Accéder au contenu principal

Captain Midnight

Clem Sohn
... J'ai depuis longtemps un faible pour les justiciers des années 30 ; issus ou inspirés des pulps tels que Doc Savage pour le premier cas, ou bien Johnson le Homard pour le second.
Voire nés à la radio comme The Shadow ou, dans le cas présent Captain Midnight
Victor Ibáñez
L'éditeur Dark Horse a eu la très bonne idée de faire revenir dans les pages de son anthologie - Dark Horse Presents - ce personnage, qu'il a confié à Josh Williamson (que je ne connais pas) et au très talentueux Victor Ibáñez.
En trois livraisons et pour un total de 25 pages les deux compères captivent aisément le lecteur qui aura eu la bonne idée de s'intéresser à ce retour grâce notamment à la magnifique couverture du 18ème numéro due à Steve Rude.

Or donc, fort de cette première impression (et en attendant la suite des aventures du Captain Midnight promise dans un prochain Free Comic Book Day) je me suis jeté sur la mini-série 2 Past Midnight où notre héros partage l'affiche avec The Ghost et X ; deux personnages eux aussi ressuscités mais du plus récent Comic's Greatest World la tentative des années 90 de l'éditeur Dark Horse dans le milieu des super-héros pur sucre.
Si Edouardo Francisco offre de magnifiques planches, le scénario de Duane Swierczynski semble quant à lui être assez convenu pour ne pas dire soporifique. 
Cela n'augure rien de bon pour la suite des événements.

Pour en revenir à Captain Midnight je n'ai pu m'empêcher de trouver à son costume comme un air non pas de navaja mais d'hommes-oiseaux de la "grande époque" celle des pionniers : Léo Valentin l'inventeur de la célèbre position "valentin" et dont le livre dans son édition de la bibliothèque verte m'a probablement influencé dans mon désir de faire du parachutisme, ou encore Clem Sohn surnommé The Batman.
Clem Sohn dont certaines tenues ne sont pas loin de celle du Batman créé par Bob Kane & Bill Finger ...
Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'une partie de l'inspiration du plus célèbre détective de Gotham vienne de Clem Sohn, ce dont s'est probablement douté Grant Morrison en créant Batwing.    

Commentaires

  1. je sais qu'il a un côté kamikaze, mais est-ce vraiment normal que l'homme oiseau de la couve de la Bibliothèque Verte ait l'air de porter une ceinture d'explosifs ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.