Accéder au contenu principal

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de Ray Celestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte. 
Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais Ryūnosuke Akutagawa [Pour en savoir +], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de « West End Blues », un  morceau de Louis Armstrong. 

Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies, également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton

« J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »

            Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je dois toutefois préciser que la contrainte oulipienne en question m'aurait complétement échappé si Ray Celestin ne l'avait mentionnée dans sa très intéressante postface. 

Reste que la reconstitution du Chicago d'Al Capone est clairement la pierre angulaire sur laquelle repose le plaisir que j'ai pris à lire ce roman. En plus de cette immersion très réussie, l'auteur a eu l'excellente idée d'évoquer la bactérie spirochète, et d'en faire le terreau d'une « origin story » stupéfiante. 
S'y ajoute bien entendu une enquête, menée sur plusieurs fronts indépendants. Manière de corser encore un peu plus cet excellent roman.    

            Ray Celestin poursuit donc de main de maître son projet d'associer jazz et gangstérisme, en faisant des plus puissants criminels de l'époque les mécènes d'un âge d'or musical. Il n'oublie cependant pas qu'il opère dans le domaine du roman ; et tout aussi crédible que soit l'arrière-plan historique et théorique, Mascarade est aussi - et surtout - un très très bon polar. 
Encore meilleur que son prédécesseur.

(À suivre .....)  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®