Accéder au contenu principal

Spider-Man par Randy Schueller

source
... Au début des années 80 l'éditeur Marvel lance un concours pour les aspirants scénaristes et les aspirants dessinateurs, Randy Schueller un jeune chicagoan de 22 ans imagine d'augmenter les pouvoirs de Spider-Man (d'environ 25 % dit-il) et de modifier son costume en lui donnant une touche plus "réaliste". Du moins tel que le jeune homme se figure le personnage ; c'est-à-dire un super-héros qui grimpe à l'ombre des gratte-ciel à la recherche des bad guys qui s'aventurent dans la Grosse Pomme
C'est donc un costume noir offert par Reed Richards, qu'imagine Randy.  Une tenue dont le design serait l'oeuvre de Janet van Dyne (alias la Guêpe), faite de molécules instables à l'instar des costumes des Quatre Fantastiques.
Et c'est justement ces molécules instables qui augmenteraient les pouvoirs de Spiderman en s'infiltrant par les pores de sa peau, notamment en permettant à Peter Parker d'imaginer la forme de son jet de toile : le costume faisant le reste.
Quelques mois plus tard une lettre de Jim Shooter, alors editor-in-chief de Marvel apprend à Randy Schueller que celui-ci est intéressé par son idée et que Marvel lui rachète pour 220 $ (sous la forme d'un accord en work-for-hire c'est-à-dire un travail sur commande pour lequel le créateur abandonne tous ses droits à l'acheteur) :
Mais surtout il est donné la possibilité à Randy Schueller d'écrire l'histoire de ce nouveau costume, aujourd'hui Randy ne se souvient plus exactement des circonstances mais aucun de ses scénarios ne sera accepté.
Toujours est-il que dans le maquis de l'art modeste, véritable pays des miroirs rien ne se perd, rien ne se créé et donc, quelques temps plus tard (1984), lors du crossover Secret Wars Tête-de-toile se voit doté d'un nouveau costume : noir avec  une araignée blanche sur la poitrine (Randy avait quant à lui proposé une araignée rouge, en hommage au costume initial où une araignée noire se détachait sur un fond rouge).
Le plus dommage dans cette histoire c'est qu'il ne sera fait aucune mention de Randy Schueller dans la genèse de cette nouvelle tenue, quand bien même son idée de départ a-t-elle été modifiée. Pas plus au moment de la sortie du troisième opus cinématographique de Sam Raimi.
Randy Schueller qui travaille désormais comme chimiste, son intérêt pour la science doit beaucoup à Peter Parker l'alter ego de Spiderman, aurait bien aimé que l'éditeur new-yorkais mentionne sa participation d'une manière ou d'une autre ; et il rêve désormais d'un What if ... qui reprendrait son idée initiale, dessinée par John Byrne sous une couverture d'Alex Ross.
Pour ma part, puisque Randy est devenu chimiste je verrais mieux une histoire qui le mette lui en scène en tant qu'inventeur du costume en collaboration avec Reed richards et Janet van Dyne.  

Commentaires

  1. Dites-moi, professeur, d'où viennent les illustrations du costume à araignée rouge, au juste? Elles titillent ma curiosité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici amigo : http://marvel1980s.blogspot.fr/2009/12/1982-real-story-behind-spider-mans.html

      Toutefois, il ne vient pas de Randy Schueller lui-même qui précise qu'il l'a juste décrit : "[..]The design was black with a red spider. But I’m not an artist so I never drew it, I only described how it should look [..]

      Supprimer
  2. Très bon billet encore, et histoire forte intéressante !

    RépondreSupprimer
  3. Le design du Batman du futur, Terry McGinis, est lui aussi très ressemblant au costume de ce spidey, la chauve-souris remplaçant l'araignée, cela va sans dire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y avais pas pensé, mais maintenant que tu le dis ....

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…