Accéder au contenu principal

The Raven/L'Ombre du Mal

Une bien belle idée que celle de mettre en scène Edgar Allan Poe face à un tueur qui fait du poète, étrange paradoxe, sa muse.
Mais avant de parler plus en détail du film de James McTeigue laissez-moi vous proposer un petit entretient avec Roger Corman, cinéaste qui a souvent réalisé des films à partir des écrits de Poe. 



... En 1833 un jeune étudiant en médecine Horatio Davis Sheppard lance le Morning Post premier et pour le coup éphémère journal à 1 cent (alors qu'à l'époque un journal coûte 6 fois plus en moyenne), il faudra attendre quelques mois pour que paraisse un autre journal à un prix si bas. Mais le Sun puisque c'est de lui qu'il s'agit, allait ouvrir la porte à ce que l'on appelle la penny press.
La penny press signe l'entrée des Etats-Unis dans une nouvelle ère médiatique, une période où le journal en tant qu’artéfact, jouera un rôle moteur et structurant de la société. Si les journaux bons marchés prennent acte de la révolution industrielle et de la démocratisation de la société (la presse quotidienne se limitait avant l'apparition de la penny press à des journaux d'informations commerciales et politiques, vendus par abonnement à un public restreint), ils sont aussi les acteurs de premier plan de ce qu'on appellera plus tard la "culture médiatique".
Cette presse des années 1830 a été une forme de journalisme équivalente à ce qu'a été le new journalism des années 60. Comme lui elle emprunte à la littérature un certain nombre de traits où la fonction narrative prédomine. Le contenu de ces journaux était essentiellement composé de publicités, de petites annonces et bien évidemment de faits divers. 
Dans le marché très concurrentiel de la presse aux U.S.A, en 1850 un rapport officiel recense pas moins de 2526 publications différentes pour une population de 23 millions d'habitants (dont 3 millions d'esclaves qui n'ont pas accès aux journaux), soit un total de 426 409 974 exemplaires par an ; donc dans cette jungle d'encre et de papier tout est bon pour captiver et fidéliser les lecteurs. 
Ainsi Edgar Allan Poe écrira-t-il pour le Sun un article qui titrait : "l'Atlantique franchi en trois jours!". Ce qui n'était en fait qu'un canular.
Mais c'est d'une autre sorte d'articles que devra écrire l'auteur du Corbeau au cours de l'aventure qu'il vivra sous les traits de l'excellent John Cusack. 
L'idée de faire des histoires de Poe des scénarios pour un tueur dans le contexte de la presse de l'époque tel que décrit précédemment est tout à fait pertinent. Les motivations et les projets du tueur sont aussi une très belle trouvaille. Et la fin du film propose un changement de parallaxe joliment bien vu.
Un film qui en plus d'être un divertissement de qualité m'a donné envie de relire Edgar Allan Poe.

Avant de nous quitter permettez-moi de vous proposer un entretient avec Georges Walter (auteur d'une biographie de Poe) aux micros de Mauvais Genres :    

 

 Pour en savoir plus sur la presse de l'époque : ici, et .

Commentaires

  1. Toujours aussi intéressant, merci !
    Par ailleurs, l'achat de l'edition deluxe d'un certain Flex Mentallo par Quitely et Morrison m'a fait comprendre d'où provient le musculeux en slip léopard de ton bandeau.
    Tout ça m'a l'air très cohérent. Bon été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Belle série que celle de Flex, non !?

      Bon été à toi également.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…