Accéder au contenu principal

Crossed + 100 (Alan Moore + Gabriel Andrade)

"J'aime manipuler les mots et les consciences en manipulant le langage"
Alan Moore

"La magie est une maladie du langage"
Aleister Crowley
... Dès 2002 alors qu'il travaille au sein de son propre label ABC Comics, (voir ici & Alan Moore déclare être sur un projet intitulé Comet Ranger, qui sera dessiné par Jim Lee et pour lequel il a "tenté d'inventer un langage du futur qui paraisse réaliste" (voir entretien), las ! le projet ne se fera pas.
Dans un entretien publié en octobre 2000 il déclarait à ses interlocuteurs : "[...] ces notes en bas de page ici sont juste le décompte des mots dans les bulles. Pas plus de 25 mots par bulle, pas plus de 240 mots par page [..]".
Plus loin dans cette interview Moore disait : " [..] Les mots à leur manière relèvent d'une technologie : vous pouvez tout faire avec eux. Le langage est pour moi la racine de la magie [..]. Pour moi la magie, à laquelle j'attache une extrême importance, est une technologie qui se fonde sur le langage. [..]".
En 2003 il évoque encore une fois son travail avec les mots et cite Mort Weisinger (un influent editor chez DC Comics dans les années 1960) : "Ce qu'il (Weisinger) disait c'était : si vous avez six cases par page alors le maximum de mots que vous devez avoir dans chaque case ne doit pas excéder 35. Pas plus. C'est le maximum. 35 mots par case.
En outre, si une bulle a plus de 20 ou 25 mots, c'est trop. 25 mots est un maximum absolu. Bon, maintenant vous avez deux règles simples pour faire le plan de vos pages, ça vous donne un point de départ. D'accord, six cases, 35 mots par cases, ça veut dire 210 mots par page au maximum.[..]. Voilà la raison pour laquelle je compte d'une manière obsessionnelle tous les mots de mes scénarios, de manière à ne pas submerger les dessins. J'ai déjà vu des bandes dessinées où les ballons, énormes, remplissaient tout l'arrière-plan..." (Entretien accordé au fanzine Zariaz n°3 en 2003)  
On peut voir ces règles de Mort Weisinger également reprises dans l'ouvrage intitulé : Enter the Superheroes : American Values, Culture, and the canon of Superhero literature de Ramagnoli & Pagnucci.
Edition portugaise
On n'oubliera pas non plus le premier chapitre de son roman La Voix du feu (1996) raconté au travers d'un protagoniste des "Âges farouches" un peu simplet :

En arrière de colline, loin vers soleil-descend, est ciel devenir pareil à feu, et est moi, souffle tout dur, venir en haut sur chemin de lui, où est herbe froide sur pieds de moi mouiller eux.
Traduction de Patrick Marcel
A-hind of hill, ways off to sun-set-down, is sky come like as fire, and walk I up in way of this, all hard of breath, where is grass colding on I's feet and wetting they. 
Version originale d'Alan Moore   

En partie à partir des conseils de Weisinger, ainsi que du travail effectué pour Comet Ranger, sans oublier qu'il est devenu à 40 ans magicien Alan Moore créé pour la série Crossed + 100 un langage adapté à l'idée qu'il s'en fait si d'aventure la planète devait se retrouver à conjuguer avec un avenir post-apocalyptique.
C'est aussi par exemple, l'idée du court roman de Régis Messac : Quinzinzinzili, où des enfants, qui s'appellent Bidonvin ou encore Tsitroen, retournés à l'état sauvage réinventent un nouveau langage.
Dans Babel 17 (que je lis en ce moment) Samuel R. Delany fait du langage l'un des protagonistes principaux de son roman (voire un antagoniste).
Il est à noter le beau travail de traduction de Ben KG pour l'éditeur Panini où par exemple la wishful fiction devient la "souhaite-fiction" autrement dit la science-fiction telle qu'envisagée par l'un des personnages dans cet avenir violent et sombre.
L'ami Patrick Marcel avait lui aussi fait un très beau travail sur Voice of Fire.
Comme souvent avec Moore, ce qu'il écrit est particulièrement référencé ; ici les chapitres ainsi que les couvertures font ouvertement écho à des œuvres de science-fiction ou de fantasy. Les couvertures deviennent dés lors porteuses de la mémoire d'un genre et Moore nous prévient, à travers elles,que son histoire s'inscrit dans une dynamique intertextuelle & hypertextuelle.
Crossed + 100 peut donc être lu comme un méta-comic, un ouvrage postmoderne ; terme entendu ici comme une création qui relève du collage, de la fragmentation et de l'hybridation.
De mon point de vue, Alan Moore explore ici la théorie dite de l'innutrition (Cf. Émile Faguet) c'est-à-dire qu'il assimile des modèles, des genres, des thèmes pour ensuite les "mettre à sa sauce" (c'est le cas de le dire avec cette série) et créer quelque chose de nouveau. La Ligue des Gentlemen Extraordinaires en est un autre exemple fameux. 

Honneur au père de la S-F, du moins celui qui a créé le terme Hugo Gernsback, car chacun sait que la science-fiction a d'abord eu une mère, qui n'est autre que Mary Shelley ; or donc c'est le titre de l'un des romans de Gernsback qui ouvre le bal. 
Comme souvent avec Moore il s'agit d'une ouverture avec de multiples entrées : Ralph 124C 41+ est en quelque sorte un code dont le déchiffrage donne "one two four C four one-plus" autrement dit : "one to foresee for many (=one plus)" qui peut se traduire en français par un qui doit prévoir pour beaucoup
Le lecteur est donc averti que se joue là une partie fait de texte(s), de contexte(s) et de sous-texte(s).
Chaque "chapitre" porte ainsi le titre d'un roman célèbre dont l'un des personnages fait d'ailleurs connaissance au travers d'une encyclopédie, au fur et à mesure que l'histoire progresse. Ces romans éclairent également le contenu des 6 chapitres qui composent ce recueil (il s'agit à l'origine d'une publication mensuel de six comic books).

Crossed + 100 est un "album" sacrément riche : un langage inventé très ludique (et qui fait sens), un contexte posé avec talent, un sous-texte florissant mais dont on peut se passer pour s'intéresser à l'histoire proprement dite.
Justement l'histoire ?

Eh bien c'est assez cru, violent, et comme on dit "sans concession". Rien n'est épargné au lecteur, ni la violence, ni le sexe. 
Gabriel Andrade se montre un dessinateur très intéressant et doué.
Montage de cases
Aussi bien dans les moments de calme, d'introspection que dans les déchaînement de violence.

En définitive Crossed + 100 est bien l'oeuvre d'Alan Moore, aussi riche et ludique que peut l'être From Hell, Tom Strong ou encore Watchmen, et tout aussi exigeante et divertissante.
Bien que publiée chez un éditeur, Avatar, considéré comme "mineur" (mais qui publie ces temps-ci Providence du même Moore, une série pour le moins exigeante) cette série est une belle réussite qui a sa place au côté des titres que j'ai déjà cités.
Reste qu'elle est de mon point de vue très violente, et certainement pas pour tous les lecteurs. 
Elle invite en tout cas ceux qui la liront à la relire. [-_ô]  

Commentaires

  1. Un billet passionnant, très riche, à l'instar de l'œuvre sur laquelle il se penche.
    Merci Artie, je vais m'appuyer là-dessus pour une chronique radiophonique imminente sur "Crossed +100"...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…