Accéder au contenu principal

Le temps des loups [Olivier Maulin]

C'est à une virée dans les Vosges, et plus précisément dans le village imaginaire de Saint-Pierre-aux-Puces (qui possède néanmoins sa rue Pierre Pelot) et ses alentours, à laquelle nous invite Olivier Maulin pour le modeste prix de 15 euros. 
            Dans le sillage de trois bras cassés, qui ont fomenté un plan visant l'enlèvement - à l'occasion du salon du livre d'Épinal - d'une star interplanétaire de la chanson, devenue en sus une vedette des lettres grâce à son autobiographie. On ne prête qu’aux riches. 
Mais patatras, le plan trop rapidement ourdi achoppe, et nos trois Pieds nickelés™ se voient embarqués, à la manière de l'arroseur arrosé, dans une aventure picaresque qui tire à vue. Oui, ça tire à vue, mais avec la précision d’une horloge franc-comtoise. 
            « Le temps des loups », commercialisé dans la collection Borderline© des éditions Le Cherche-Midi™, dont le parti pris éditorial est d'être, je cite : « sans précautions, sans le filtre des nouveaux catéchismes ou l'intervention de sensivity readers », dit tout de l'horreur intellectuelle (ou plus modestement, ludique) dans laquelle nous vivons, est une échappé fraternelle, farfelue et + si affinités qui posent des questions qu'il me semble difficile de ne pas se poser aujourd’hui, tout en offrant ses propres réponses. Le fond et la forme en somme. 
            De cet excellent roman qui n'en manque pourtant pas, surnage un personnage magnifique : Gorin le Lorrain, fils simplet du maire du village, qui se prend pour un chevalier ; et son destrier, un poney nain répondant au patronyme légendaire de Gringalet
Et un art opératoire secret, réservé aux initiés, qui nous vaut une expérience métaphysique qui flirt avec le meilleur du Fantastique. 
            Écrit en deux ans et demi, après 6 ans d’absence des librairies, mais pas de silence puisque Maulin écrivait pour le magazine Valeurs Actuelles™, « Le temps des loups » commence sous les auspices de Nicolás Gómez Dávila, et se termine par l'établissement d'un Kleinstaat. Au moins les choses sont claires. 
Un roman de 340 pages à ne pas mettre entre toutes les mains donc, mais pour les happy few quel régal !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er