Accéder au contenu principal

L'Autre vie de Richard Kemp


L’inspecteur Richard Kemp enquête sur un meurtre, dont d’étranges similitudes lui rappellent le “Perce-oreille”, un tueur en série qu’il a traqué en vain au début de carrière. Mais un événement mystérieux le renvoie vingt ans en arrière, en mai 1989, à la veille du premier meurtre commis par le Perce-oreille, Kemp s’efforce alors d’empêcher les meurtres d’avoir lieu. Mais un jeune flic ambitieux lui complique la tâche, un jeune inspecteur qui n’est autre que… lui-même avec vingt ans de moins.

... L'expérience est un peigne que nous donne la vie quand on est devenu chauve disait fort justement Bernard Blier, Richard Kemp va d'une certaine manière recevoir son peigne avant d'en arriver là.
Si le paradoxe temporel est un motif structurant de L'Autre vie de Richard Kemp, il agit en éminence grise. Et en agent discret, efface les défis logiques qu'il pourrait induire et dont aucune histoire ne peut sortir indemne, bien au contraire.
Ce faisant, la force du récit, ses enjeux, le travail subtil sur les variations des décors (entre passé et présent), le jeu des comédiens, la réalisation corrigent avec beaucoup de brio la dissonance cognitive que produit un tel procédé, le voyage dans le Temps, et permet à la suspension volontaire d'incrédulité du spectateur d'agir à plein régime et sans contrainte. Richard Kemp est en ce sens comme le spectateur : face à cette rupture de l'ordre reconnu, à cette irruption de l'inadmissible il adopte en quelque sorte la doublepensée inventée par George Orwell (1984) en acceptant simultanément deux points de vue opposés et se lance à corps perdu dans une course contre la montre.
L'Autre vie de Richard Kemp s'inscrit à l'instar du célèbre roman d'Agatha Christie (Le Meurtre de Roger Ackroyd) dans une subversion des règles du genre (le roman policier) qu'avait en son temps édicté S.S. Van Dyne.
Ici l'un des protagonistes connaît avant le tueur lui-même les victimes. Néanmoins, pierre d'achoppement de son action, il n'a aucune existence légale dans ce passé puisqu'il est le futur de l'un des acteurs principaux de l'enquête. En outre il va s'apercevoir que si l'ordre existe, le désordre persiste ; et que modifier le temps n'est pas sans conséquence.
L'une d'entre elles n'est rien de moins que la peur, cette émotion du possible selon Jean Delumeau, non pas tant celle de Richard Kemp que celle du spectateur. Et cette peur va innerver avec beaucoup de vigueur le suspense; le plus sûr moyen de soutenir l'attention du spectateur selon Hitchcock qui s'y connaissait.  
Car l'une des forces du film est l'empathie que l'on ressent à l'égard de Kemp et d'Hélène Bastille, la seule personne au courant de son existence et de son voyage temporel ; tout deux plongés dans un enchaînement de situations qui rapidement leur échappe.
Et si L'Autre vie de Richard Kemp est un thriller particulièrement efficace grâce à un suspense savamment entretenu, c'est aussi une très belle histoire romantique au sujet d'une rencontre que le Temps s'ingénie à la fois à contrecarrer et à rejouer. Il y a d'ailleurs une formidable articulation autour d'Hélène Batistelli et les différentes lignes temporelles liées au paradoxe d'un voyage dans cette dimension.

... L'Autre vie de Richard Kemp m'a fait penser rétrospectivement (comme il se doit) au film de Chris Maker La Jetée, pas d'un point de vue formel, entendons nous bien, mais sous l'angle poétique. Un "parrainage" plutôt de bon aloi de mon point de vue. 
Si L'Autre vie de Richard Kemp est un film à voir absolument, Germinal Alvarez son réalisateur est un auteur à suivre. Indéniablement.    

Commentaires

  1. Voilà un billet qui remplit parfaitement son office, c'est-à-dire qui donne une furieuse envie de voir le film.
    Et si en plus tu cites "La Jetée" et "Le Meurtre de Roger Acroyd", je suis d'autant plus convaincu !

    RépondreSupprimer
  2. Pour les parisiens, PLANETE MARKER à Beaubourg à partir du 16 octobre... chic chic !

    RépondreSupprimer
  3. Un coffret DVD sort aussi en même temps avec le fabuleux "Level Five", entre autres...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…