Accéder au contenu principal

GRIMJACK (02)

Dans un premier temps (c'est-à-dire aux environs de 1979) John Ostrander, qui n'est pas encore introduit dans le milieu de la bande dessinée, envisage plutôt d'écrire des histoires courtes sous forme de romans qui se dérouleraient dans un Chicago post-apocalyptique, nous savons maintenant que John Gaunt alias GrimJack s'est incarné sous une autre forme médiatique.
Le scénariste explique ensuite dans l'éditorial - ce sera par ailleurs une constante de la série, John Ostrander entretiendra un dialogue permanent avec ses lecteurs via la page courrier - que le nom de son personnage il l'a trouvé, selon une technique éprouvée, en regardant les noms des protagonistes des pièces de Shakespeare. Dans le cas d’espèce il s'agit de Richard II et du personnage de John of Gaunt.
En outre il voulait que son protagoniste ait un surnom (et plus précisément un street name) qui soit aussi en quelque sorte sa "signature comportementale" (trademark schtick) : souriant juste avant que les choses n'empire, qui fasse penser à une sorte de tête de mort avec un large rictus
John Ostrander essaie avec le mot grin, l'équivalent de rictus en français : Grinner. Mais il n'en est pas satisfait, toutefois l'idée réapparaîtra dans la série. 
Se souvenant que le diminutif de John est Jack, il tente Grinjack ; puis GrimJack et là la magie opère. 

Pour le lecteur francophone il est peut-être bon de savoir que grim peut se traduire par sinistre, lugubre ; c'est un mot que l'on retrouve dans l'expression maintenant (trop) bien connue "grim and gritty", mais lorsque GrimJack fait ses premiers pas dans les pages des bandes dessinées de l'éditeur First Comics on est encore assez loin de Batman : The Dark Knight Returns ou de Watchmen les deux évènements qui ont précipité (du moins selon certains) les comic books dans une période "sombre et violente".
Lenin Delsol
C'est d'abord son pote Lenin Delsol qui croque le personnage dont l'apparence rappelle celle de Clint Eastwood, puis Timothy Truman qui reprendra finalement les rênes artistiques de la série, s'approprie le personnage qui selon Ostrander s'inspire plus alors de Jack Palance voir de Truman lui-même que d'Eastwood. D'autres artistes succéderont à Truman (Tom Mandrake, Flint Henry etc.. ) mais je n'en suis pas encore là.

Ce qui fait la qualité de la série ce n'est pas seulement cette d'ébauche d'action que l'on est en droit d'attendre d'une série dont le personnage principal est un hard-boiled babarian, c'est aussi et surtout la qualité d'écriture de GrimJack
Les personnages sont doté d'une épaisseur psychologique qui les rendent particulièrement proches des lecteurs. Pour le meilleurs ou le pire.
En outre, Ostrander offre une variété d'intrigues, de point de vue et de lieux extrêmement diversifiés et stimulant. 

Il faut dire que l'action se déroule principalement dans la ville de Cynosure un carrefour dimensionnel peuplé d'humains, de vampires, de magiciens, de policiers transdimensionels, d'espions, d'une variété de tueurs assez étonnante, de clones, de monstres, des vélociraptors armés d'armes automatiques, de toons etc...  Autre chose à savoir si d'aventure vos pas vous mènent jusqu'à Cynosure, selon les quartiers les lois physiques changent et dans certains quartiers la science s'applique dans d'autre c'est la magie, des aires d'influence que certains ont expérimentées plutôt brutalement.
Ce qui permet notamment à John Ostrander d'offrir à GrimJack des manières astucieuses et toujours inattendues de jouer ses cartes. Il faut dire que GrimJack a la topologie d'un couteau suisse, il est multifonction. 
Tom Mandrake
D'autre part le scénariste a semble-t-il, une vision sur le long terme, c'est du moins ce que laisse penser le passé du personnage principal  (que je vous laisse découvrir) évoqué par bribes dans les premiers numéros (ce qui rend le personnage à la fois mystérieux et surtout tend à intriguer le lecteur) et la manière, élégante et subtile, dont sont gérées et amenées les sous-intrigues. C'est vraiment du grand art.


(À suivre ....)




Commentaires

  1. Tiens, c'est dommage que tu n'aies pas posté le mode d'emploi qui allait avec le plan de Cynosure. Il était assez croustillant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.