Accéder au contenu principal

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » Scott Z. Burns

             The Report, du réalisateur & scénariste Scott Z. Burns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante. 

En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice Dianne Feinstein, Daniel J. Jones va, avec une équipe restreinte (sic), consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats.

Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de bout en bout ; et trouve sa place auprès de prestigieux prédécesseurs tel que Les Hommes du président (Alan J. Pakula 1976), par exemple.

Mais The Report est aussi très intéressant en ce qu'il dit de lui-même.
Autrement dit des films qui se basent sur des « faits réels », ceux qui auscultent l'Histoire. Et de la manière dont ces films nous influencent.

             Ainsi The Report est-il l'antithèse de Zero Dark Thirty (2012) de Kathryn Bigelow sur le rapport qu'ils entretiennent chacun, avec l'efficacité de la torture dans l'obtention de renseignements.

The Report cite d'ailleurs nommément 24 Heures chrono, et montre Adam Driver (qui s'était engagé dans les Marines après les attentats du 11-septembre) alias Daniel Jones, en train de regarder le film de Bigelow. On pourra aussi s'intéresser à la série télévisée intitulée The Looming Tower [Pour en savoir +]. 
De fait, cette série donc, le film de Scott Z. Burns et Zero Dark Thirty mettent d'ailleurs en scène quelques personnages communs. 
Dont celui très charismatique, incarné par Jessica Chastaing dans film de Katryn Bigelow

Et le moins que l'on puisse dire est que The Looming Tower et The Report le voient eux, très différemment.


Tout comme la presse américaine, dont certains journaux n'ont pas hésité à surnommer celle qui a servi de modèle à ces 3 personnages, du surnom de « reine de la torture ».
Ce qui ne l'a pas empêché, apparemment, d'être promue, en 2011, à l'un des postes les plus importants de l'agence de renseignement américaine.

            En conclusion j'ai passé un excellent moment à regarder The Report, et pas mal de temps à m'intéresser aux à-côtés du film, tout aussi captivants. 
              Et pour conclure définitivement, je laisse la parole à John R. MacArthur, co-rédacteur de la préface du rapport traduit aux édition Les Arènes© sous le titre de : La CIA et la torture, sur lequel se base donc le film de Scott Z. Burns : « Des films comme « Zero Dark Thirty », et des séries comme « 24 Heures » ou « Homeland » ont eu un impact, y compris chez le public progressiste: certains sont ainsi convaincus qu’il existe des vrais intellectuels à la CIA, des gens qui réfléchissent, qui ont de la retenue et qui tentent de mettre fin aux dérives. 
Hélas, le rapport permet de réaliser qu’il n’y a pratiquement que des bureaucrates féroces qui luttent pour préserver leur influence et leurs intérêts ». Source   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®