Accéder au contenu principal

Dredd


... Je ne connais pas bien le Judge Dredd, j'ai lu les numéros édités par ARÉDIT, les 3 ou 4 recueils d'ARBORIS, deux ou trois numéros des éditions Tournon-Egmont (sortis au moment du film avec Stallone que je n'ai pas vu), plus quelques numéros en V.O.
Judge Dredd n° 1 Arédit 1984
Je me souviens qu'en 1995 le film avec Stallone avait fait grincer des dents lorsqu'il était devenu évident que l'étalon italien n'allait pas passer le film avec son casque sur la tête.
Sachez que cet trahison est évitée avec cette nouvelle adaptation.Karl Urban garde son casque et tire une tronche tout à fait comme son homologue d'encre et de papier, you drokking bastard !
Et contre toute attente ça marche, si le Judge Dredd est plutôt un personnage froid et rigide (euphémisme), Karl Urban arrive grâce à son langage corporel et l'aide de cadrages judicieux à transmettre quelques bribes d'émotion.
Mais n'allez pas croire qu'il s'agit d'une bluette.  
La ville dans laquelle opère Dredd est une mégalopole tentaculaire contrôlée en grande partie (en totalité ?) par différents gangs de criminels.
L'histoire que l'on nous propose se déroule bon an mal an sur une journée et dans un seul lieu ; passé l'exposition du personnage principal.
Dredd se voit adjoindre un rookie (un bleubite) pour qu'elle soit évaluée, toutefois cette jeune recrue a échoué aux tests d'entrée, de peu certes, mais tout de même. Ce qui motive le Judge Chief (le directeur) à tenter cette évaluation tient à l'aptitude particulière du pas-encore-tout-à-fait Judge Anderson (Olivia Thirlby, un très bon choix).  

Si au niveau de l'action je n'ai rien à dire sinon que c'est mené tambour battant, et plutôt réussi ; je voudrais m'attarder un peu les choix fait pour donner un peu de chair aux personnages et épaissir ce qui ne serait jamais qu'une énième course poursuite à la Piège de cristal.   
Comme dit précédemment karl Urban réussit à faire passer quelques bribes d'émotion à son personnages, c'est fugace forcément mais vraiment bien vu. En outre la réalisation qui propose par ailleurs force explosions donne à voir des moments forts réussis sans en appuyer les effets : la scène dans l'appartement avec la résidente inquiète pour son mec, le skatepark, la famille d'Anderson. En outre le film joue avec les nerfs du spectateur quant à l'expression de la violence visuelle ; entre explosion et suggestion.
Il est clair que le monde dans lequel vivent les personnages ne génère que peu de raison de faire de l'humour, cependant le film n'en est pas dénué.

... En définitive vous l'avez déjà compris Dredd m'a non seulement fait passer un excellent moment, mais il m'a donné l'envie de le revoir. Mais ce n'est pas tout, il m'a également donner envie de me (re)plonger dans les aventures du personnage dans leurs versions de papier. Plutôt pas mal je trouve.

Et puisque j'en parle permettez-moi de vous proposer une courte histoire du Judge Dredd paru dans le n°81 de Métal Hurlant











       

Commentaires

  1. Ah, la logique de Métal : on annonce Dredd contre Crève et on a une histoire qui n'a rien à voir. Excellente au demeurant car la partie graphique est assurée par Brian Bolland. Le film est sorti ?

    RépondreSupprimer
  2. DREDD sortira en France directement en DVD/Blu-Ray le 11 février.

    RépondreSupprimer
  3. désolé mais le coté banlieue parisienne de l'environnement ( combis volkswagen...) j'accroche pas

    RépondreSupprimer
  4. LES LIENS DES 4 FICHIERS POSTé SUR 1fichier sur TCH sont morts, si tu peux les réup ce serait génial, par avance merci...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …