Accéder au contenu principal

The Unwritten : Dead Man's Knock

La création de la série The Unwritten (Entre les lignes) est venue d'une part d'un désir de Mike Carey et de Peter Gross de travailler de nouveau ensemble, et d'idées qu'ils avaient proposées séparément au label Vertigo de l'éditeur DC Comics et dont quelqu'un a suggérer de les réunir. 
Mike Carey avait dans l'idée une série basée sur une trompette magique capable d'altérer la réalité, et Peter Gross celle d'un personnage appartenant au monde réel et au monde de la fiction.
Dans un premier temps la série devait s'appeler Faction, un néologisme résultat de la contraction de facts (les faits) et de fiction (idem). Quelque chose qui en français aurait peut-être donné Faiction.
Inspirée de la vie de Christopher Robin Milne, The Unwritten met en scène le stéréotype de l'orphelin résilient dans sa variante du jeune magicien à l'instar de personnages tels que Kaytek le magicien de Janusz Korczak, Christopher Chant de Diana Wynne Jones, de Timothy Hunter de Neil Gaiman et bien sûr de Harry Potter de J. K. Rowling (liste non exhaustive).
Ce troisième recueil (épisodes 13 à 18) tourne autour de la parution du quatorzième tome de la série des aventures de Tommy Taylor et de l'éventuelle réapparition de l'auteur Wilson Taylor.
Tom Taylor (le fils de Wilson et source d'inspiration pour le personnage de fiction Tommy Taylor), Lizzie Hexam (qui porte le nom d'un personnage de Dickens) et Richie Savoy (un journaliste) sont toujours en fuite.
Comme Howard Chaykin (American Flagg) ou Frank Miller avant eux, Carey & Gross utilisent les écrans de télévision à la fois comme outil pour résumer la situation mais aussi en tant que miroir déformant (ou pas) du monde et d'instrument de formatage de la réalité.
Ces écrans de télévision, mais aussi les extraits de blogs, les tweets qui apparaissent au fil des pages, mettent également en lumière la consommation de la bande passante sociale par les médias et les réseaux sociaux de l’ère informatique.  
Tom Taylor est à la fois recherché par la police mais également par une mystérieuse organisation, la Cabale, à propos de laquelle Peter Gross dit s'être inspiré du mensonge fomenté par les néo-conservateurs américains au sujet des armes de destruction massive (2003).
Et par le comte Ambrosio (inspiré du comte Orlok de Murnau), l'ennemi intime du jeune magicien Tommy Taylor, donc rien de moins qu'un personnage de roman !
Car si The Unwritten traite de littérature, de magie, de la célébrité, et de bien d'autres choses, cette série explore aussi la frontière entre la fiction, la réalité et le monde.     
Luc Boltanski propose d'opérer une distinction, fondamentale à ses yeux, entre la réalité et le monde.
La première renvoie à ce que chacun se représente comme étant "normal", une situation tissée d'évidences mais qui résulte en fait d'une construction sociale cadrée par les institutions. Autrement dit : une sélection dans l'immensité des possibles qu'offre le monde (voir infra), de certains éléments organisés en fonction de formats préétablis.
Alors que le second, le monde, désigne tout ce qui arrive : le flux de la vie, incertain par nature, qui se manifeste sans formatage préalable et échappe à tout projet de connaissance totale.  
Et comment la fiction peut influencer le monde afin de formater la réalité, ou comment au fil du temps un texte politique peut devenir historique (Cf. La Chanson de Roland), ou encore l'utilisation du cinéma en tant que vecteur de propagande en détournant un roman historique (Cf. Le Juif Süss) in dans le précédent recueil disponible en français sous le titre The Unwritten - Les infiltrés (Panini). 
Ceci dit, le tour de force de ce recueil est à mes yeux le numéro 17 de la série régulière.
Couverture de Yuko Shimizu
Ce numéro qui raconte "l'origine" de Lizzie Hexam est structuré comme un livre dont vous êtes le héros, hormis la première page toutes les autres doivent être lues en "position paysage". Chaque page est divisée en deux dans le sens de la longueur.
Ce qui monte à 60 pages THE MANY LIVES of LIZZIE HEXAM.
Si le procédé est extrêmement ludique, Carey & Gross ne s'appuient pas seulement sur la structure de leur histoire mais ils en ont également soigné le contenu.
En outre l'interactivité sollicitée ici fait sens avec le propos des deux auteurs concernant la relation qu'entretiennent fiction (The Many Lives of Lizzie Hexam) et réalité (la série The Unwritten) puisque le lecteur peut suivre différentes voies, voire recommencer ou encore lire ce "livre" de manière conventionnelle. 
Ce qui donnera des contenus différents.
L'idée d'utiliser ce procédé interactif est venue de l'editor Pornsak Pichetshote, qui occupe de fait un poste de l'ombre mais dont le rôle est très important.
Au début des comic books, l'editor est un employé chargé d'adapter les comic strips au nouveau format, petit à petit son rôle augmente : il coordonne alors le travail entre le scénariste, le dessinateur, l'encreur, le coloriste et l'imprimeur.
Un editor (poste qui n'existe pas en tant que tel en France) est aujourd'hui peu ou prou le croisement entre le poste de rédacteur en chef d'un illustré de BD et celui de directeur de collection. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…