Accéder au contenu principal

Jungle Action (The Black Panther)

En 1966 (Fantastic Four #52) Jack Kirby & Stan Lee rompent avec une longue tradition, celle du "chasseur blanc", du gentleman britannique viril conquérant de l'Afrique ; incarnation de la supériorité de la civilisation britannique des romans d'Henry Rider Haggard ou d'Edgar Rice Burroughs (un archétype que l'on retrouve  également par exemple chez Lee Falk avec son personnage le Fantôme du Bengale qui partage au demeurant avec le personnage de Lee & Kirby quelques points communs), en créant T'Challa le monarque Africain (et Noir) d'un pays d'Afrique : le Wakanda
T'Challa n'est pas seulement le roi d'un pays africain, c'est aussi The Black Panther, le premier super-héros Noir  de l'histoire de la bandes dessinée étasunienne, et pas des moindres puisqu'il est capable de tenir la dragée haute aux Quatre fantastiques.
Prenant le contre-pied des romans d'aventure du XIXe siècle et du début du XXe siècle déjà cités, où le héros Blanc profitant de l'inculture scientifique des Africains (par exemple), s'élève au rang de dieu en prévoyant une éclipse lunaire (Les Mines du Roi salomon H. R. Haggard mais aussi plus récemment Le Temple du Soleil d'Hergé) ; Lee & Kirby font de T'Challa le souverain d'un pays hautement scientifique et entièrement tourné vers la technologie, bien plus que ne l'étaient les U.S.A à l'époque. 
En cela la Marvel continue sur ce qui fait déjà partie de sa marque de fabrique : l'utilisation à grande échelle du potentiel fabulateur de l'âge atomique
Toutefois, le Wakanda garde quand même un parfum de monde perdu cher à Haggard et à Burroughs.
Il y a au cœur de l'Afrique des choses 
que l'homme ne peut expliquer

Edgar Wallace (1911)

Si The Black Panther apparaît dans un contexte politique marqué par le Mouvement des Droits Civiques (le Black Panther Party est formé la même année en Californie par Bobby Seale et Huey P. Newton), son retour  aux affaires en 1973 dans la revue Jungle Action est motivé par plusieurs facteurs. 
Le premier est certainement une baisse des ventes qui conduit Marvel et DC Comics à saturer le marché. L'idée est d'occuper le plus possible de linéaires (au détriment bien sûr de ses concurrents) et la revue Jungle Action fait partie de cette production dont le contenu est accessoire. Il s'agit d'ailleurs de rééditions de bandes des années 50. 
Le second facteur significatif est l'apparition sur les écrans de cinéma d'un nouveau type de films regroupés sous le terme générique de blaxploitation.
La blaxploitation est la contraction de black et d'exploitation, c'est le terme qui désigne un type de film produit durant les années soixante-dix, pensé et destiné à un public Noir ; et mettant en scène dans les rôles principaux des acteurs Noirs.
Shaft (1971)
"[..] Shaft met K.O en 100 minutes quelques 70 ans de représentation stéréotypé de Noir dans la production mainstream américaine" (Julien Sévéon).
Le succès de Shaft, qui dépasse largement les clivages Blancs/Noirs, doit aussi beaucoup à la B.O composée par Isaac Hayes.


En outre une nouvelle génération de scénaristes peut-être plus en phase avec l'époque gravite dans le giron des Big Two. Des auteurs à qui on prête une oreille plus attentive compte tenu que toutes les idées pour redresser les ventes sont les bienvenues. Des hommes dont les noms vont marquer les années 70 notamment chez MarvelSteve Gerber, Gerry Conway, Steve Englehart et, en ce qui concerne The Black Panther : Don McGregor. 


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…