Accéder au contenu principal

Astérix is so british

La sortie d'un album de bande dessinée suffisamment connu dans le domaine du franco-belge amène depuis quelques temps tout un lot plus ou moins important de publications annexes ; c'est encore le cas avec le dernier album d'Astérix.
Donc, le journal Le Monde sort un hors-série consacré à l'irréductible Gaulois, et dans cette revue, un article, fort intéressant de mon point de vue, est consacré à la traduction anglaise des albums.
On y apprend que depuis 1969 la traductrice est madame Anthea Bell, 79 ans, d'abord associé à Derek Hockridge, un professeur de français, décédé il y a deux ans.
On apprend dans cet article comment les noms, les blagues, etc. sont traduits du français vers l'anglais, et ce n'est pas une mince affaire.
Ainsi madame Bell a-t-elle dû rebaptiser quelques 400 noms tout au long des 39 albums traduits.
Par exemple pour le druide Panoramix, Anthea Bell a réussi un bien joli coup, il est devenu Getafix de l'anglais : "get a fix" = "avoir sa dose" de potion magique il va sans dire [-_ô].
La traductrice explique qu'elle aurait pu garder le nom tel quel mais qu'elle n'a pas résisté à faire ce jeu de mots et qui en plus est porteur d'un double sens :
Selon une théorie, les anciens druides des îles Britanniques utilisaient le site de Stonehenge comme un observatoire astronomique "to get a fix" on the stars, c'est-à-dire pour déterminer une position en relation avec les étoiles.
Une astuce bien dans l'esprit des créateurs de la série me semble-t-il. [-_ô]
Un article très intéressant ergo, et un numéro qui semble l'être tout autant. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …