Accéder au contenu principal

L'Art de la couverture et autres considérations ..

... Henry Steeger avait l'habitude de dire, au début du XXe siècle, que la durée de vie d'une couverture à la devanture d'un kiosque n'était que de six secondes, c'est dire si le talent de l'artiste pour accrocher le regard du lecteur était primordial.
Michael Chabon a, en 2002, dirigé (et participé à) une anthologie intitulée McSweeney's  Mammoth Treasury of Thrilling Tales qui joue clairement la carte du pulp magazine.
Ainsi reprend-elle une couverture réalisée par H.J. Ward (talentueux artiste) pour un pulp de 1940: Red Star Mystery.


On peut comparer avec la couverture de la version française qui se trouve en haut à droite de mon billet.

Autant la couverture de Hugh Joseph Ward est captivante et attractive, autant la fadeur de la couverture française n'attire pas du tout mon oeil.

Rebelote avec l'édition de poche ..
Cela me fait penser aux couvertures de la collection Ailleurs & Demain si peu attractives , ou encore la collection Présence
D'ailleurs je suis en train de relire Les Extraordinaires Aventures de Kavalier & Clay et je me dis que j'aurais bien aimé une couverture plus bigarrée et colorée plus dans le ton de cette bande dessinée américaine dont il est question et qui "comme les castors et les cafards de la préhistoire, était plus grande et, à son encombrante façon, plus somptueuse que sa descendante".

... Justement en parlant de Kavalier & Clay, je sais bien que la relecture n'est pas une chose facile mais lorsque je lis une phrase telle que " Tom ne sais pourquoi, mais le trou de balle donne encore plus d'autorité que d'habitude à ses paroles." me laisse pantois. Car contrairement à ce que l'on peut penser il ne s'agit pas d'un petit mariole qui joue au dur mais bien un orifice causé par un projectile, dans une scène qui devrait être poignant. 

En parlant de traduction, il y a aussi un "Homme-Feu" et un "Homme-Eau" respectivement la Torche Humaine et Namor le Submariner dont je ne sais s'il s'agit d'une volonté de Michael Chabon ou une maladresse de traduction. En tout cas ça m'a projeté plusieurs années en arrière, au moment où je lisais La chasse à la BD (de Ron Goulart en Série Noire) avec son Sous-Marinier traduction abyssale de Submariner.


Sinon le bouquin de Chabon est toujours aussi bon.

Commentaires

  1. c' est vrai que c' est bien kavalier and clay, content de te lire à nouveau

    RépondreSupprimer
  2. La traduction du Goulart est effectivement incroyable.

    Mais essaie aussi celle d'Acid Test, de Tom Wolfe. Quand ça parle de comics, c'est juste beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui absolument, j'en avais parlé ici :
      http://artemusdada.blogspot.fr/2011/03/p-loo-l-acid-test.html

      Supprimer
  3. Hé, "sous-marinier", c'est super, j'aime bien. Au moins, ça veut dire quelque chose en français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux, moi j'avais pensé à sous-merien : Namor le sous-merien [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…