Accéder au contenu principal

The Royals : Masters of War

Avec The Royals : Masters of War Rob Williams se réapproprie l'idée des super-héros en en faisant suprême pied de nez, l’émanation matérielle - si je puis dire - de la noblesse et plus particulièrement des rois et de leur descendance. Porteur de l'élection divine, les rois sont des êtres dotés de ce que l'on appelle de nos jours des super-pouvoirs. 
Pied de nez disais-je car si les super-héros sont bien nés aux Etat-Unis ; je vois au travers du super-héros, en plus de ce que j'ai développé ici, une réappropriation et une actualisation (en 1938 donc) de la noblesse au sein d'un pays qui n'en a pas connue mais qui en cherche le prestige (voir également l'aristocratie du Sud dont je parle ici) : le super-héros étant une représentation étasunien du "sang bleu" aristocratique, donc pied de nez (ter) disais-je, car selon la théorie de Rob Williams il ne peut donc pas y avoir de super-héros aux U.S.A, ce pays n'ayant pas de roi. CQFD. [-_ô]
Dessinée par Simon Colby et encrée par lui-même ou par Gary Erskine la mini-série publiée sous le label Vertigo (2014) s'inscrit dans le "moment" dit du grim and gritty c'est-à-dire un monde sombre et violent où les super-héros, ici les rois et les princes de sang royal, se trouvent confrontés "aux réalités de la vie" et plus précisément dans le cas qui nous occupe à la Seconde guerre mondiale et ses conséquences.
Les dessins et l'encrage de Colby & Erskine rehaussés par les couleurs de J.D Mettler se situent parfaitement dans ce "moment" âpre & violent qu'est la guerre, et un grim & gritty intelligent réfléchi comme peut l'être cette série.
Une parfaite synergie entre le fond et la forme en somme.

Rob Williams n'épargne pas ses personnages, et nourrit son intrigue de pas mal d'idées qui, compte tenu du format adopté (6 numéros) resteront à l'état d'ébauches plus ou moins avancées. Et c'est bien dommage, une douzaine de numéros n'aurait pas été de trop, sans pour autant affadir cette excellente histoire.
Bref vous l'avez compris, la lecture de The Royals : Masters of War m'a entièrement conquit ; à tel point que j'ai cherché les autres histoires sur lesquelles a travaillées Rob Williams ce qui m'a notamment réintroduit du côté de la bande dessinée britannique et que je suis en train de lire The Ten-Seconders, et que j'ai relu CLA$$WAR avec beaucoup de plaisir.     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®