Accéder au contenu principal

PariZ [Rodolphe Casso]

Le « zombie », tel que nous le connaissons aujourd'hui, et qui prend son essor grâce au réalisateur George Romero dès 1968, s'inspire certainement plus du célèbre roman de Richard Matheson « Je suis une légende », que des rites vaudous. 
Ainsi, la horde poussée par le désir instinctif de se nourrir, le décor post-catastrophe, et bien sûr la perspective narrative du rescapé ; tout cela est déjà dans ce roman de 1954. 
On peut aussi y ajouter le thème l'enfermement ; que ce soit une maison, un centre commercial, voire derrière un gigantesque mur.
Dans « PariZ », Rodolphe Casso, dont c'est le premier roman, situe la majeure partie de son histoire dans les couloirs du métro parisien. 

            Mais l'épidémie de « zonards » est surtout un prétexte. 
Il n'est en effet jamais question de « zombies » dans le roman ; pas plus que les personnages dont nous ferons la connaissance n'ont vu ou lu d'histoires les concernant. 

Les zonards donc, sont essentiellement un arrière-plan à l'aventure de trois personnages hauts en en couleur : la Goutte, vieillard alcoolique au dernier degré, la Gâchette, originaire du Mozambique, est un ex-enfant soldat, et la Gobe, jeune teufeur frappé de débilité, qui ne doit son salut qu’à Goa, son chien d’attaque et cerveau auxiliaire. 
C'est d'ailleurs cette dernière description, celle du chien en tant que « cerveau auxiliaire », qui m'a donné envie de lire « PariZ ». Et qui finalement se révélera être un poil exagérée. 

Reste que nos trois clodos feront, dans les entrailles du métropolitain, une rencontre décisive, laquelle les emmènera, et nous avec, vers un nouveau théâtre d'opération. 

            Si de mon point de vue, « PariZ » aurait gagné à faire l'économie de quelques péripéties, ce roman n'en demeure pas moins un très très bon divertissement. 

Comme je l'ai dit, les « zonards » sont la goutte qui tombent dans un vase que d'aucuns attendaient impatiemment qu'il déborde pour en changer. Quelque soit la nature de ladite goutte. 
« PariZ » prend alors l'allure d'un récit de guerre civile, peut-être pas très éloigné de ce qui nous attend tôt ou tard ; celle du tous contre tous. Cela dit, la dimension prophétique n'est pas l'aspect le plus essentiel de cette aventure picaresque, à l'arrière-goût de morts-vivants. 
Nourri par un beau sens du dialogue, des discours inspirés et, d'une manière générale, d'une belle érudition, « PariZ » est roman captivant, que j'ai lu avec une certaine gloutonnerie.
  
En tout état de cause je prends d'ores et déjà rendez-vous avec le roman suivant de Rodolphe Casso, intitulé  « Nécropolitains », toujours publié par les éditions Critic, et encore sous une magnifique couverture d'Aurélien Police.
Un roman qui se déroule, semble-t-il, dans le même « univers ». 

Autrement dit, la promesse d'un bon moment de lecture à venir.

D'autres que moi ont aussi aimé « PariZ », ainsi Le Chien Critique© [Pour en savoir +] qui est un peu le Goa de la blogosphère SfFF™.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®