Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2013

Astérix chez les Pictes

... Afin de saluer le retour d'un nouvel album d'Astérix, Astérix chez les Pictes un album atypique puisqu'il est le premier où les créateurs de la série, Goscinny & Uderzo, en sont totalement absents, je vous propose un petit dossier fait en son temps (2009) par le Figaro sur la série.
Mais avant je voudrais saluer ce nouvel album comme il se doit :
C'est dans un premier temps grâce à l'ami Phil et son blog que j'ai eu vent de la parution d'un nouvel album des turbulents Gaulois,  et ce que j'en ai vu  m'a soufflé : j'aurai été bien en peine de dire que ce n'était pas du meilleur Uderzo.  C'est donc très intrigué que j'ai acheté cet album. Et sur la totalité de l'histoire c'est bluffant, Didier Conrad assure une continuité artistique époustouflante, aucune rupture avec le style d'Albert Uderzo.   Côté scénario, c'est tout aussi réussi, je ne connaissait par Jean-Yves Ferri, mais manifestement ce scénariste gagne à…

Lone Ranger (2013)

...Blockbuster de l'été, Lone Ranger, naissance d'un héros l'est assurément. Mais c'est surtout un fantastique conte postmoderne.

Un jeune procureur, John Reid, revient dans son village natal au fin fond de l'Ouest ; dés son arrivée un enchaînement d'événements lui fera assister au meurtre de son frère, un ranger, dans d'atroces circonstances. Lui-même aura la vie sauve, mais selon des modalités mal définies. En tout état de cause pour tout ceux qui l'ont connu sa mort ne fera aucun doute.
Dés lors, un étrange Indien, Tonto, lui servira de mentor dans sa quête de justice.
Une quête qu'il fera sous l'identité du Lone Ranger.   

En quoi le western de Gore Verbinski est-il un conte postmoderne ?
Tout d'abord, je vais définir ce que j'entends par postmoderne car je pense qu'il faut circonscrire son objet, le délimiter, de sorte que cet objet ne peut être d'emblée la totalité de ce qui est.
En outre, l'instabilité sémantique de ce mot p…

L'Autre vie de Richard Kemp

L’inspecteur Richard Kemp enquête sur un meurtre, dont d’étranges similitudes lui rappellent le “Perce-oreille”, un tueur en série qu’il a traqué en vain au début de carrière. Mais un événement mystérieux le renvoie vingt ans en arrière, en mai 1989, à la veille du premier meurtre commis par le Perce-oreille, Kemp s’efforce alors d’empêcher les meurtres d’avoir lieu. Mais un jeune flic ambitieux lui complique la tâche, un jeune inspecteur qui n’est autre que… lui-même avec vingt ans de moins.
...L'expérience est un peigne que nous donne la vie quand on est devenu chauve disait fort justement Bernard Blier, Richard Kemp va d'une certaine manière recevoir son peigne avant d'en arriver là.
Si le paradoxe temporel est un motif structurant de L'Autre vie de Richard Kemp, il agit en éminence grise. Et en agent discret, efface les défis logiques qu'il pourrait induire et dont aucune histoire ne peut sortir indemne, bien au contraire.
Ce faisant, la force du récit, ses enjeux…

Pacific Rim

"Des robots hauts comme des immeubles de 25 étages qui affrontent des monstres de la même taille, voilà l'essence de Pacific Rim." Gillermo del Toro

...Dans l'océan des suites et des remakes qui baigne Hollywood surgit parfois, le long du littoral pacifique, un kaiju (qui signifie en japonais "bête gigantesque") et, quoique s'en défende le cinéaste : "les kaiju et les Anciens ne viennent pas du même univers", ces léviathans ont quelque chose de lovecraftien dans Pacific Rim. Cependant, lovecraftien ou pas, c'est du côté de la culture populaire japonaise qu'il faut chercher l'origine de ces monstres. Nés à l'origine des cendres radioactives d'une humiliation, le Kaiju Eiga (le film de monstres géants) va faire l'objet d'un véritable culte au Pays du soleil levant (et dans le reste du monde) : Godzilla, Gamera, Mothra etc... Face à cette menace venue d'un univers parallèle, le monde n'a eu dans un premier temps qu…