Accéder au contenu principal

Un projet avorté : Deathlok Detour

Il y a un peu plus de 10 ans, l'editor (l'editor n'a pas d'équivalent en France, c'est une sorte d'hybride entre le rédacteur-en-chef et le directeur de collection) Axel Alonso, qui a précédemment travaillé pour DC Comics sur le label Vertigo, annonce une mini-série sur Deathlok  écrite par Daniel Way (alors nouveau venu dans l'écurie Marvel) et dessinée par Darick Robertson ( Transmetropolitan, Fury, The Boys, etc..) prévue pour le label MAX (celui réservé aux "lecteurs avertis") de l'éditeur Marvel

C'est Luther Manning, le premier Deathlok qui aurait dû prendre part à cette aventure se déroulant dans un futur pas très éloigné.
Le scénariste Daniel Way avait envisagé qu'à cette époque le Canada serait devenu le siège du pouvoir mondial, et qu'un politicien ayant acquis un vieux stock d'armement étasunien, aurait également acquis Deathlok dans un état de "veille". Sa remise en service étant loin de le mettre de bon poil, notre cyborg préféré, incapable de mettre lui-même fin à ses jours, un programme informatique l'en empêche, décide de traverser la frontière et de se rendre là où il aura le plus de chance d'en finir : les U.S.A
Mais comme le disait Rousseau, "La destinée est souvent une vielle pute vérolée et capricieuse." (Raoul Rousseau MDL/Chef au 1er RPIMA) et Deathlok va rencontrer un jeune garçon, handicapé mental et physique, dont les parents ont été tués lors des heurts entre l'armée canadienne et lui-même au moment où il a voulu traverser la frontière.
Dés lors Deathlok va tenter de protéger David et lui chercher un endroit sûr.
Ce qui n'est pas une sinécure dans une Amérique post-apocalyptique complètement dévastée où règnent des clans plus brutaux les uns que les autres.
Une mini-série qui n'a jamais vu le jour pour des raisons que j'ignore (et vous ?).
On peut toutefois voir ici quelques dessins de Darick Robertson.

Commentaires

  1. Hé hé... excellent le coup de Rousseau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mais je crois que je l'ai lu quelque part (sur Nanarland je crois)[-_ô].

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.