Accéder au contenu principal

Chiens de guerre [Adrian Tchaikovsky / Henry-Luc Planchat]

« Je m’appelle Rex. Je suis un bon chien. »
Mais fait-on de la bonne littérature de genre avec un « bon chien » ? 
Je me suis posé la question pendant 320 pages, et la réponse est non en ce qui concerne le cas d'espèce traité ici. 
En effet Chiens de guerre, court (sans jeux de mots) bien trop de lièvres à la fois, et surtout n'en capture aucun. Adrian Tchaikovsky, s'il n'invente rien dans son roman, s'obstine à vouloir creuser l'aspect éthique de son intrigue, alors que visiblement il n'a rien à dire de plus sur le sujet qui n'ait déjà été dit. Ceci au détriment d'une intrigue intéressante. C'est creux, et en plus on s'ennuie ferme.

Ses personnages ne sauvent pas les meubles, et même Rex, qui a pourtant droit à un traitement de faveur, est un personnage en qui j'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser. Miel qui occupe disons, la seconde place en terme de présence, est sûrement le personnage qui devient le plus incongru du roman, compte tenu du contexte. Même si la « Murène  » est près de lui ravir sa place. Le reste de la distribution joue les utilités.
Et dans ce peloton se détache Ellen Asanto, dans un rôle superfétatoire exemplaire, d'un roman qui n'en manque pourtant pas. Je trouve que dans ce cas particulier, Tchaikovsky a poussé le bouchon assez loin. C'en est presque comique.

             Reste que Adrian Tchaikovsky a eu le très bon goût de faire court. Et Denoël© celui d'avoir confié la couverture à Aurélien Police. 
Pour le reste, Chiens de guerre est un roman que j'aurais pu ne pas lire. 

Commentaires

  1. Ouch !
    Et moi qui voulais le lire, tu refroidis un peu mes ardeurs.
    Ceci dit, tu avais adoré La toile du temps que j'avais détesté, alors, peut-être que...
    Mais sa lecture devient tout de même moins prioritaire.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, j'avais bien aimé "La Toile du temps", mais surtout j'ai l'impression que les critiques françaises sur "Chiens de guerre", sont plutôt très positives.
    La mienne doit être la seule qui n'en dit pas du bien. Autrement dit ne te fie pas trop à mes goûts [-_ô].

    (Un peu comme "Terra Ignota", dont je ne lis que des dithyrambes, alors que j'ai péniblement atteint la moitié ; pour finalement me rendre compte que c'était justement cet enthousiasme général qui motivait ma lecture, plutôt que l’ennuyeux roman d'Ada Palmer)

    RépondreSupprimer
  3. Etant novice dans ces thèmes ça pourrait peut-être le faire pour moi je trouve la thématique intéressante

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er