Accéder au contenu principal

SHAZAM !

... Dans Action Comics #1 daté de juin 1938 apparaît le personnage de Superman. Les deux géniteurs de cet extraterrestre venu de Krypton, Jerry Siegel & Joe Shuster créent un genre nouveau, le récit de super-héros. Á l’époque le terme n’est bien entendu pas encore utilisé.
Ce personnage deviendra le symbole de l’Âge d’or de la bande dessinée américaine (le Golden Age dont certains pensent qu’il démarre d'ailleurs avec ce premier numéro d’Action Comics). 
Il est peut-être intéressant de noter que lorsque apparaît Superman le comic-book n'a que 5 ans d'existence, et qu'il ne propose du matériel inédit que depuis la fin de l'année 1934. 
Le premier strip de Buck Rogers
Auparavant il s'agissait de réimpressions des planches dominicales des journaux, qui eux proposaient de la bande dessinée depuis l'aube du XXe siècle sous forme de strip : c'est-à-dire une livraison quotidienne d'une seul bande en noir & blanc la semaine (daily strip), et d'une planche pleine page en couleurs le dimanche  (sunday strip) pour les séries les plus prestigieuse. Certaines séries ne paraissaient que sous forme de sunday strip telle Flash Gordon dessiné par Alex Raymond. 


Mais poursuivons, avec Batman (1939) dont la paternité revient à Bob Kane & Bill Finger, Superman va servir de modèle à toute une lignée de personnages tels que The Arrow (septembre 1938) ou The Sandman alias Wesley Dodds (1939).
C'est dans ce climat que Superman, en tant qu'innovation (c'est-à-dire une nouveauté qui transforme les usages sociaux) va créer un sentier de dépendance (c'est-à-dire une trajectoire qui canalise la créativité) sur lequel on va retrouver un nouveau personnage qui éclipsera même un temps le kryptonien dans le cœur des lecteurs. 
Whiz Comics #2
Au début de l’année 1940 un éditeur, Fawcett Publications, diffuse un magazine de bande dessinée intitulé Whiz Comics qui voit apparaître dans les pages dés son numéro 2 Captain Marvel (il n'y a pas eu de numéro 1 pour cet illustré).
Pour la petite histoire une tentative de créer un personnage inspiré de Superman légèrement antérieur avait été tenté par cet éditeur en étudiant la possibilité (restée sous la forme d'un test d'imprimerie) d'un personnage nommé Captain Thunder qui aurait dû paraître dans Flash Comics.
Malencontreusement ces deux noms étaient déjà déposés par d'autres éditeurs. Dans un premier temps Pete Costanza, un artiste de chez Fawcett suggère d'appeler ce nouveau héros Captain Marvellous qui deviendra finalement Captain Marvel
S'il est courant de trouver de nombreux "captain" dans les noms des super-héros, celui de cet éditeur a semble-t- une histoire ; celle du jeune Wilford Hamilton Fawcett qui à l'âge de 16 ans s'engage dans l'armée. Sorti avec le grade de capitaine et surnommé Captain Billy, il créé après la Première Guerre mondiale, en se servant de son expérience gagnée dans la publication du quotidien militaire Stars and Stripes, un magazine d'humour intitulé Capt. Billy's Whiz Bang.
Whiz bang était le terme utilisé par les Alliés lors de la Première Guerre mondiale pour qualifier le bruit fait par les obus ennemis
     
Or donc, ce personnage, taillé sur le modèle de Superman (mais il n'est pas le premier, la palme revient à Wonder Man qui illustre la couverture et les pages de Wonder Comics en mai 1939),  et inspiré par la personnalité du fondateur de la maison d'édition où il paraît, choisit cependant de se démarquer sur au moins deux points de son prédécesseur : là où Superman est en quelque sorte l’expression de la science (-fiction), Captain Marvel est un être magique.
Et si  Superman dissimule son identité sous les traits du journaliste Clark Kent, le jeune orphelin Billy Batson échange sa place avec Captain Marvel. Il n’y a donc pas transformation comme avec Superman mais permutation. Billy Batson et Captain Marvel sont deux personnes différentes (l'ami Niko en parle très bien dans son livre).  
En outre le gros fromage rouge (The big red cheese) surnom dont le professeur Sivana affublera le protecteur de Fawcett City, vit des aventures beaucoup plus farfelues que son homologue de Metropolis sous les auspice des scénaristes Bill Parker (le co-créateur du personnage) puis Otto Binder.
Captain Marvel s’escrime dans un univers chatoyant face à un ver de terre génial ou un homme-crocodile, et côtoie un tigre qui parle (liste non-exhaustive). 
  


SHAZAM n°1 POP Magazine - Arédit - 1974
Le succès que va connaitre ce personnage tient certainement à plusieurs facteurs dont celui d'avoir un alter ego qui est un enfant comme la majorité du lectorat de l'époque.
Ensuite, le trait de C.C Beck est déjà très sûr et son style simple et dépouillé est très plaisant.
Mais ce n’est pas tout : Captain Marvel va se découvrir d’autres « lui-même » qui deviendront les trois Lieutenants Marvel, un Captain Marvel Junior (bien avant qu'il n'y ait un Superboy), une sœur jumelle Mary Bromfield qui deviendra Mary Marvel (bien avant Supergirl) et même une version animalière de lui-même Hoppy, sans oublier un oncle qui viendra grossir les rangs de la Famille Marvel au sens propre comme au figuré. En outre on peut également noter que Captain Marvel vole dés sa première aventure et avant son illustre modèle. 

Tous ces ingrédients vont valoir au personnage un immense succès à tel point qu'il paraîtra toutes les trois semaines pour devenir bimensuel après la guerre. Il sera également le premier personnage de comic book à avoir les honneurs d'un serial en 1941.
Tom Tyler est Captain Marvel 
... Début 45 (certaines sources avancent 1942), les aventures de Captain Marvel paraissent en Angleterre  chez l’éditeur londonien Miller & Son.
Si dans l’immédiate après-guerre les super-héros amorcent un déclin rapide outre-atlantique, il n’en est pas de même en Angleterre où Captain Marvel est une valeur sûre pour son éditeur.
Toutefois la poule aux œufs d’or va prendre du plomb dans l’aile. 


(À suivre ...)




Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…