Accéder au contenu principal

Les chiens de Belfast [Sam Millar / Patrick Raynal]

« Une erreur d'interprétation, et tu bascules dans la rivière de merde, les rames solidement enfoncées dans le cul  »
            Les chiens de Belfast est le premier tome d'une série de quatre romans écrite par Sam Millar, à la demande de son éditeur qui voulait un héros récurrent.
Karl Kane, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est un détective privé dur à cuire, jamais en panne d'une bonne blague.

Sam Millar, que j'ai découvert par hasard, mais qui semble jouir d'une assez bonne presse hexagonale, livre ici pourtant un récit policier bien peu rigoureux.

Ainsi, son détective privé entretient-il bien moins des six célèbres degrés de séparation avec n'importe quel personnage important de l'intrigue.  Ce qui est plutôt bienvenu puisque tous ces électrons, dont certains ne resteront pas libres longtemps, gravitent autour de l'enquêteur.
Ajoutez quelques réactions assez incompréhensibles de personnages clés (le duo de tueurs, le beau-frère), et un dénouement dont je me demande d'où il sort !? Et vous aurez un roman dont j'ai du mal à croire qu'il a pu échapper à la vigilance d'un éditeur consciencieux.
Mais ce n'est pas tout.

             En effet, la traduction, pourtant faite par une pointure du milieu polar made in France, Patrick Raynal, semble avoir été sous-traitée à un élève de quatrième.
Le cas le plus étonnant semble être celui où un cambrioleur en pleine action entend un bruit:
« Yelp… 
Andy s’immobilisa brusquement et se mit à écouter le silence. »

Eh oui, c'est bien ce que vous pensez ! Il y a quelqu'un en train de crier « Help²… » dans un roman en français.

Help ?

C’est quoi ce bordel ? se récrie le cambrioleur en même temps que le lecteur !!
Un « Help » avec une note en bas de page, sans rire.

Comment croire un seul instant qu'il n'était pas possible de traduire le « Yelp » du début en un « aus »,  puis le « help » en un « au secours », ou un « à l'aide » plus concis

Cela dit l'une des premières notes de bas de page du  roman aurait dû me mettre la puce à l'oreille ; puisqu'il s'agissait, nous indique-t-elle d'un « jeu de mots intraduisible entre Munday et Monday (lundi). » Le ridicule ne tue pas, dommage ! Ça ferait un bon suspect.

Autrement dit, un personnage qui se nomme Munday se présente au bureau de Karl Kane un lundi. La question que je me suis alors posé est la suivante : pourquoi n'avoir pas transformé le dénommé Munday en un Londi qui nous aurait évité une note de bas de page si risible ?

D'autres petites choses plus  incongrues parsèment ce roman.

Comme cette phrase « On a eu deux oiseaux avec une seule pierre. » dont le contexte laisse penser que la version originale est « kill two birds with one stone ». Expression que l'on traduit plus communément par « faire d'une pierre deux coups ». 

            En conclusion, difficile de dire si les faiblesses de l'intrigue viennent d'une traduction approximative, ou d'un Sam Millar assez peu concerné par la commande de son éditeur.
En tout état de cause je ne laisse pas de m'étonner qu'une telle traduction ait pu paraître aux éditions du Seuil.  
Je propose un bandeau pour une prochaine réédition :  Les chien de Belfast, un roman dont vous êtes le correcteur [-_ô].

Joyeux Noël !
________
L'ours inculte semble arriver aux mêmes conclusions [Pour en savoir +] au sujet de la traduction. Pire, le deuxième tome n'est pas mieux !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er