Accéder au contenu principal

Cyberman alias Deathlok

•••• Deathlok (voir la fiche d'identité du personnage) la série produite par Rich Buckler & Doug Moench pour l'éditeur U.S Marvel  dans les années 1970 (  ) a eu l'heur (?) de se voir publier dans l'Hexagone par l'éditeur Artima/Arédit.
Comme souvent chez cet éditeur les pages originales sont retouchées, notamment pour être publié dans un format "pocket" plus petit que le format comic book original.
Cependant, ce n'était pas le seul éditeur à pratiquer ces remontages de planche. Parfois c'était pour des raisons de "censure" ; par exemple ici LUG retouche une case des Gardiens de la Galaxie pour masquer un rapport sexuel cosmique trop explicite (c'est du moins mon interprétation).
Ceci étant dit, voyons quelques pages pour nous faire une idée, en commençant par la couverture qui reste somme toute assez fidèle :
Cliquez pour agrandir
On remarquera que l'éditeur français "anoblit" Deathlok en le rapprochant (ce qui n'est pas faux non plus) de la créature du docteur Frankenstein
Un nom qui est aussi celui de la revue qui accueille le cyborg américain.
La deuxième page de l'édition américaine n'est pas dans le numéro de Frankenstein le magazine qui propose Deathlok mais dans la revue Le Fils de Satan n° 14 où elle sert de publicité.
Le personnage change de nom en traversant l'Atlantique et devient Cyberman (pour en savoir plus sur les cyborgs et l'origine du personnage un détour ici s'impose.  
Cliquez pour agrandir
Vous l'avez déjà noté, la revue française est en noir & blanc.
Or, donc la première page de la version hexagonale est en fait la deuxième page U.S
Cliquez pour agrandir
Pas de changement à première vue, la mise en page originale est respectée. 
Toutefois, on perd dans la version française le travail typographique. C'est Annette Kawecki qui a créé un lettrage particulier pour la série originale, Rich Buckler, le créateur/scénariste et dessinateur de la série n'oublie jamais de lui rendre hommage pour le travail innovant qu'elle a réalisé sur la série (1974).
Pour la page suivante ça se corse ; inexplicablement (du moins en ce qui me concerne) la page est retouchée :
Cliquez pour grandir
Comme pour la série Devil Dinosaur (voir ici) par exemple on a agrandi des cases ?
Ce qui bien entendu entraîne un décalage qui une fois installé ....
Ainsi le storytelling (la mise en récit) du dessinateur et du scénariste se trouve chamboulé pour une raison qui m'échappe complètement.
Chacun d'entre nous peut comparer les deux versions et voir celle qui a le plus d'impact. 
La version originale a d'autant plus d'impact que la page 3 est suivie d'une publicité.
Allez, encore deux pages pour la route ...
Des pages où des phylactères sont enlevés, déplacés, ou modifiés dans leur forme.
Cliquez pour agrandir
Dans le prochain billet je vous proposerai l'épisode d'Artima dans sa totalité. 

(À suivre ...)

Commentaires

  1. J'ai enfin lu il y a peu les premiers épisodes de Deathlock dans un recueil VO. Même si je lis régulièrement l'anglais, j'ai trouvé la narration assez exigeante, notamment par l'emploi de ces différentes "voix" et de nombreux flashbacks.
    Je pense qu'avec cette version retouchée d'Aredit, j'aurais été un peu perdu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis bien d'accord, Deathlok est une lecture assez exigeante et qui sort vraiment de l'ordinaire (d'autant plus dans les années 70 et chez Marvel).

      Supprimer
    2. C'est vrai que la typo Arédit uniformise tout le lettrage, et comme le noir et blanc ne permet pas une colorisation différente des bulles et récitatifs, on s'y perd. Mais je me souviens que j'arrivais à suivre malgré tout.

      Supprimer
    3. Par contre, le remontage, quelle plaie !

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®