ninja américain : Nicholas Linear), Jason Bourne : L'héritage garde le schéma de ces prédécesseurs à savoir un agent de la branche action d'un service secret gouvernemental américain est pourchassé par ceux qui en ont fait ce qu'il est.
Changement de taille, ce n'est plus Jason Bourne le personnage que l'on pourchasse mais Aaron Cross alias Jeremy Renner ; un acteur que j'ai découvert dans l'excellente série télévisée The Unusuals.
Après les trois précédents films on doit se rendre à l'évidence : les grands pontes qui dirigent ces officines gouvernementales occultes ne s'intéressent pas au cinéma. Car évidemment, ils sauraient que la chasse à l'homme est un jeu tout aussi dangereux que la proie qu'il pourchasse.
D'autant que dans cet opus, le gibier est un super-soldat.
Adaptation de Gladiator pour l'éditeur Marvel 1976

... À ma connaissance le premier super-soldat de l’ère moderne se nomme Hugo Danner (Gladiator par Philip Wylie 1930) ; et même s'il n'a pas été créé par son père (grâce à un sérum) dans ce but, la Première Guerre mondiale va lui donner un théâtre d'opérations à sa mesure. Un autre super-soldat auquel on ne peut manquer de penser c'est bien entendu Steve Rogers qui, contrairement à son prédécesseur et modèle a été crée dans le but d'être le prototype d'une armée que l'on aurait envoyée au front face aux troupes allemandes. Mais finalement il sera le seul, connu sous le nom de Captain America.
Plus récemment il y a eu les Universal Soldiers (liste non exhaustive).      
Adaptation du roman pour l'éditeur DC Comics 2005

La particularité d'Aaron Cross c'est d'avoir un point commun avec Charlie Gordon le personnage du roman Des Fleurs pour Algernon, et plus précisément des point de QI en moins.

Ainsi l'agent en cavale doit-il échapper à ses poursuivants tout en essayant de trouver les pilules miracles qui font de lui ce qu'il est.

C'est la présence dans la distribution de Jeremy Renner qui m'a incité à regarder ce film. Et il a été à la hauteurs de mes espérances avec un jeu à la fois fait d’énergie brute et d'une touche de fragilité qui rend son personnage crédible.
Le film quant à lui s'il est prenant de bout en bout c'est uniquement grâce à ses scènes d'action (dont une poursuite en moto époustouflante) - qui s'enchaînent sans temps mort, car côté scénario c'est plutôt mince.
Toutefois ce qui permet à Aaron Cross d'être de rester (ou pas) un super-soldat est plutôt bien trouvé :

Outcome :
[..]un ancien entraîneur d'athlétisme est-allemand a été accusé d'avoir cherché à obtenir du Repoxygen. Ce gène médicament en cours de développement juste avant les jeux Olympiques de Turin de 2006 était initialement destiné à traiter l'anémie. Celui-ci contenait un virus synthétique portant le gène de l'EPO, l'hormone qui joue un rôle clé dans la production de globules rouges. [...] Source

Reste que je ne me suis pas ennuyé, c'est déjà ça !

L'adaptation de Gladiator le roman de Philip Wylie pour Marvel a été réalisée par Roy Thomas, Rich Buckler & Tony deZuniga (Marvel Preview presents MAN-GOD hiver 1976).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…