Accéder au contenu principal

No Brain No Gain

... Au début des années 90, en Floride, un groupe de criminels, composé de bodybuilders, kidnappent et torturent des miamiens pour les dépouiller de leurs biens. Cette bande de malfaiteurs sera connue sous le noms de Sun Gym Gang.
Le culturisme, mot dont on prête l'invention à Marcel Rouet, est un art moderne en ce sens qu'il est créateur d'une beauté nouvelle qui ne lui pré-existe pas. Le culturisme à l'instar de la musique, de la poésie ou de l'architecture n'est pas le fruit de la Nature mais de la Culture ; le culturiste développe sa masse musculaire à des fins uniquement esthétiques. Il est à la fois le créateur et sa créature.
Loin du lieu commun qui l'associe à Narcisse, dont la beauté est naturelle (si tant est qu'un enfant naît du viol d'une nymphe par un dieu puisse l'être), il s'inscrit, compte tenu des attendus de l'époque qui l'a vue naître et évoluer (société industrielle puis/et société de consommation), dans une politique du rebelle. Fût-ce à son corps défendant [-_ô]. 
Car, le culturisme ne vise pas l'utilité mécanique, le couple corps/rendement est absent de sa diététique intellectuelle. Acte gratuit et futile, le culturisme s'oppose à l'exploitation de l'homme par l'homme.
Marcel Rouet
Qui plus est, c'est une activité analogique par opposition au bodybuilding qui elle est une activité digitale, un sport. C'est-à-dire l'une des représentations les plus significatives de l'exploitation de l'homme par l'homme.
L'activité physique digital est de culture numérique (temps/classement, vainqueur ou vaincus, 1 ou zéro) ; l'activité physique analogique ne prend pas en compte de classement mais s’intéresse à la sensation, elle est le domaine du libre-arbitre (là où le sport digital est sous la coupe de l'arbitre). L'activité analogique offre une relation connivente qui a pour vocation de perpétuer, et en aucun cas de dominer les autres.
L'antagonisme digital/analogique est bien entendu transposable à tous les aspects de la vie. 
Toutefois cette conception du culturisme que je propose n'est pas celle des origines, celle de Marcel Rouet, car le culturisme, même si le mot est tombé en désuétude aujourd'hui, a produit des compétitions au même titre que le bodybuilding. Néanmoins j'ai repris le terme à mon propre compte en le dépouillant de ses attributs compétitifs, dorénavant apanages exclusifs du bodybuilding. Du moins dans ma conception.
Dorian Yates champion emblématique des 90'
Culturisme et bodybuilding partagent cependant une notion esthétique commune : le Sublime.
En 1757 Edmund Burke propose une approche génétique du Sublime (en ce sens qu'il en fait la genèse) et en théorise la catégorie dans sa Recherche philosophique sur l'origine de nos idées sur le Sublime et le Beau (Philosophal Enquiry into the Origin of Our Ideas of the Sublime and the Beautiful).
Ainsi, l'idée du Sublime tel qu'on le pense généralement n'est pas l'extrémité du Beau, c'est-à-dire quelque chose disons de très beau, de magnifique, mais au contraire quelque chose qui s'oppose au Beau.

Le Sublime devient dés lors une catégorie esthétique dont les critères essentiels sont l'immensité, le grandeur et la terreur. En outre chez Burke, le Sublime est affaire d'artifice.
L'horreur, la description de souffrances, peuvent ainsi plaire dans ce nouveau contexte intellectuel qu'est le Sublime. Un paysage de chaos, solitaire et mystérieux devient une source de plaisir. Selon Burke le degré le plus élevé du Sublime est atteint lorsque l'on juxtapose des extrêmes ; ce procédé de contraste est ici central dans la catégorie du Sublime que théorisa l'auteur. Le Sublime chez Burke est affaire "d'intensification" dira Jean-François Lyotard.

Le Beau concerne les objets menus aux surfaces lisses, aux lignes droites ; le Sublime concerne les objets vastes qui rappellent la notion d'infini, les surfaces rugueuses, les lignes brisées, hautes, verticales qui donnent le vertiges.

Burke précise également que le sentiment visé par le Sublime est celui d'un plaisir négatif, que l'auteur définit comme étant le Délice (Delight) lié à l'éloignement ou l'atténuation d'une douleur mais dont on conserve néanmoins l'empreinte physique et qui reste a fortiori douloureuse ; du reste le Sublime procède d'un art de l'imagination : on croit voir plus qu'on ne voit, alors que paradoxalement le Sublime est ce "sentiment de l'impuissance de l'imagination".
Dés lors l'amateur sait que le culturiste et le bodybuilder ne sont pas séparés par le volume musculaire comme pourrait le laisser croire les photographies de Marcel Rouet et de Dorian Yates, mais par une différence d'approche (digitale/analogique) ; mais qu'en tout état de cause ils évoluent dans la même sphère esthétique.
Il n'est pas ici question d'imposer, mais de proposer une catégorie (le Sublime) dans laquelle le culturisme et le bodybuilding peuvent s'envisager au-delà du laid et du beau, mais toujours offerte en regard de la subjectivité du spectateur. 
Ceci étant dit, voyons ce qu'a à nous dire le film de Michael Bay No Pain No Gain, et de quelle manière il le fait.


(À suivre ....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

L'Agence [Mike Nicol / Jean Esch]

Acheté sur la foi de son titre, le dernier roman de Mike Nicol paru en France me fait par la même occasion découvrir ce romancier d'Afrique du Sud. Si en faisant quelques recherches après coup, je me suis aperçu que L'Agence était de deuxième d'une série entamée avec Du Sang sur l'arc-en-ciel, je ne regrette pas du tout cette entrée en matière. Qui ne souffre apparemment pas trop, de ne pas connaitre son prédécesseur.

Commercialisé dans la célèbre collection de la Série noire™, L'Agence n'en est pas moins surtout, un « roman d'espionnage ». Lequel enfile avec élégance l'adage de John le Carré disant de ce genre littéraire qu'il était, je cite, « une guerre dans les coulisses de la bonne conscience ». La bonne conscience en question étant ici, la Nation arc-en-ciel© si chère à Desmond Tutu.

            Entre la Mother City et Berlin, via une escale à l'aéroport de Schipol et quelques pérégrinations en République centrafricaineMike Nicol semble s…