Accéder au contenu principal

Le point sur : DEADPOOL

... Bientôt sur les écrans va arriver un film sur Deadpool, un personnage qui a été fortement mis en avant par Marvel a une époque, et qui a trouvé son public. À tel point qu'on le voit de nos jours un peu partout, et même au cinéma. [-_ô]
La série régulière actuelle, écrite par Gerry Duggan & Brian Posehn est vraiment très réussie, en plus elle bénéficie de la traduction de Jérémy Manesse qui de ce que je sais, prend son travail de traducteur très au sérieux et qui est du reste, comme les deux auteurs étasuniens, est un homme de la scène.
Sommaire Deadpool Vol 4 n°1 Panini
Bref tout est réuni pour que cette série soit une bonne série même de ce côté-ci de l'Atlantique. Elles est en outre dessinée par des artistes à la fois talentueux certes, mais qui réussissent parfaitement à être dans le ton des aventures du mercenaire de l'univers 616 ; à la fois comiques et graves. Deadpool est à ce sujet l'équivalent d'un rejeton de l'union des montagnes russes et du train fantôme.
Si vous ne deviez lire qu'une seule série de la Maison des idées, c'est celle-ci que je vous conseillerais même dans sa version française. Et pour le coup l'éditeur Panini a bien fait les choses, de mon point de vue en tout cas, puisqu'il lui consacre une revue entièrement dédiée.
Ceci étant, si  vous ne connaissez pas trop ce personnage, ce qui serait tout de même assez étonnant aujourd'hui, je vous avais proposé ici un entretien avec Joe Kelly & Ed McGuinness, deux auteurs qui ont beaucoup fait pour sa popularité, il y a déjà quelques années ; et aujourd'hui je vous propose un petit récapitulatif qui date un peu lui aussi, puisqu'il vient du Marvel Magazine n°30 de juillet 1999 mais qui retrace une partie de son parcours éditorial. 
(À suivre .... ?)  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®