Accéder au contenu principal

Conan : La Tour de l'éléphant (Barry Smith/Sal Buscema)

... Je ne vous cache pas qu'en ce moment je suis en train de lire le premier roman d'un auteur que je viens de découvrir (mais qui a écrit ce que je lis il y a déjà quelques années) et que je me régale comme il y avait longtemps que cela ne m'était pas arrivé avec de l'heroic fantasy ou plutôt de la sword and ..  mais je n'en dis pas plus pour l'instant.
Bref tout ça pour dire que je me permets de vous proposer, extraite de la première intégrale de Conan publiée par les éditions Soleil (de l'excellent travail de mon point de vue), une aventure qui a fait date sous la plume de Robert E. Howard (Weird Tales mars 1933).
C'est nous dit Patrice Louinet dans Le Guide Howard éditions ActuSF (un ouvrage indispensable si vous voulez mon avis pour quiconque s'intéresse à la littérature et un auteur indissociable de Robert E. Howard) le "premier des récits de Conan que l'on peut considérer comme véritablement abouti", Howard avait à cette époque écrit trois nouvelles avant celle-ci, mettant en scène le depuis devenu célèbre Cimmérien.
Ceci étant dit, je vous propose donc La Tour de l'éléphant par le talentueux mais pas encore Windsor, Barry Smith et le non moins talentueux Sal Buscema, un encreur de talent s'il en est. 
L'histoire est scénarisé par Roy Thomas, pas un manchot non plus dans son domaine. 

Or, donc .....



















Un grand merci aux éditions Soleil.

Commentaires

  1. C'est quoi de beau que tu lis, donc ?

    Et sinon, je plussoie sur le bouquin de Louinet, très accessible et très bien foutu. Un must pour tout Howardophile qui se respecte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en parle bientôt (de ce que je lis), dans un prochain billet.
      [-_ô]

      Supprimer
  2. Salut Artemus, si c'est vrai que Soleil à réédité les Barry Windsor Smith, je préférerai toujours les versions en noir & blanc éditées jadis par les Editions du Fromage et publiées épisodiquement dans feu l'excellente revue L'Echo des Savanes Spécial USA. Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer l'apport de Roy Thomas au personnage, ne serait-ce qu'avec la création de Red Sonja... Enfin bref, c'est toujours un plaisir de s'égarer dans l'Ailleurs que constitue ce blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Red Sonja, vrai-fausse création d'ailleurs, vu que c'est un personnage d'une nouvelle historique de Howard, ici retraité en heroïc fantasy.

      Quant à l'apport de Thomas, il avait poussé très loin la Marvel Way : c'est Buscema (je crois) qui disait avoir reçu en guise de script, une fois, quatre pages déchirées dans une édition de poche de Conan, avec des annotations au crayon rouge.

      Supprimer
    2. Ah ! je ne connais pas les pages en N&B de Barry Windsor-Smith, merci pour l'info ; et merci de ton passage surtout.
      Et je reste attentif à ton excellente émission de radio, comme tu le sais.
      [-_ô]

      Supprimer
  3. Bien vu pour l'info Niko, une érudition toujours aussi inépuisable à ce que je vois.
    [-_ô]

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®