Accéder au contenu principal

Dredd


... Je ne connais pas bien le Judge Dredd, j'ai lu les numéros édités par ARÉDIT, les 3 ou 4 recueils d'ARBORIS, deux ou trois numéros des éditions Tournon-Egmont (sortis au moment du film avec Stallone que je n'ai pas vu), plus quelques numéros en V.O.
Judge Dredd n° 1 Arédit 1984
Je me souviens qu'en 1995 le film avec Stallone avait fait grincer des dents lorsqu'il était devenu évident que l'étalon italien n'allait pas passer le film avec son casque sur la tête.
Sachez que cet trahison est évitée avec cette nouvelle adaptation.Karl Urban garde son casque et tire une tronche tout à fait comme son homologue d'encre et de papier, you drokking bastard !
Et contre toute attente ça marche, si le Judge Dredd est plutôt un personnage froid et rigide (euphémisme), Karl Urban arrive grâce à son langage corporel et l'aide de cadrages judicieux à transmettre quelques bribes d'émotion.
Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'une bluette.  
La ville dans laquelle opère Dredd est une mégalopole tentaculaire contrôlée en grande partie (en totalité ?) par différents gangs de criminels.
L'histoire que l'on nous propose se déroule bon an mal an sur une journée et dans un seul lieu ; passé l'exposition du personnage principal.
Dredd se voit adjoindre un rookie (un bleubite) pour qu'elle soit évaluée, toutefois cette jeune recrue a échoué aux tests d'entrée, de peu certes, mais tout de même. Ce qui motive le Judge Chief (le directeur) à tenter cette évaluation tient à l'aptitude particulière du pas-encore-tout-à-fait Judge Anderson (Olivia Thirlby, un très bon choix).  

Si au niveau de l'action je n'ai rien à dire sinon que c'est mené tambour battant, et plutôt réussi ; je voudrais m'attarder un peu les choix fait pour donner un peu de chair aux personnages et épaissir ce qui ne serait jamais qu'une énième course poursuite à la Piège de cristal.   
Comme dit précédemment karl Urban réussit à faire passer quelques bribes d'émotion à son personnages, c'est fugace forcément mais vraiment bien vu. En outre la réalisation qui propose par ailleurs force explosions donne à voir des moments forts réussis sans en appuyer les effets : la scène dans l'appartement avec la résidente inquiète pour son mec, le skatepark, la famille d'Anderson. En outre le film joue avec les nerfs du spectateur quant à l'expression de la violence visuelle ; entre explosion et suggestion.
Il est clair que le monde dans lequel vivent les personnages ne génère que peu de raison de faire de l'humour, cependant le film n'en est pas dénué.

... En définitive vous l'avez déjà compris Dredd m'a non seulement fait passer un excellent moment, mais il m'a donné l'envie de le revoir. Mais ce n'est pas tout, il m'a également donner envie de me (re)plonger dans les aventures du personnage dans leurs versions de papier. Plutôt pas mal je trouve.

Et puisque j'en parle permettez-moi de vous proposer une courte histoire du Judge Dredd paru dans le n°81 de Métal Hurlant











       

Commentaires

  1. Ah, la logique de Métal : on annonce Dredd contre Crève et on a une histoire qui n'a rien à voir. Excellente au demeurant car la partie graphique est assurée par Brian Bolland. Le film est sorti ?

    RépondreSupprimer
  2. DREDD sortira en France directement en DVD/Blu-Ray le 11 février.

    RépondreSupprimer
  3. désolé mais le coté banlieue parisienne de l'environnement ( combis volkswagen...) j'accroche pas

    RépondreSupprimer
  4. LES LIENS DES 4 FICHIERS POSTé SUR 1fichier sur TCH sont morts, si tu peux les réup ce serait génial, par avance merci...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…