Accéder au contenu principal

Because it still hasn't gotten weird enough for me !*

•••• Intercalé entre la présentation du cyborg et la série proprement dite de Deathlok the Demolisher, cœur de mon sujet, je voudrais vous proposer un polaroid des années 70 là où est né le personnage en question.
Or, donc dans ce coin du temps et de l'univers le monde était devenu nerveux et mauvais. La chute de Camelot le 22 novembre 1963 avait signé l'entrée dans "un monde aléatoire et ambigu" (Don DeLillo) pour une partie de l'Amérique ; le passage d'une société d’après-guerre paisible et confiante à une période subitement violente.
Autours des années 1950
Un exemple parmi d'autres du " [..] mouvement de paranoïa galopante qui avait envahi le pays au cours des quatre dernières années de cette décennie. En 1968, durant mon avant-dernière année de fac, quatre Black Panthers de Boston sont venus s'adresser aux étudiants (dans le cadre d'une série de conférences où les intervenants étaient extérieurs à l'université) afin de démontrer que l'establishment industriel américain, sous la houlette des Rockfeller et d'AT&T, était responsable de l'émergence d'un état néo-fasciste, de la poursuite de la guerre du Viêt-nam qui était bonne pour leurs affaires et du climat virulent de racisme, de sexisme et d'étatisme qui régnait sur le pays, Johnson était leur marionnette, idem pour Humphrey et Nixon ; comme le disaient les Who dans une de leurs chansons "Voici le nouveau boss, c'est le même que l'ancien" ; une seule solution, la révolution. Les quatre conférenciers ont conclu en nous rappelant le slogan des Black Panthers : "Le pouvoir est au bout du fusil", [..]" (Stephen King - Anatomie de l'horreur, tome 2 ; traduction de Jean-Daniel Brèque).
Le cinéma, puissante chambre d'écho culturelle, allait être le vecteur d'une inflation réaliste de violence. La lune approchait et les seventies parleraient au loup-garou qui est en nous.
Entre gore et violence outrancière le "cinéma d'exploitation", c'est-à-dire des "films exploitant un sujet ou un genre particulier à des fins purement (et bassement) mercantiles [dont les] ingrédients sont le sexe, la violence, l'horreur et/ou des thèmes racoleurs" (Julien Sévéon - Mad Movies H.S n°11), entre par la porte de derrière mais d'une façon pour le moins brutale dans les années 70. 
Ces films seront la substantifique moelle du cinéma de ces années-là, et alimenteront les salles glauques de la 42ième avec des titres tels que La Dernière maison sur la gauche ou encore Massacre à la tronçonneuse (dont le titre original renvoi indéniablement à la "chute de Camelot", motif récurrent de la culture populaire étasunienne), et irrigueront d'un sang nouveau ce qu'il est convenu d'appeler le Nouvel Hollywwod
Les années 60 avaient montré qu'il existait plus qu'un fossé entre les générations. "On aurait dit deux plaques tectoniques [..] deux conceptions différentes de la culture, de la vie sociale, de la civilisation. Résultat un tremblement de temps" (Stephen King - ibid). Un tremblement de temps dont les échos loin de se dissiper agiteraient encore la décennie suivante. 
Jane "Hanoi" Fonda 1972 Nord-Vietnam
Le cinéma n'était pas le seul segment culturel à véhiculer des changements, dés 1965 le Souterrain de velours (Velvet Underground) faisait entrer les anges déchus du crépuscule urbain sur la scène musicale, "la peinture d'un monde peuplé de dealers, de transsexuels, de paumés, de papillons de nuit" (Christophe Bourseiller - Génération Chaos, Punk New wave 1975-1981). 
Mais la tectonique des plaque n'est pas alors seulement temporelle : le 9 février 1971 un tremblement de terre, que d'aucuns pensent être le Big One et d'autres l'oeuvre de Charles Manson secoue L.A, et avant même que la poussière ne retombe sur la Cité des Anges 65 personnes étaient mortes.
Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises.
"On était vers Barstow aux abords du désert quand les drogues ont commencé à manquer [..]" Raoul Duke
        
