Accéder au contenu principal

GRIMJACK

       Dans son éditorial pourrait-on dire, du premier numéro de la série régulière, en 1984 (GRIMJACK a commencé de paraître en bande de complément (back-ups) de la série Starslayer en 1983), John Ostrander - le co-créateur avec Timothy Truman du personnage - explique que GRIMJACK est né de sa volonté de fusionner les genres dits de sword-and-sorcery (on parle plus volontiers d'heroic fantasy dans l'Hexagone) avec celui du hard-boiled detective (plus communément appelé roman noir en France) à l'instar de Robert E. Howard (auteur pour lequel il a beaucoup d'admiration) qui d’après Ostrander a  justement combiné la pulp horror story et la pulp adventure story pour en faire le sword-and-sorcery (disons en 1929 avec Kull le conquérant) dont le héros emblématique du genre est certainement Conan.

Or donc, puisant dans la kermesse héroïque des pulp magazines en ce qui concerne le sword-and-sorcery, Ostrander y puise également son deuxième ingrédient, le roman policier hard-boiled. Deux genres qu'il affectionne. 
C'est dans Black Mask, l'un des plus fameux  pulp de l'époque que naîtra - aux alentours de 1923 - la "hard-boiled school of writing" dont l'un des représentants (et fondateur du genre) n'est autre que Dashiell Hammett.

Le roman policier hard-boiled nous dit Robert Louit en août 1968, se distingue par une écriture brutale, lucide et dépouillée, appelée à bouleversé l'écriture romanesque dans son ensemble ; Raymond Chandler à qui l'on doit dit-on l'utilisation du terme hard-boiled (qui peut se traduire par "dur à cuire") expliquera que Dashiell Hammett  a remis l'assassinat entre les mains des gens qui le commettent pour des raisons solides et non pour fournir un cadavre à l'auteur
L'auteur visé est ici en l’occurrence celui des romans de meurtre en chambre close.    
Patrice Louinet dans son introduction au premier volume des aventures de Conan trace un parallèle entre Dashiell Hammett et Robert Ervin Howard (les deux inspirateur de John Ostrander au travers des genres dans lesquels ils ont œuvré), ce dernier posant les bases de l'heroic fantasy moderne en revitalisant et en américanisant le genre ; alors qu'Hammett inventait un nouveau genre : "Les nobles héritiers plongés dans leur quête initiatique et les détectives amateurs ou philanthropes, héros privilégiés (et souvent issus du Vieux Continent) de ce genre de récits, venaient brusquement de se faire bousculer par des personnages violents, pragmatiques et au langage volontiers grossier." 
Afin de préciser les contours du roman noir, lisons ce que Thomas Narcejac écrivait en 1949 à son propos : "[..] Ce qui est noir, [..], ce n'est pas, [...] sa violence, sa crudité ; ce n'est même pas le désespoir qu'il peut éveiller chez le lecteur facile à suggestionner, c'est quelque chose de plus foncier et de plus mystérieux que l'on pourrait définir en disant qu'il nous présente le monde comme un TRAQUENARD. [..]"
Cette vision qu'a Thomas Narcejac du roman noir s'applique selon moi, sans coup férir, à la série GRIMJACK.


Commentaires

  1. Aaaah, me voilà fort aise de découvrir que je ne suis pas le seul fan de John Gaunt, dans ce pays !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si ce n'est pas un de tes articles qui m'a donné envie de lire cette série [-_ô].

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…