Accéder au contenu principal

The Bletchley Circle


... La Seconde Guerre mondiale n'a pas seulement engendré des théâtres d'opérations sanglants où s'opposaient les Alliés et les force de l'Axe, elle a également stimulé le développement d'un secteur de premier plan, qui par la force des choses devait rester invisible : le Renseignement.
L'un des hauts lieux de la cryptologie, la science des messages secrets se trouvait en Angleterre ; à Bletchley Park ..   





Si aujourd'hui des noms comme Alan Turing ou encore la machine Enigma sont connus de tous, il est bien évident que le Renseignement n'est pas le seul fait d'un seul cerveau tout aussi génial qu'il soit, ou le résultat de l'exploitation d'une seule machine.
Nombre de "petites mains" ont participé au déchiffrement des codes.
... Nonobstant, au lendemain de la guerre, ces "petites mains" (en l’occurrence un nombre élevé de femmes du fait même de la nature de la guerre) ayant participé à la Victoire devaient, non seulement retourner à leur vie ordinaire - celle que leur imposait la société anglaise des années 50 - mais qu'en plus elles devaient taire ce qu'elles avaient fait durant toutes ces années.  

The Bletchley Circle est une série dont l'idée de départ me semble aussi géniale que simple : Et si les dispositions particulières qui avaient permis à un quatuor de jeunes d'accéder à l'un des postes stratégiques des forces Alliés trouvaient à s'exercer en temps de paix ? 

Ou, le meurtre envisagé comme un code.


Plusieurs jeunes femmes sont retrouvés mortes dans le Londres de l'après-guerre, Susan Gray dont la passion pour les énigmes et les codes ne s'est pas éteinte avec la fin de guerre a développé une théorie.

Mais rien n'est simple pour une femme dans les années 50.
Une toile euristique secrète 
En trois épisodes, The Bletchley Circle nous raconte la traque du tueurs par quatre femmes qui doivent vivre dans une société qui ne leur laisse guère la place de s'épanouir ; et à qui on dénie sous le couvert du secret-défense le droit de dire ce qu'elles ont apporté à la victoire de leur pays, même à leurs proches.

Distribution impeccable, ambiance et atmosphère au diapason, scénario au cordeau, The Bletchley Circle allie l’intérêt d'une enquête policière captivante à une peinture de la société (anglaise) des années 50 fort réussie.

Les deux extraits audio proviennent l'un de l'émission de Patrice Gélinet 2000 ans d'histoire consacrée à la machine Enigma, et l'autre de l'émission Une vie, une oeuvre consacré à Alan Turing.  
  

Commentaires

  1. Je recommande aussi la lecture du Jardin aux Sentiers qui Bifurquent, de Borges, où le meurtre devient code secret.

    RépondreSupprimer
  2. N'oublions pas Neal Stephenson et son Cryptonomicon (ainsi que Snow Crash pour le coté viral du code/language)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » S cott Z . B urns              The Report , du réalisateur & scénariste S cott Z . B urns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante.  En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice D ianne F einstein, D aniel J . J ones va, avec une équipe restreinte ( sic ) , consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats. Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de R ay C elestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte.  Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais R yūnosuke A kutagawa [ Pour en savoir + ], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de «  West End Blues  », un  morceau de L ouis A rmstrong.  Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies , également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton .  « J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »             Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je doi

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille , dont l'indispensable couverture d' A urélien P olice dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force. De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C . R obert C argil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.             Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre. Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile , une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale. Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quê