Accéder au contenu principal

La LIGUE des GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES III

... Troisième volet du 3ième volume des aventures de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, 2009 parait en France chez l'éditeur Delcourt.
Si j'avais trouvé 1911 moins captivant que les précédentes aventures, 1969 m'avait au contraire enchanté et ce troisième tome, est tout aussi bon.    

Si de l'aveu même de Moore l'idée derrière la série était de créer une Justice League (of America) à la sauce victorienne ; il apparaît dés le premier volume que le projet entretient aussi une liaison étroite avec le Wold Newton de Philip José Farmer (1972 avec Tarzan Alive).
Le Wold Newton qui peut être envisagé comme la transposition littéraire de l'arrivée de Superman (1938) dans l'industrie naissante des comic books
Car souvenons-nous que c'est en 1933 que le comic-book fut inventé, il est alors gratuit et disponible en échange de coupons disponibles sur les produits de grande consommation ; et il ne contient que des réimpressions de la presse dominicale. Un an plus tard paraît le n°1 de Famous Funnies au prix de 10 cents, et à la fin de cette même année on voit apparaître les premiers fascicules proposant des histoires inédites.
Or, donc l'aéronef du Kryptonien devenant par la grâce de l'imagination fertile de Farmer un aérolithe, et les radiations qui dotent les descendants des deux diligences la métaphore de l'énergie créatrice engendrée par Siegel & Shuster. Une vitalité qui stimulera la démographie super-héroïque à un point tel que cette population est devenue l'acteur majeur de la bande dessinée aux U.S.A.
En outre, il est bien évident que Superman n'a pas été créé ex-nihilo et que les éléments qui ont conduit à son arrivée dans le paysage culturel étasunien ne sont totalement étrangers aux personnages que deviendront les enfants des irradiés de Wold Newton. C'est d'une certaine manière ce que dit en filigrane La Ligue des Gentlemen Extraordinaires en réunissant des figures marquantes de la littérature européenne pour en faire une sorte de Ligue de Justice Victorienne.
Avec les premiers volumes Moore semble donc postuler que des personnages européens tels que Mr. Hyde ou Allan Quatermain ont posé les linéaments du genre super-héroïque qui s'épanouira aux U.S.A
Ceci étant dit, il y a aussi un autre précédent à la Ligue des Gentlemen Extraordinaires.
Les Vengeurs Victoriens
En 1912 dans les pages de la revue The Century Magazine, Carolyn Wells invite à la même table Sherlock HolmesArsène Lupin, Ebenezer Gryce, le professeur Van Dunsen, Auguste Dupin et d'autres détectives pour former la bien nommée Société des Détectives Infaillibles  (aka Society of the Infallible Detectives) possible prototype de la Justice Society of America (1940). 
Dans un entretien accordé au magazine MAD MOVIES en 2002 au moment de la sortie sur les écrans de cinéma de From Hell, Alan Moore compare l'histoire à une branche d'ADN :

Je considère dans From Hell que l'histoire est comme une branche d'ADN. Si l'on en possède un morceau significatif, on peut reconstituer entièrement le brin. [...] Notre culture a atteint un point suffisamment avancé pour nous permettre d'interpréter l'histoire, de déduire ses grandes lignes et sa répétitivité, voir de la prédire avec plus ou moins de certitude. [....]  

Ce qui peut être fait pour l'Histoire peut également l'être pour l'histoire de l'art modeste.
Ainsi avais-je postulé que l'une des motivations ayant conduit à la réalisation du label America's Best Comics était la volonté de Moore de montrer que lui, que l'on présentait comme l'un des architectes du grim and gritty pouvait écrire des personnages dans un style moins sombre que celui en vogue depuis le milieu des années 80, que d'aucuns lui reprochaient d'avoir créé.

Il me semble qu'avec La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, Alan Moore veut remettre les pendules à l'heure au sujet d'une autre accusation formulée à son encontre.


(À suivre ..)

Commentaires

  1. Toujours aussi captivant, m'sieur Dada.
    Quant au grim and gritty, Alan Moore est moins responsable de ses débordements que ces piteux suiveurs, et il leur règle leur compte dans Judgement Day.

    RépondreSupprimer
  2. Un billet de premier ordre, Artie.
    Pour le grim n'gritty, je trouve que "Supreme" est aussi un antidote à sa manière...

    RépondreSupprimer
  3. absolument d' accord pour judgement day ( un de mes moore préférés, totalement méprisé dans les biographies et analyses sur l' oeuvre du maitre ) d' autant plus qu' une des cases sur la découverte du coupable reprend la couverture du dark knight de miller

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu d'accord avec toi sur Judgement Day, et avec Photonik sur Suprême.

      Supprimer
  4. Et moi, je suis d'accor avec moi, avec Artie, avec Photonik et avec Midnighter. Comme quoi...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai découvert il y a peu de temps ce blog et je sens que si je ne fais pas attention, je vais y passer des heures. Bravo pour ces remarques pertinentes.

    Par contre, j'aurai une question triviale qui n'a rien avec avec ce papier à part son sujet principal : En ce qui concerne le volume 2 de "la ligue des gentlemen" et sa partie manuscrite - "The new travellers almanac", cette dernière est-elle traduite dans l'édition intégrale de Panini de la ligue ou n'existe-t-elle en VF que dans "Les archives secrètes" publiées à part par les Editions USA ? J'ai le TPB en vo, mais j'avoue que mon attention devient flottante à le lire en anglais (je sais, je sais...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas ces éditions, mais il me semble que oui.

      Merci de tes aimables commentaires.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…