Accéder au contenu principal

Les chiens de Belfast [Sam Millar / Patrick Raynal]

« Une erreur d'interprétation, et tu bascules dans la rivière de merde, les rames solidement enfoncées dans le cul  »
            Les chiens de Belfast est le premier tome d'une série de quatre romans écrite par Sam Millar, à la demande de son éditeur qui voulait un héros récurrent.
Karl Kane, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est un détective privé dur à cuire, jamais en panne d'une bonne blague.

Sam Millar, que j'ai découvert par hasard, mais qui semble jouir d'une assez bonne presse hexagonale, livre ici pourtant un récit policier bien peu rigoureux.

Ainsi, son détective privé entretient-il bien moins des six célèbres degrés de séparation avec n'importe quel personnage important de l'intrigue.  Ce qui est plutôt bienvenu puisque tous ces électrons, dont certains ne resteront pas libres longtemps, gravitent autour de l'enquêteur.
Ajoutez quelques réactions assez incompréhensibles de personnages clés (le duo de tueurs, le beau-frère), et un dénouement dont je me demande d'où il sort !? Et vous aurez un roman dont j'ai du mal à croire qu'il a pu échapper à la vigilance d'un éditeur consciencieux.
Mais ce n'est pas tout.

             En effet, la traduction, pourtant faite par une pointure du milieu polar made in France, Patrick Raynal, semble avoir été sous-traitée à un élève de quatrième.
Le cas le plus étonnant semble être celui où un cambrioleur en pleine action entend un bruit:
« Yelp… 
Andy s’immobilisa brusquement et se mit à écouter le silence. »

Eh oui, c'est bien ce que vous pensez ! Il y a quelqu'un en train de crier « Help²… » dans un roman en français.

Help ?

C’est quoi ce bordel ? se récrie le cambrioleur en même temps que le lecteur !!
Un « Help » avec une note en bas de page, sans rire.

Comment croire un seul instant qu'il n'était pas possible de traduire le « Yelp » du début en un « aus »,  puis le « help » en un « au secours », ou un « à l'aide » plus concis

Cela dit l'une des premières notes de bas de page du  roman aurait dû me mettre la puce à l'oreille ; puisqu'il s'agissait, nous indique-t-elle d'un « jeu de mots intraduisible entre Munday et Monday (lundi). » Le ridicule ne tue pas, dommage ! Ça ferait un bon suspect.

Autrement dit, un personnage qui se nomme Munday se présente au bureau de Karl Kane un lundi. La question que je me suis alors posé est la suivante : pourquoi n'avoir pas transformé le dénommé Munday en un Londi qui nous aurait évité une note de bas de page si risible ?

D'autres petites choses plus  incongrues parsèment ce roman.

Comme cette phrase « On a eu deux oiseaux avec une seule pierre. » dont le contexte laisse penser que la version originale est « kill two birds with one stone ». Expression que l'on traduit plus communément par « faire d'une pierre deux coups ». 

            En conclusion, difficile de dire si les faiblesses de l'intrigue viennent d'une traduction approximative, ou d'un Sam Millar assez peu concerné par la commande de son éditeur.
En tout état de cause je ne laisse pas de m'étonner qu'une telle traduction ait pu paraître aux éditions du Seuil.  
Je propose un bandeau pour une prochaine réédition :  Les chien de Belfast, un roman dont vous êtes le correcteur [-_ô].

Joyeux Noël !
________
L'ours inculte semble arriver aux mêmes conclusions [Pour en savoir +] au sujet de la traduction. Pire, le deuxième tome n'est pas mieux !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®