Accéder au contenu principal

La Dette [Mike Nicol / Estelle Roudet]

Vers 2005 ou 2006, la plupart des médias s'en faisait l'écho, Philippe Djian opérait une sorte de révolution littéraire. En effet, avec Doggy bag le célèbre romancier lançait une série de romans écrits « avec les codes de la série télé ». On pouvait même lire qu'il leur empruntait « la structure en 24 images seconde » ; comprenne qui pourra.
En 2019 je n'ai toujours pas lu les six tomes de la série en question, mais je viens de lire un roman dont je peux dire qu'il m'a fait penser à une série télévisée. 

            Divisé en trois parties, comme autant d'épisode, La Dette de Mike Nicol se déroule dans une Afrique du Sud contemporaine de sa publication. On y suit les mésaventures de Mace Bishop, un Blanc, et de Pylon Buso, un Noir, qui ont pris les armes aux côtés du  « MK » la branche armée et clandestine de l'ANC, au moment de l'apartheid, et se sont depuis reconvertis dans la protection de riches amateurs de « tourisme médical ».

Mais comme le titre du roman le dit clairement, le passé va venir sonner à leur porte.

            S'appuyant sur une sérieuse documentation, Mike Nicol est un ancien journaliste, La Dette, outre sa particularité très télévisuelle, invite des personnages dont la fréquentation risque de mettre mal à l'aise. Même Bishop et Buso, les « héros » de ce premier tome sur les trois qui les mettent en scène, ne font pas toujours l'unanimité.

C'est d'ailleurs sûrement ce qui captive le plus. Ça, et l'autopsie de la  « nation arc-en-ciel » à laquelle se livre Mike Nicol en bon auteur de polar qu'il est. Même s'il s'agit d'une position difficilement tenable. 

Comment en effet, dans une société post-apartheid, entendre la voix d'un Blanc critiquant l'ANC. Autrement dit le parti politique en place depuis 1994, et qui a lutté pied à pied  contre la politique « de développement séparé » mis en place dès 1948 ?  

            Bref, il reste en tout cas un récit très nerveux, très violent aussi, et ma foi très éclairant sur une partie du monde dont on parle finalement peu. Quand bien même est-il partial.
Mike Nicol m'avait intéressé avec L'Agence [Pour en savoir +], La Dette entretient cet intérêt à un taux d'usure assez faible.   

(À suivre .....         

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®