Accéder au contenu principal

Astérix is so british

La sortie d'un album de bande dessinée suffisamment connu dans le domaine du franco-belge amène depuis quelques temps tout un lot plus ou moins important de publications annexes ; c'est encore le cas avec le dernier album d'Astérix.
Donc, le journal Le Monde sort un hors-série consacré à l'irréductible Gaulois, et dans cette revue, un article, fort intéressant de mon point de vue, est consacré à la traduction anglaise des albums.
On y apprend que depuis 1969 la traductrice est madame Anthea Bell, 79 ans, d'abord associé à Derek Hockridge, un professeur de français, décédé il y a deux ans.
On apprend dans cet article comment les noms, les blagues, etc. sont traduits du français vers l'anglais, et ce n'est pas une mince affaire.
Ainsi madame Bell a-t-elle dû rebaptiser quelques 400 noms tout au long des 39 albums traduits.
Par exemple pour le druide Panoramix, Anthea Bell a réussi un bien joli coup, il est devenu Getafix de l'anglais : "get a fix" = "avoir sa dose" de potion magique il va sans dire [-_ô].
La traductrice explique qu'elle aurait pu garder le nom tel quel mais qu'elle n'a pas résisté à faire ce jeu de mots et qui en plus est porteur d'un double sens :
Selon une théorie, les anciens druides des îles Britanniques utilisaient le site de Stonehenge comme un observatoire astronomique "to get a fix" on the stars, c'est-à-dire pour déterminer une position en relation avec les étoiles.
Une astuce bien dans l'esprit des créateurs de la série me semble-t-il. [-_ô]
Un article très intéressant ergo, et un numéro qui semble l'être tout autant. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…