jeudi 31 mai 2012

Le Da Vinci Code décrypté (ép 06)

Sixième épisode du Da Vinci Code décrypté par Alexandre Adler, ou le rôle fondamental du XVIIe siècle dans la mythologie de Rennes-le-Château :

jeudi 24 mai 2012

Le Da Vinci Code décrypté (ép 04)


... Où apparaissent dans ce quatrième épisode l'abbé Saunière et la commune de Rennes-le-Château .....  

lundi 21 mai 2012

Le Da Vinci Code décrypté (ép 03)



... Dans ce troisième épisode du "Da Vinci Code décrypté", le Prieuré de Sion est passé à la loupe.

dimanche 20 mai 2012

Le Da Vinci Code décrypté (ép 02)


... Deuxième épisode du feuilleton proposé par Alexandre Adler dans lequel il décrypte une page de l'Histoire en partant du roman de Dan Brown ; aujourd'hui  il est question de Pierre Plantard et du Prieuré de Sion .... 

samedi 19 mai 2012

Le Da Vinci Code décrypté (ép 01)


... Alexandre Adler décrypte le Da Vinci Code le best-seller de Dan Brown en 20 épisodes ; tous plus intéressants les uns que les autres.   

mercredi 16 mai 2012

[MI-5]

... Si vous ne connaissez pas encore la série télévisée britannique [MI-5], saisissez votre chance de découvrir une excellente série d'espionnage.

Mais attention ! 
Évitez autant que faire se peut de voir la moindre image avant, la moindre photo de groupe, de lire tel ou tel résumé. Cette série de 10 saisons (86 épisodes) outre qu'elle offre des scénarii extrêmement bien ficelés, des personnages complexes, n'hésite pas à faire disparaître les agents de la Section D. Personne n'est à l'abri.
Ce qui donne une tension soutenue tout le long de chaque épisode, mais également au cours de chaque saison puisqu'elle ne respecte pas une habitude que l'on retrouve ailleurs, à savoir utiliser le dernier épisode de la saison comme  cliffhanger.
Avec [MI-5], chaque épisode est susceptible de proposer un retournement de situation aussi soudain que les retournements de veste d'un politicien. 

Vous voilà avertis.

dimanche 6 mai 2012

Friday Night Lights


[..]
Vu de loin, de France par exemple, le football américain ressemble beaucoup au rugby, un peu à la boxe, pas du tout au football. Il se joue à onze, mais il n'est pas rare de voir chacun des quarante-sept joueurs de l'équipe entrer sur le terrain en cours de partie. Le gazon présente plutôt bien, un beau vert éclatant rayé un peu partout de grandes lignes blanches. En fait de gazon, tout est synthétique. Chaque rencontre attire les foules. Et le jour de la grande finale pompeusement appelé Super Bowl c'est toute l'Amérique qui s'arrête de vivre. Il se dit même que, ce dernier dimanche de janvier, les flics et les employés du téléphone sont en chômage technique.
[..]
Alain Mercier
"Foot US et coutumes"
Libération, 24 janvier 1990

Friday Night Lights, c'est l'engouement d'un pays pour le football américain traité au niveau d'une ville, celle de Dillon au  Texas.





Source balado

Relations inter-professionnelles, triangle amoureux, amours adolescents, alcoolisme, handicape, rien de nouveau sous le soleil me direz-vous. Certes !
Mais la force de cette série télévisée repose sur le traitement apporté et sur l'interprétation : impressionnants. 
Et j'inclus dans l'interprétation celle des acteurs de doublage (je regarde Friday Night Ligths en V.F) vraiment excellente.

Une série qui m'a captivé dés le premier épisode, et que je place au niveau de Game of Thrones, ou de la première saison de The Wire en regard de l'assuétude qu'elle créée immédiatement grâce aux enjeux dramatiques et au jeu de ses acteurs.
(À suivre ....

mardi 1 mai 2012

Man-Thing


... J'ai toujours trouvé que L'Homme-Chose avait un potentiel que les aventures que j'avais pu lire le mettant en scène n'arrivaient pas à concrétiser. Ce sentiment est certainement dû au cousinage que ce personnage entretien, dans mon esprit en tout cas, avec The Swamp Thing et surtout avec le traitement d'Alan Moore sur cette dernière.


Bref ces derniers temps j'ai découvert une aventure de L'Homme-Chose par J. M. DeMatteis & Liam Sharp.

Si j'ai bien compris ce projet se voulait une sorte de Vertigo marvelien. 
Sans succès semble-t-il, puisque seulement 8 numéros sont parus, plus deux courtes aventures dans le volume 4  de Strange Tales
Sans oublier une tentative peu concluante de l'avis du scénariste lui-même de conclure l'affaire dans un annual de Peter Parker : Spider-Man de 1999.

J'en suis au 4ième numéro pour l'instant, et je suis absolument captivé. Le travail de Liam Sharp est proprement époustouflant, je vous laisse juge :


(À suivre ...)