Accéder au contenu principal

Mumbo Jumbo (Ishmael Reed)



Avec son roman Ishmael Reed nous plonge dans les années 20, les Roaring Twenties, des années rugissantes où les Etats-Unis (et le monde, mais n'est-ce pas la même chose) sont l'objet d'une conspiration ; un thème cher à l'époque où a été écrit l'ouvrage : 1972. Ou le complot en tant qu'allégorie d'un système.

Deux factions s'affrontent en plein cœur de Harlem : une mystérieuse société secrète Les Compagnons de la Fleur de Muraille, que le traducteur - Gérard H. Durand - aurait pu traduire, nous dit-il dans sa préface par l'Ordre de la Tapisserie ; c'est-à-dire ceux qui font justement tapisserie, qui ne dansent pas et le détective astral PaPa LaBas et ses amis.

Si PaPa LaBas est un détective de l'étrange c'est aussi un homme gris-gris, un adepte du Houdou, terme apparu au XIXe siècle, une magie qui s'est épanouie sur le contient nord-américain de la rencontre des croyances importées d'Afrique avec les influences venues de Cuba et intégrant les savoirs des Amérindiens, notamment en herboristerie. 


L'enjeu du combat que mènent les deux groupes est ni plus ni moins que le jes' grew.


Le mumbo jumbo du titre renvoie à plusieurs choses : ça peut-être le terme qui désigne le parlé des Noirs aux USA, ça peut-être une manière humoristique de nommer le jargon incompréhensible de certaines professions, ou la croyance en quelque chose (les fantômes par exemple) auquel celui qui en parle ne croit pas.

Pour Ishmael Reed il s'agit d'un terme, issu du manding, qui désigne "le magicien qui met en fuite les esprit en peine des ancêtres", comme il le précise à l'aide d'une définition de The American Heritage Dictionary of the English Language. D'ailleurs le romancier utilise tout au long de son roman, mais avec parcimonie et beaucoup de justesse des coupures de journaux, des flyers, des photographies ou de dessins qui, intégrés au texte l'enrichisse.


Et le jes' grew ?
Tout d'abord il est peut-être bon de savoir que ce terme, que Gérard H. Durand a choisi de "traduire" de manière phonétique en djeuze grou est présent dans un roman fort connu La Case de l'Oncle Tom (1852), il y est utilisé sous la forme d'une expression par l'un des personnage Topsy, une esclave qui lorsqu'on lui demande qui l'a créée répond : "moi ai poussé, vlà tout je crois que personne m'a jamais faite".
Jes' grew c'est littéralement le "juste poussé", le "naît-comme-cela" et "grandir comme Topsy" est devenu dés lors une expression (un peu tombée en désuétude aujourd'hui) signifiant une croissance imprévue, ou impressionnante.
Ainsi, à l'instar de Topsy le djeuze grou est une force apparue spontanément et plutôt difficile à définir.
En lisant ce roman j'ai fait un parallèle entre le djeuze grou et la volonté de puissance telle que définie par Friedrich Nietzsche c'est-à-dire, pour faire court, le désir d'exprimer la vitalité qui est en nous. En l’occurrence on apprendra que le ragtime, le jazz et le blues sont des symptômes du djeuze grou, et que le blues par exemple est un loa c'est-à-dire un esprit dans la religion vaudou (qu'il ne faut pas confondre avec le houdou).
Or donc en presque 300 pages Ishmael Reed nous fait découvrir ce qu'est le djeuze grou, en en faisant remonter l'origine à Osiris ce qui nous permet d'en apprendre un peu plus sur l'Histoire (celle avec une hache majuscule) dans une version Aventure secrète qui n'a rien a envier au Matin des Magiciens.
On y apprend l'origine de la tauromachie et on croise des personnages au nom évocateur : Biff Musclewhite, ou aux activités étonnantes tels les Mu'tafikah. Sans oublier un personnage cher à mon cœur le trickster.

Ainsi vous l'aurez compris, Mumbo Jumbo est un roman très divertissant et sur lequel on a de cesse de réfléchir. Une belle découverte en ce qui me concerne et un très bon moment de lecture.
Pour terminer je vous propose un épisode de la série d'émissions Les Années Jungle dans laquelle Michel Le Bris et Patrice Blanc-Francard reviennent sur le Harlem des années 20.

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.