Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2013

The Punisher : Racines

... Je ne suis guère amateur du Punisher de Garth Ennis, reste que j'ai trouvé cette histoire plutôt sympa. Je ne sais pas si elle a été reprise dans les recueils traduits depuis, en tout cas elle a été proposée en 2003 dans l'édition française du magazine Wizard. Ceci étant dit bonne lecture.

Jim Shooter : un portrait

... Alors qu'on nous annonce chez l'éditeur Panini l'arrivée de l'univers Valiant, je vous propose un portrait de Jim Shooter celui qui a créé cette maison d'édition. Jim Shooter a également été un très très jeune scénariste chez DC Comics (sur la Légion des Super-héros), et un editor-in-chief (controversé pour certains) chez Marvel ; c'est lors de son exercice que Spidermana par exemple obtenu la tenue noire. Bref je vous laisse lire .... 

Deathlok : la fiche

Directement de L'Encyclopédie Marvel de A à Z, volume 2 voici l'article consacré à Deathlok. Pour ceux qui s'intéressent au personnage, un article sur le cyborg et un polaroid des années 70, période dans laquelle Deathlok est apparu, sont également disponibles.

A.N.T.S

Adam Ant illustre ce sympathique cosplay avec un titre très "disco" [-_ô]

Le journalisme Gonzo, mode d'emploi

Dans mon précédent billet j'évoquais Hunter S. Thompson l'inventeur du journalisme Gonzo ; aujourd'hui je vous propose le mode d'emploi, écrit par Hunter Thompson lui-même, pour lire ce type de reportage. Accrochez-vous ça déménage. 
Cette préparation ne convient pas à toutes les natures humaine, consultez un médecin (voire plusieurs) avant toute tentative.

Because it still hasn't gotten weird enough for me !*

... Intercalé entre la présentation du cyborg et la série proprement dite de Deathlok the Demolisher, cœur de mon sujet, je voudrais vous proposer un polaroid des années 70 là où est né le personnage en question. Or, donc dans ce coin du temps et de l'univers le monde était devenu nerveux et mauvais. La chute de Camelot le 22 novembre 1963 avait signé l'entrée dans "un monde aléatoire et ambigu" (Don DeLillo) pour une partie de l'Amérique ; le passage d'une société d’après-guerre paisible et confiante à une période subitement violente. Un exemple parmi d'autres du " [..] mouvement de paranoïa galopante qui avait envahi le pays au cours des quatre dernières années de cette décennie. En 1968, durant mon avant-dernière année de fac, quatre Black Panthers de Boston sont venus s'adresser aux étudiants (dans le cadre d'une série de conférences où les intervenants étaient extérieurs à l'université) afin de démontrer que l'establishment industr…

Doctor Mordrid

Full Moon avait en projet d'adapter le personnage de Doctor Strangede la Marvel, mais l'option posée par la société de Charles Band (spécialisée dans la série B d'horreur & de fantastique) a expiré avant que le tournage ne commence.  Mais le propre d'un studio tel que Full Moon et d'un homme comme Charles Band digne héritier d'un Roger Corman est de ne rien laisser perdre. Ainsi l'adaptation du Doctor Strange est-elle devenue un projet "original" baptisé Doctor Mordrid.
Un projet "original" donc, mais qui emprunte aussi à Jack Kirby au travers de son Doctor Mortalis
Pour en savoir plus sur Full Moon je vous conseille l'émission qu'ont consacrée nos deux geek canadiens du 7ième Antiquaire à ce studio.
Reste que contre toute attente Doctor Mordrid tire son épingle du jeu et propose un petit film plutôt sympathique. Déjà il a le bon goût de se déployer dans un format court (à peine plus d'une heure), ensuite si l'histoire …

Hollywood Biceps

... Après Michel Onfray dans le précédent billet, c'est au tour d'Arnold Schwarzenegger de nous offrir un entretien directement extrait des années 80 ; et plus précisément de la revue STARFIX (n° 34 de mars 1986) :

Michel Onfray : Une idée de l'anarchie

Michel Onfray fait la critique d'un essai sur un anarchiste méconnu ; Anselme Bellegarrigue ....

Saïgon Rock & Soul (1968-1974)

Voilà ce que je découvre, et par la force des choses, ce que j' écoute en ce moment. Un acid rock asiatique qui fusionne influences occidentales, guerre du Vietnam oblige, et traditions locales. On doit paraît-il l'exhumation des 17 perles qui composent cet album à un collectionneur de San Francisco. Qu'il en soit remercié !


Jim Steranko, une couverture

Je crois qu'une couverture attractive est un atout pour attirer l’œil d'un lecteur potentiel, cela va sans dire me direz-vous. Et bien ce n'est pas si sûr pour tout le monde. Toujours est-il qu'une couverture peut non seulement générer des ventes, mais également un récit ; comme j'en avais déjà parlé ici. Ainsi saviez-vous qu'une peinture de Jim Steranko avait d'abord été achetée par un editor avant qu'il ne commande un récit pour l'accompagner ?
Il s'agirait du roman Master of the Dark Gate paru en 1970 chez Lancer Books
Cette anecdote est extraite de l'excellent essai de Guillaume Laborit : Jim Steranko Tout n'est qu'illusion, Les Moutons Électriques Editeurs.

Mais ce n'est pas tout, grâce à Jean-Baptiste Thoret et Stéphane Bou j'apprends que la Hammer pratiquait un peu de la même manière pour leurs films. Magnéto Paulo !

Un projet avorté : Deathlok Detour

Il y a un peu plus de 10 ans, l'editor (l'editor n'a pas d'équivalent en France, c'est une sorte d'hybride entre le rédacteur-en-chef et le directeur de collection) Axel Alonso, qui a précédemment travaillé pour DC Comics sur le label Vertigo, annonce une mini-série sur Deathlokécrite par Daniel Way (alors nouveau venu dans l'écurie Marvel) et dessinée par Darick Robertson ( Transmetropolitan, Fury, The Boys, etc..) prévue pour le label MAX (celui réservé aux "lecteurs avertis") de l'éditeur Marvel
C'est Luther Manning, le premier Deathlok qui aurait dû prendre part à cette aventure se déroulant dans un futur pas très éloigné. Le scénariste Daniel Way avait envisagé qu'à cette époque le Canada serait devenu le siège du pouvoir mondial, et qu'un politicien ayant acquis un vieux stock d'armement étasunien, aurait également acquis Deathlok dans un état de "veille". Sa remise en service étant loin de le mettre de bon poi…

Batman, la relève ..

Batman and Robin par Snoop Dog