... En 1970 du côté d'Aspen, Colorado la course pour l'élection du shérif oppose Earl Whitmire au candidat du Freak Power ; "[..] en dépit de son évidente ironie, le terme de "Freak Power" est pris au sérieux par N.B.C, par les meilleurs reporters du Los Angeles Times, et peut-être aussi par quelques individus à Aspen. Il y a eu comme un frisson à mi-chemin entre l'allégresse et l'horreur à la perspective qu'une bande de gaillards défoncés soient sur le point de s'emparer du tribunal pour infliger la peine de mort aux bourgeois [...]". Annonce de campagne diffusée dans l'Aspen Times le 17/10/1970 par Hunter S. Thompson, le rival d'Earl Withmire.
Il peut paraître étonnifiant que l'inventeur du journalisme gonzo, l'auteur de Las Vegas Parano (1971) entre autres ait brigué le poste de shérif d'une ville du Colorado ; mais n'oublions pas qu'à l'époque les politiciens se droguaient à l'Ibogaine®, et qu'un président créera "le corps des "plombiers", des agents prêt à tout pour colmater les fuites telles que celles dites du "dossier du Pentagone" (1967) et à nuire à ses adversaires [..]" (Pierre Mélandri, historien).
Fait significatif en regard de notre sujet le cyborg Deathlok, la campagne électorale d'Hunter Stockton Thompson est également placée sous le signe du cauchemar technologique. Ce qui dans le champ de la contre-culture n'est pas si étonnant puisque dés 1969 par exemple Theodore Roszak (Vers la contre-culture, La Conspiration des Ténèbres  etc..) a inventé le terme de "technocratie" pour désigner l'organisation hiérarchique et bureaucratique de la société de masse. "Il a défini la technocratie comme une société où ceux qui gouvernent se justifient en s'appuyant sur des experts techniques qui, à leur tour, se justifient en s'appuyant sur la connaissance scientifique". Révolte Consommée - Le Mythe de la contre-culture. Joseph Heath & Andrew Potter.   
On voudra bien se souvenir par ailleurs que le cauchemar technologique est aussi un des motifs, certes discret, de La Nuit des morts-vivants de Romero puisque l'explication du phénomène est la contamination d'une capsule spatiale de retour sur Terre. Thème sous-jacent d'Omega Man (1971), il devient plus explicite avec Westworld et un Yul Brunner en androïde déréglé et belliqueux. HAL l'ordinateur embarqué à bord de Discovery One avait d'ailleurs donné le ton dés 1968, précédant un Cerveau d'Acier (1970) pour le moins caractériel et jusqu'au-boutiste. Le cinéma, du moins une partie véhicule alors l'idée que nous sommes trahis par nos propres machines, une idée qui fera les beaux jours du techno-thriller et de la contre-culture. Mais aussi de la série de Doug Moench & Rich Buckler. 
On comprend dés lors peut-être un peu mieux comment une série comme Deathlok the demolisher a pu voir le jour : une inflation forte, une croissance molle et un chômage de masse croissant frappe les U.S.A au détour du premier choc pétrolier (1971) ; une atmosphère entre hallucinogènes et lacrymogènes,  des bouleversements culturels importants capables de faire trembler la vieille hiérarchie protestante, un sentiment ambivalent envers la technologie le tout solidifié par du palmitate de sodium en pleine Guerre froide. 
Cherchez l'erreur !  

N'oublions pas non plus l'apparition au cœur de la bande dessinée mainstream (c'est-à-dire dominante et populaire) étasunienne de comics en prise avec les problèmes de leur époque. Si un titre comme Green Lantern/Green Arrow vient spontanément à l'esprit, un titre comme Amazing Spider-Man n'est pas non plus en reste : manifestations estudiantines, conflit de générations, et coup de projecteur sur les minorités.
Strange n°70 / Amazing Spider-Man #73
Même la guerre du Vietnam est évoquée au travers du personnage de Flash Thompson, ou encore la drogue.
Deathlok est donc le fruit d'une période sombre de l'Histoire des Etats-Unis, mais également du monde de l'édition :
"[...] des dysfonctionnements de grande ampleur étaient imputables au système des "retours sur l'honneur" (affidavit returns), qui encourageait la fraude au niveau de la distribution locale : au cours des années 60, afin de faire des économie (car l'opération était à leurs frais), les gros éditeurs avaient cessé de demander aux distributeurs et aux grossistes de leur envoyer les couvertures des invendus comme base de calcul de ce qu'ils devaient ; ainsi s'était mis en place un fonctionnement allégé dans lequel les grossistes déclaraient "sur l'honneur", sans avoir a en fournir les preuves, combien d'exemplaires avaient été retournés pour être pilonnés ; en l'absence de tout contrôle, ils étaient en fait nombreux à revendre au noir des milliers d'exemplaires officiellement détruits et à facturer leur valeur comme futur crédit auprès des éditeurs. Le résultat de cette fraude généralisée était qu'en 1974, selon toute vraisemblance, seul un quart de la totalité des comic books imprimés était physiquement mis en vente chez les détaillants. [..]" 
Des Comics et des hommes - Histoire culturelle des comic books aux Etats-Unis. Jean-Paul Gabilliet
On comprend aisément comment cette pratique frauduleuse a pu donner une fausse idée du marché aux éditeurs qui, devant la chute des ventes ont promu toutes les idées imaginables capables de redresser la courbe. De là sont nés les comics dit relevant, toutefois n'ayant pas conscience de l'escroquerie la fraude généralisée a également touché les séries les plus innovantes de l'époque entraînant tout aussi fatalement leur disparition.
Deathlok the Demolisher s'inscrit dans cette politique éditoriale de donner une chance aux séries atypiques, du reste si elles s'appuient sur l'air du temps ce n'est pas plus mal, voir Black Panther par exemple profitant de la blaxploitation ou Deathlok justement du succès de L'Homme qui valait 3 milliards, concomitant avec l’échec de Marvel de publier sa version BD. 

C'est du moins la conclusion à laquelle je suis arrivé.
   
*Parce que ce n'est pas encore devenu assez bizarre pour moi !
Hunter S. Thompson
(À suivre .....)

Commentaires

  1. Magnifique billet, Artie. Chapeau.
    Su le cinéma d'horreur américain du début des seventies, on peut conseiller le très beau docu "American Nightmare" (illustré musicalement par des morceau de Godspeed You ! Black Emperor à tomber), qui traite aussi des thématiques que tu évoques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      En effet je dois avoir ce documentaire quelque part mais je ne l'ai pas encore regardé, je vais m'y mettre.

      Supprimer
  2. Attention, Thompson a lui-même reconnu que le coup de l'ibogaine, c'était une invention de sa part.

    (son dialogue avec le juge à ce sujet était hilarant.
    "vous avez dit que tel politicien consommait régulièrement de l'ibogaine."
    "non, j'ai juste fait état d'une rumeur à ce sujet."
    "une rumeur ? mais qui l'a lancée, alors ?"
    "moi".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien au courant de ces faits amigo, je rappelle également que ma grille de lecture est la pataphysique woldnewtonienne. Ceci expliquant cela.
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…